Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La vérité sans détours : Nos adversaires cherchent à porter atteinte à ce qui fait notre force
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 08 - 2017

Il est temps de dire les choses telles qu'elles sont. Arrêtons de maquiller les discours et d'opter pour des détours au lieu d'expliquer les choses avec la clarté qui s'impose en ces temps de turbulences provoquées.
Il est une situation aujourd'hui qui n'est pas normale où une partie dit les choses telles qu'elle a envie de les dire et que l'autre est astreinte à un silence auto-imposé. Pendant que le Royaume subit des attaques de partout, des voix minoritaires s'élèvent pour fustiger tout le système marocain et accaparent le discours public avec la complicité passive de tous ceux qui savent mais qui ne s'expriment pas. N'ayant pas le courage de manifester leur désaccord avec les snobs du militantisme droit-de-l'hommiste et du discours prêt-à-porter qu'une minorité véhicule dans les réseaux sociaux et leurre, de ce fait, une masse avide de discours. L'équation est simple : une minorité qui œuvre à détruire cette nation pour des ambitions individuelles ou qui le fait parce qu'elle est intéressée ou encore parce qu'elle est instrumentalisée, agit en toute liberté de marge de manœuvre car, en face, il existe un complot du silence qui n'est pas sain et peut mener le pays vers la dérive. Car la minorité en question a créé une sorte de bulle de protection de son discours en inventant un slogan selon lequel : ou tu es avec elle ou tu es juste un agent du régime (baltaji, 3ayach, 7aya7, etc.).
Maintenant, ayons le courage de dire les choses telles qu'elles sont : Oui, il existe un complot visant ce pays. Pourquoi? C'est une chose que j'ai déjà traitée par le passé et je n'ai pas l'intention d'y revenir. Aussi, je me contenterais de dénoncer le comment on s'y prend du côté de ceux qui exécutent ce plan.
En fait, plusieurs tentatives de déstabilisation ont visé le Royaume par le passé. Toutefois, il s'est avéré clairement que le Maroc n'est pas une cible facile et qu'il est assez solide pour y faire face.
Mais pourquoi le Maroc est-il aussi résistant ? La conclusion à laquelle on est parvenu du côté adverse est que la spécificité du Maroc réside dans cette union spéciale existant entre la monarchie et le peuple. C'est aussi clair et simple. De ce fait, toute tentative de déstabilisation du Royaume passe impérativement par l'attaque de ce pilier si fort et si résistant.
La force du Royaume réside dans la force de sa monarchie. On le sait du côté des adversaires du Maroc. Mais cette monarchie est forte car elle est à la fois incontestablement légitime et elle œuvre à la bonne marche et au développement du pays.
Comment les ennemis du Maroc s'y prendraient-ils donc pour déstabiliser le Royaume si ce n'est par l'attaque de sa monarchie?
Il suffit d'analyser leurs agissements et leurs discours pour y déceler les grandes lignes d'un complot visant la monarchie marocaine à travers l'attaque de sa légitimité.
Cette monarchie est basée non seulement sur une légitimité mais plutôt sur cinq : la légitimité historique (près de cinq siècles de la dynastie alaouite et plus de douze siècles de monarchie au Maroc) ; la légitimité religieuse (le Roi est Commandeur des croyants, une donne enracinée dans la culture marocaine et même au-delà de nos frontières et qui est annuellement renouvelée par le serment d'allégeance) ; la légitimité constitutionnelle ; la légitimité populaire (le Roi du Maroc bénéficie de l'amour et de la vénération unanimes du peuple marocain) ; la légitimité contextuelle (le peuple marocain est convaincu unanimement que son Roi est l'unique garant réel de son unité et de sa pérennité en tant que Nation multiculturelle et multiethnique dans un contexte régional et mondial très difficile).
Les adversaires du Maroc sont conscients de la difficulté de leur entreprise anti-marocaine en l'existence d'une monarchie aussi forte basée sur ces cinq piliers de légitimité. Ils ont donc entamé une stratégie d'attaque de ces cinq piliers.
Aussi, dans le discours de certaines mouvances et certains acteurs agissant dans leur giron de manière apparente et non apparente parfois, on décèle les signaux de l'existence d'une stratégie étudiée et planifiée d'attaque de la légitimité de la monarchie marocaine.
À propos de la légitimité historique, ils distillent de temps à autre un discours révisionniste de l'histoire de la monarchie marocaine en essayant de porter atteinte à l'image des Sultans marocains à travers l'histoire. Pour ce qui est de la légitimité religieuse, leur travail est multiforme : fomenter des courants intégristes, tenter de faire émerger des leaderships islamistes à vocation religieuse et non seulement politique, attaquer le soufisme marocain en le qualifiant de déviation de la religion islamique, etc. S'agissant de la légitimité constitutionnelle, la décrédibilisation systématique de la Constitution marocaine est une démarche flagrante que l'on retrouve dans le discours médiatique de manière récurrente parfois de façon frontale et généralement de manière à peine déguisée sous forme de discours soi-disant avant-gardiste et droit-de-l'hommiste. Pour ce qui est de la légitimité populaire, elle est attaquée par un discours nihiliste qui consiste à se cacher derrière la monarchie à chaque fois que le pays fait face à des problèmes (quand ça marche, c'est eux et quand il y a des problèmes on essaye de mettre en avant le Roi et son entourage. Il reste la légitimité contextuelle, ils essaient de fomenter des situations conflictuelles et tenter de s'ériger en solution dans la finalité de se substituer à la monarchie dans l'esprit du citoyen qui est convaincu et qui croit profondément que la monarchie est son recours devant les problèmes auxquels le pays est confronté.
Je ne voudrais nullement décortiquer davantage en ce qui concerne les manipulateurs et ceux qui mènent le jeu dans cette stratégie. Il n'est nul besoin car il suffit de voir, à partir de cette analyse, ce qui se passe autour de nous sous un nouveau focus pour se rendre compte de leur identité.
L'essentiel est que, malgré leurs manigances et leur intrigue, il est sûr que rien n'ébranlera la foi des Marocains dans leur monarchie et que la Nation marocaine fera face à ses adversaires avec force et conviction. Maintenant que nos adversaires ont dévoilé leur jeu, chacun devra assumer sa responsabilité et devra rendre compte de ses méfaits devant le peuple marocain qui a toujours été d'une grande fermeté à l'égard de ceux qui ont tenté de le déstabiliser.
(*) Journaliste et écrivain, directeur
central des Rédactions de Medi1tv


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.