Ramadan : Engouement par-ci, montée des prix par-là    Les Etats-Unis donnent un sursis de 3 mois à Huawei    Radioscopie des besoins prévisionnels d'emplois au Maroc    Paris. Un homme suspendu à la Tour Eiffel pendant plusieurs heures    Marrakech: La ville que les stars adorent!    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Baisse du résultat net du CIH    Banque Atlantique se propose d'accompagner l'Etat et les entreprises nigériens    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Stratégie e-gov. L'amer diagnostic de la Cour des comptes    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Vente illégale de boissons alcoolisées et immigration clandestine : Une ressortissante subsaharienne arrêtée à Rabat    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Divers    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le réquisitoire de Boccara
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 01 - 2005

Paru récemment dans les librairies, «Le plumier» de Henri Michel Boccara est consacré à l'immigration clandestine. Ce médecin, installé à Marrakech, aborde dans un style clair cette quête chimérique de l'Eldorado européen.
«Le plumier» de Henri Michel Boccara est de ces romans qu'on lit d'une seule traite. Le dernier récit de ce médecin, exerçant à quelques mètres de la mythique place Jemaâ El Fna, à Marrakech, est un fragment de la vie mouvementée et tourmentée d'un certain «Idder». Un personnage saisissant et captivant, représentant un jeune homme de ce Maroc d'en-bas, qui aspire à un avenir meilleur, promis là-bas, en Europe.
Connu pour ses écrits pour le théâtre, Henri Michel Boccara n'a pas dérogé, dans «Le plumier», à sa règle : ses héros partagent le même destin et ont presque le même tempérament. «Mes personnages étaient souvent des exilés, des métisses, des personnages déplacés…Toujours d'origine extrêmement modeste», avait-il déclaré lors de cette rencontre-signature, vendredi dernier, au Carrefour des Livres, à Casablanca. Devant un parterre d'amateurs de ces romans écrits scalpel à la main, l'auteur a parlé, en long et en large, de ses rapports avec la langue de Molière : «À la maison, à Tunis où j'ai grandi, on parlait trois langues : le Français, l'Arabe et l'Italien». Une diversité culturelle qui renforce ses livres et ses pièces théâtrales.
«Itinerrances» (1994), «L'ombre et autres balivernes» (1994), «Traversées» (1996), «Pièces claires » (1998), «Pièces fauves» (1998) et «La corde d'Anamer» (1999) sont ses principaux ouvrages. Son dernier roman, «Un détour», est apparu en 2002. Trois années plus tard, Henri Michel Boccara revient sur la scène littéraire avec son dernier nouveau-né, «Le plumier». D'Azilal à Marrakech, «Idder», le personnage central, débarque dans une ville qu'il ne connaît pas, arrive chez son oncle et entame sa première quête : celle du savoir.
Des aventures, «Idder» en a vu des vertes et des pas mûres, lui qui n'a ménagé aucun effort pour troquer son accent paysan contre celui d'un citadin.
Avec «Idder» comme fil d'Ariane, «Le plumier» relate, avec finesse, bien d'autres histoires aussi diverses que piquantes. La société marocaine y est passée au peigne fin par ce médecin habitué à l'observation et à la palpitation. Henri Michel Boccara a tâté le pouls de chaque coin et recoin de certaines grandes villes marocaines. Des artères chaudes aux quartiers oubliés, en passant par la célèbre corniche de Casablanca, Henri Michel Boccara est un fin connaisseur des lieux et des milieux. L'errance, son thème de prédilection, a atteint son apogée dans «Le plumier». Un récit, agrémenté d'une fine étude sociologique, que l'auteur a pris soin de le diviser en seize chapitres.
Du «La sauterelle» au «Elle est douce en cette saison», le roman de Henri Michel Boccara respire le pays : on finit par connaître des personnages, ou carrément s'y reconnaître, soi-même, dans d'autres. «Le plumier» brosse le tableau du Maroc que nous vivons, tantôt d'une manière drôle, tantôt d'une façon tragique. Une suite d'événements qui prend fin par un coup de théâtre : le décès d'«Idder» et l'atterrissage, in fine, de son plumier dans les mains de la police de Tarifa. Une fin prévisible qui rappelle, affreusement, celle des centaines et des centaines de jeunes Marocains hantés par le démon de la clandestinité. «Le plumier» est un plaidoyer contre cette ruée fatale vers le Nord, une histoire d'une simplicité extraordinaire et un récit bouleversant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.