Vidéo -Macron annonce une hausse de 100 euros en faveur des « smicards »    Société Générale, s'adapter aux nouveaux comportements des clients    Digitalisation bancaire : Sommaire de notre spécial    Vidéo-Bourita: « Le Pacte mondial sur les migrations est un acte de souveraineté »    Blocage à Paris-Nanterre contre la hausse des frais pour les non-Européens    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    CR7 défie Messi !    Finances publiques. Comment en finir avec les inégalités sociales ?    Clôture du 17ème Festival international du film de Marrakech : L'Afrique aux alentours du palmarès    Décès à Marrakech du chanteur Hamid Zahir    Conférence de Marrakech sur la migration.. Que dit la lettre royale lue par El Othmani?    Dédié à la sécurité et à la sûreté : Le Maroc abrite la première édition de l'Asec Expo 2019    Doing Business : Le Maroc vise le top 50    Sahara : Une deuxième table ronde à Genève au 1er trimestre 2019    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Environnement – Pays à risque climatique dans le monde : Le Maroc 124ème    Société civile, secteur privé… de vrais engagements pour l'action?    Cycle des grands interprètes : Célimène Daudet en tournée dans plusieurs villes    "Gilets jaunes": Vers une baisse des taxes pour apaiser le mouvement?    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    Les bonbonnes de gaz turques arrivent au Maroc    Les pays du Golfe tiennent toujours à leur partenariat avec le Maroc    La communauté juive célèbre la hiloula à Taroudant    FIFM. Coup de maître !    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Botola Maroc Télécom: Victoire du Wydad de Casablanca face à l'AS FAR    Africa Forum 2018 : Le Maroc a développé un modèle de coopération intégré et multidimensionnel    Le Pacte mondial sur les migrations, un document fondamental pour une meilleure gestion de la question migratoire    Raja: Les conditions de Garrido pour renouveler son contrat    «Le cinéma est une forme d'art très démocratique»    La Marine royale porte assistance à 72 candidats à la migration clandestine    Trafic international de cocaïne : Un nouveau coup de filet du BCIJ    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    Développement en Afrique. L'analyse de la DEPF    Journal d'un enfant cireur: «A l'origine de mon calvaire, un échec scolaire»    Déclaration finale de la Conférence parlementaire organisée à l'occasion de l'adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières    Après une mobilisation des "Gilets jaunes" en léger recul, l'attente d'annonces de Macron    Washington accuse Moscou d'avoir aidé à mettre en scène une attaque chimique en Syrie    Le Congo candidat pour l'organisation de la CAN 2019    Divers    Le Barça roi du derby    Divers    Le Pacte mondial sur la migration, une réponse commune à un défi global    Sur le plateau de France 24, Cheikh Amar était aussi serein que les membres de la délégation marocaine à Genève    "Variety" souligne l'accès grandissant des productions marocaines à l'international    Patrick Terhechte : La 17ème édition du FIFM a été "très réussie" à tous les niveaux    Le message de remerciement et d'engagement de Driss Lachguar, Premier secrétaire de l'USFP et directeur général du Conseil d'administration de "Al Ittihad Presse"    BCIJ: Saisie d'une tonne de cocaïne fortement dosée et arrestation de 7 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le réquisitoire de Boccara
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 01 - 2005

Paru récemment dans les librairies, «Le plumier» de Henri Michel Boccara est consacré à l'immigration clandestine. Ce médecin, installé à Marrakech, aborde dans un style clair cette quête chimérique de l'Eldorado européen.
«Le plumier» de Henri Michel Boccara est de ces romans qu'on lit d'une seule traite. Le dernier récit de ce médecin, exerçant à quelques mètres de la mythique place Jemaâ El Fna, à Marrakech, est un fragment de la vie mouvementée et tourmentée d'un certain «Idder». Un personnage saisissant et captivant, représentant un jeune homme de ce Maroc d'en-bas, qui aspire à un avenir meilleur, promis là-bas, en Europe.
Connu pour ses écrits pour le théâtre, Henri Michel Boccara n'a pas dérogé, dans «Le plumier», à sa règle : ses héros partagent le même destin et ont presque le même tempérament. «Mes personnages étaient souvent des exilés, des métisses, des personnages déplacés…Toujours d'origine extrêmement modeste», avait-il déclaré lors de cette rencontre-signature, vendredi dernier, au Carrefour des Livres, à Casablanca. Devant un parterre d'amateurs de ces romans écrits scalpel à la main, l'auteur a parlé, en long et en large, de ses rapports avec la langue de Molière : «À la maison, à Tunis où j'ai grandi, on parlait trois langues : le Français, l'Arabe et l'Italien». Une diversité culturelle qui renforce ses livres et ses pièces théâtrales.
«Itinerrances» (1994), «L'ombre et autres balivernes» (1994), «Traversées» (1996), «Pièces claires » (1998), «Pièces fauves» (1998) et «La corde d'Anamer» (1999) sont ses principaux ouvrages. Son dernier roman, «Un détour», est apparu en 2002. Trois années plus tard, Henri Michel Boccara revient sur la scène littéraire avec son dernier nouveau-né, «Le plumier». D'Azilal à Marrakech, «Idder», le personnage central, débarque dans une ville qu'il ne connaît pas, arrive chez son oncle et entame sa première quête : celle du savoir.
Des aventures, «Idder» en a vu des vertes et des pas mûres, lui qui n'a ménagé aucun effort pour troquer son accent paysan contre celui d'un citadin.
Avec «Idder» comme fil d'Ariane, «Le plumier» relate, avec finesse, bien d'autres histoires aussi diverses que piquantes. La société marocaine y est passée au peigne fin par ce médecin habitué à l'observation et à la palpitation. Henri Michel Boccara a tâté le pouls de chaque coin et recoin de certaines grandes villes marocaines. Des artères chaudes aux quartiers oubliés, en passant par la célèbre corniche de Casablanca, Henri Michel Boccara est un fin connaisseur des lieux et des milieux. L'errance, son thème de prédilection, a atteint son apogée dans «Le plumier». Un récit, agrémenté d'une fine étude sociologique, que l'auteur a pris soin de le diviser en seize chapitres.
Du «La sauterelle» au «Elle est douce en cette saison», le roman de Henri Michel Boccara respire le pays : on finit par connaître des personnages, ou carrément s'y reconnaître, soi-même, dans d'autres. «Le plumier» brosse le tableau du Maroc que nous vivons, tantôt d'une manière drôle, tantôt d'une façon tragique. Une suite d'événements qui prend fin par un coup de théâtre : le décès d'«Idder» et l'atterrissage, in fine, de son plumier dans les mains de la police de Tarifa. Une fin prévisible qui rappelle, affreusement, celle des centaines et des centaines de jeunes Marocains hantés par le démon de la clandestinité. «Le plumier» est un plaidoyer contre cette ruée fatale vers le Nord, une histoire d'une simplicité extraordinaire et un récit bouleversant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.