Le Sahara était, reste et demeurera marocain, le conflit autour n'est que « superfétatoire »    RAM : Reprise des vols directs avec Miami, Doha et Montréal    Le chef du gouvernement représente SM le Roi    Une Allemande de l'EI écope de dix ans de prison    La Barbade quitte la Couronne britannique et élit sa présidente    Trois clubs marocains au lieu de quatre dans le périple africain    36ème championnat arabe : Le Raja d'Agadir bat les Algériens de la JS Saoura (22-20)    «Je suis en cours d'essai avec le Wydad Athletic Club»    Liga : le Real toujours roi du clasico à Barcelone    Pass vaccinal: Le gouvernement affiche sa satisfaction    Campagne nationale de sensibilisation sur le dépistage    «Chatarra» de retour sur les planches    L'Ensemble El Akademia se produira sur la place Hassan II de Dakhla    Tétouan accueille le 14è Forum international de Bande dessinée    Pegasus : avant le procès, les écrans de fumée de l'Humanité    Sahara marocain. L'Algérie démasquée à nouveau par l'ONU    Infrastructures : Casablanca se dote de nouvelles toilettes publiques    Israël lève l'avertissement concernant les voyages au Maroc    Armement : Le 1er porte-avions indien poursuit ses essais en mer    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 25 octobre 2021 à 16H00    Intempéries : Des morts en Algérie et Tunisie suite à de violentes inondations    Yémen: 105 rebelles Houthis tués lors des dernières 24 heures    Sahara : Alger rejoue la carte des dinosaures du lobbyisme américain    L'Opinion : Au Maroc, gouverner c'est aussi recevoir    Melilia : Les autorités marocaines déjouent une tentative de migration massive    Israël annule l'avertissement de voyage pour le Maroc    La prolongation de l'état d'urgence sanitaire au menu du prochain Conseil du gouvernement    Renault et Mathieu Lehanneur réinventent la 4L    Sahara : Depuis le Kenya, Mokhtar Ghambou dénonce l'ingérence d'Alger    Scrutins 2021... UN TOURNANT !    Course folle au vaccin    Soudan : Emmanuel Macron condamne le coup d'Etat et appelle «au respect de l'intégrité du premier ministre»    Aviation : Boeing voit grand pour l'Afrique    Dr Saïd Guemra : « Il n'y a aucun sens à venir taxer les Marocains au nom de l'efficacité énergétique »    EasyJet et TUI assureront des vols de rapatriement du Maroc vers le Royaume-Uni    Lydec dans les « Top Performers RSE » et dans le Top 5 des « Best Emerging Market Performers » de Vigeo Eiris    ACNOM : Kamal Lahlou récompensé pour l'ensemble de son œuvre au service du sport    Covid-19 : Le Maroc reçoit ce mardi 850.000 doses du vaccin Pfizer    Je vous emmène sur le terrain...    Coup d'Etat au Soudan : le premier ministre détenu par des forces armées    Interview avec Fatima Abouali : Les cas de dopage en baisse au Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    Site officiel de la HACA : L'amazigh y est désormais aussi    Deux événements en Arabie Saoudite dédiés au climat : Le chef du gouvernement représente le Souverain    Riad d'Ibn-Khaldoun à Fès : Une Fake news selon Mehdi Bensaïd    Eliminatoires du Mondial 2022 : Le Liberia reçoit la Centrafrique et le Nigeria à Tanger    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Session annuelle de l'Académie Hassan II: Réflexion autour de la transition de la science
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 02 - 2016

Selon Michel Brunet, «la première espèce humaine, il y a deux millions d'années, était africaine. Cette espèce est aussi le premier migrant qui est passé de l'Afrique en Europe et l'Asie».
Le choix de la science, fait mardi à Rabat par l'Académie Hassan II des sciences et techniques pour sa session plénière solennelle annuelle, semble judicieux. Il l'est de par l'apport de la science pour la compréhension de phénomènes actuels, à l'instar du réchauffement climatique.
Rôle des scientifiques
En optant pour la science, l'Académie désire, comme l'a indiqué, son secrétaire perpétuel, s'arrêter sur «le rôle que doivent jouer les scientifiques pour contribuer au développement humain». Pour l'heure, la science est, aux yeux d'Omar Fassi-Fehri, «en transition et multidisciplinaire». A propos du réchauffement climatique, le secrétaire perpétuel dudit haut lieu du savoir rappelle que «d'aucuns estiment qu'une ère géologique a déjà commencé».
Quid de la science au Maroc?
«Toute politique scientifique est censée reposer sur un système d'enseignement de qualité», souligne M. Fassi-Fehri qui trouve que la recherche scientifique doit, à son tour, répondre aux exigences actuelles. D'où l'intérêt, entre autres, de la convention signée par l'occasion. Un document paraphé par le ministère de l'éducation nationale et de la formation professionnelle, l'Académie Hassan II des sciences et techniques et l'Association recherche et développement Maroc. L'objectif étant la recherche des moyens susceptibles de rendre les matières scientifiques plus attrayantes pour les élèves et les étudiants.
Apport cognitif
L'événement, qui se clôture aujourd'hui, était marqué par la conférence inaugurale animée par Michel Brunet et consacrée à l'origine humaine. «La première espèce humaine, il y a deux millions d'années, était africaine. Cette espèce est aussi le premier migrant qui est passé de l'Afrique en Europe et l'Asie», affirme le professeur au Collège de France qui rappelle que ce premier homme a passé 5 millions d'années d'évolution en Afrique. «Quand cet homme est parti à la conquête de l'Europe et l'Asie, il avait la peau noire de par une adaptation au climat chaud», enchaîne M. Brunet en rappelant les différents apports scientifiques pour l'espèce humaine en passant par Darwin, entre autres.
Le professeur a également énuméré les différentes espèces dont les primates et les hominoïdes. «Cependant, la population ancestrale demeure africaine», souligne-t-il en concluant par un message assez fort: «Ce monde dans lequel nous vivons est d'intolérance et de violence inouïe. On ne veut même plus reconnaître le droit à la différence. Nous sommes absolument tous africains puisque nous partageons la même population ancestrale. Donc nous sommes frères et sœurs. Cela devrait nous conduire à plus de tolérance et de fraternité voire moins de violence!».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.