Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le réquisitoire de Boccara
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 01 - 2005

Paru récemment dans les librairies, «Le plumier» de Henri Michel Boccara est consacré à l'immigration clandestine. Ce médecin, installé à Marrakech, aborde dans un style clair cette quête chimérique de l'Eldorado européen.
«Le plumier» de Henri Michel Boccara est de ces romans qu'on lit d'une seule traite. Le dernier récit de ce médecin, exerçant à quelques mètres de la mythique place Jemaâ El Fna, à Marrakech, est un fragment de la vie mouvementée et tourmentée d'un certain «Idder». Un personnage saisissant et captivant, représentant un jeune homme de ce Maroc d'en-bas, qui aspire à un avenir meilleur, promis là-bas, en Europe.
Connu pour ses écrits pour le théâtre, Henri Michel Boccara n'a pas dérogé, dans «Le plumier», à sa règle : ses héros partagent le même destin et ont presque le même tempérament. «Mes personnages étaient souvent des exilés, des métisses, des personnages déplacés…Toujours d'origine extrêmement modeste», avait-il déclaré lors de cette rencontre-signature, vendredi dernier, au Carrefour des Livres, à Casablanca. Devant un parterre d'amateurs de ces romans écrits scalpel à la main, l'auteur a parlé, en long et en large, de ses rapports avec la langue de Molière : «À la maison, à Tunis où j'ai grandi, on parlait trois langues : le Français, l'Arabe et l'Italien». Une diversité culturelle qui renforce ses livres et ses pièces théâtrales.
«Itinerrances» (1994), «L'ombre et autres balivernes» (1994), «Traversées» (1996), «Pièces claires » (1998), «Pièces fauves» (1998) et «La corde d'Anamer» (1999) sont ses principaux ouvrages. Son dernier roman, «Un détour», est apparu en 2002. Trois années plus tard, Henri Michel Boccara revient sur la scène littéraire avec son dernier nouveau-né, «Le plumier». D'Azilal à Marrakech, «Idder», le personnage central, débarque dans une ville qu'il ne connaît pas, arrive chez son oncle et entame sa première quête : celle du savoir.
Des aventures, «Idder» en a vu des vertes et des pas mûres, lui qui n'a ménagé aucun effort pour troquer son accent paysan contre celui d'un citadin.
Avec «Idder» comme fil d'Ariane, «Le plumier» relate, avec finesse, bien d'autres histoires aussi diverses que piquantes. La société marocaine y est passée au peigne fin par ce médecin habitué à l'observation et à la palpitation. Henri Michel Boccara a tâté le pouls de chaque coin et recoin de certaines grandes villes marocaines. Des artères chaudes aux quartiers oubliés, en passant par la célèbre corniche de Casablanca, Henri Michel Boccara est un fin connaisseur des lieux et des milieux. L'errance, son thème de prédilection, a atteint son apogée dans «Le plumier». Un récit, agrémenté d'une fine étude sociologique, que l'auteur a pris soin de le diviser en seize chapitres.
Du «La sauterelle» au «Elle est douce en cette saison», le roman de Henri Michel Boccara respire le pays : on finit par connaître des personnages, ou carrément s'y reconnaître, soi-même, dans d'autres. «Le plumier» brosse le tableau du Maroc que nous vivons, tantôt d'une manière drôle, tantôt d'une façon tragique. Une suite d'événements qui prend fin par un coup de théâtre : le décès d'«Idder» et l'atterrissage, in fine, de son plumier dans les mains de la police de Tarifa. Une fin prévisible qui rappelle, affreusement, celle des centaines et des centaines de jeunes Marocains hantés par le démon de la clandestinité. «Le plumier» est un plaidoyer contre cette ruée fatale vers le Nord, une histoire d'une simplicité extraordinaire et un récit bouleversant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.