Glovo s'associe à Marjane    Coronavirus : voici les nouvelles mesures prises par l'ONEE    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : l'OFEC de Casablanca accueillera un hôpital de campagne de 700 lits    Le Maroc de tous les espoirs!    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les ménages ramédistes indemnisés à partir de ce lundi    L'indemnisation démarre aujourd'hui    Le dirham se déprécie de 4,56% face à l'euro    Covid-19: L'Exécutif réduit ses dépenses    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Le monde diplomatique ou le journalisme à la carte    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Coronavirus : 961 cas confirmés, trois nouveaux décès et une guérison ce dimanche à 13h    «Quelle lecture des résultats annuels de 2019?»    Covid-19 : Tanger Med au chevet de la population locale    Orchestra Maroc touché par le coronavirus    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Un député français d'origine marocaine saisit la justice    Amnistie Royale : un acte hautement humanitaire    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Fonds anti-coronavirus : Le Groupe Allali apporte sa contribution    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Fonds spécial : procédure de retrait des aides financières pour le secteur informel    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transports : Le calvaire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 11 - 2003

À l'approche de la rupture du jeûne, les problèmes de transport se multiplient. De longues files d'attente se forment dans les stations de taxis et les arrêts de bus. Une occasion juteuse pour les chauffards et les transporteurs clandestins.
Le Ramadan est le mois du recueillement et de la purification. Mais aussi de la drague, de l'arnaque de la mendicité et des problèmes de tout genre. À l'approche de la rupture du jeûne, les problèmes de transport collectif se pose sérieusement à Casablanca. De longues files d'attente sur les places de taxis et les arrêts de bus. Vers seize heures, environ une heure vingt minutes avant la rupture du jeûne, les places des taxis à destination de Hay Mohammadi, Sidi Bernoussi, El Oulfa-Hay Hassani et Moulay Rachid-Sidi Othmane, au centreville de Casablanca, connaissent une forte affluence. En cette heure, rupture du jeûne oblige, tout le monde cherche à rentrer chez soi. Dans les places en question, des longues et interminables queues d'hommes et de femmes semblent languir. Plus le temps passe, plus, au lieu de diminuer, les files se rallongent. Indubitablement, la raison de cette forte affluence réside dans la divergence des horaires du travail pendant ce mois sacré de Ramadan. En fait, il y a ceux qui en finissent avec une journée de dur labeur à quinze heures tapantes. D'autres ne terminent qu'à quinze heures trente minutes exactement. Sans parler de ceux qui filent à l'anglaise bien avant l'heure et ceux qui préfèrent quitter leur boulot à seize heures pour arriver juste au moment de la rupture du jeûne. Et durant le ramadan, la fatigue de la fin de la journée rend insupportable l'attente des engins blancs qui deviennent de plus en plus rares. En plus de la fatigue, il y a la nervosité, notamment chez certains jeûneurs. Chose qui provoque des altercations, sur un simple malentendu, entre ceux qui attendent. Et dès qu'un taxi se pointe, un soulagement collectif détend les six premiers visages crispés et énervés de la longue file. Enfin, c'est leur tour. Là, si l'ordre habituel de la queue n'est pas respecté, la foule déchaînée avance. C'est le grand désordre. La situation est généralement exploitée par les pickpockets. Il faut des « mokhaznis » pour remettre de l'ordre sur les lieux, disent certains passagers. La véhémence s'empare de tout le monde. Une vraie pagaille où s'étiole tout respect pour enfants, femmes, personnes handicapées et vieillards. Et où la galanterie à l'égard de l'autre sexe n'est qu'un vain vocabulaire. En ces moments, il faut faire usage de ses muscles et batailler pour pouvoir arriver chez soi avant la rupture du jeûne. Les moins forts doivent attendre que le taxi fasse l'aller-retour. Et bonjour la fatigue, sous toutes ses formes, sans parler du temps perdu, notamment pour les femmes qui ont d'autres choses à préparer chez elles. Le problème se pose chaque année en ce mois, comme il se pose chaque fois qu'il y a une activité qui attire les Casablancais au centre-ville. C'est dire que tant que la problématique du transport urbain n'est pas résolue dans la métropole, ces problèmes continueront de refaire surface.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.