Le tribunal administratif de Rabat destitue le président du conseil communal de Harhoura    Paiement mobile: 6 millions d'utilisateurs et 1,3 MMDH de transactions visés d'ici 2024    Le maintien de l'heure d'été ou son retrait dépend des résultats    À Singapour, Poutine et Abe parlent d'un traité de paix    Les Etats-Unis nomment un nouvel ambassadeur en Arabie saoudite    Journée mondiale du diabète: Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Le Maroc abrite la 4ème édition du Sommet Humanitaire Panafricain    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    L'urgence d'un Observatoire africain pour la sécurité routière    "Les hommes meurent, mais ne tombent pas" bientôt à Rabat    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Fintech Challenge. BCP lance son programme d'innovation dédié aux startups    Kénitra: Kromberg & Schubert investit 450 millions de dirhams et promet 3.000 emplois    L'Algérie au pied du mur    Afrique du Sud : Un scandale à la sex-tape emporte le ministre de l'Intérieur    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    Akhannouch : Un début prometteur pour la saison agricole    Hémodialyse : Seulement 36 centres créés en 6 ans    Assises nationales sur la protection sociale : Les recommandations des intervenants    Climat, coût du voyage, hôtels classés : Ce qui motive les Italiens à visiter le Maroc    L'accord de Skhirat: le seul cadre viable offrant une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye    Le Conseil de gouvernement reporte sa réunion    Addis-Abeba: Le Maroc appuie la réforme institutionnelle de l'UA    GFi Informatique intègre Value Pass    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Fiscalité des associations. Une profonde réforme s'impose    Treize bases de missiles non déclarées identifiées en Corée du Nord    Habib El Malki reçoit les membres de la commission des pétitions à la Chambre des représentants    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    C'en est trop !    La Ligue des nations, rapidement adoptée    D'Ifrane à Tokyo : Le VTT marocain en bonne voie pour se qualifier aux prochains Jeux olympiques d'été    WAC-Girard : Le divorce ?    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    Insolite : Une Lamborghini et un lionceau    Conférence sur l'architecture espagnole à l'Institut Cervantès de Rabat    Plaidoyer à Rabat pour la promotion des investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc    Stan Lee, légende de la bande dessinée, n'est plus    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    L'art martial et la manière    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue social : Le gouvernement cherche un compromis
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 10 - 2018

Une invitation adressée aux centrales syndicales pour trouver un accord
Le gouvernement n'en démord pas. Même si plusieurs syndicats parmi les plus représentatifs ont rejeté son offre sur la hausse des salaires, l'Exécutif annonce sa volonté de rencontrer au cours de cette semaine les partenaires sociaux afin de trouver un accord définitif. Il faut dire que le gouvernement est dans une course contre la montre. Et pour cause. Les responsables veulent inclure les termes de l'accord dans le projet de loi de Finances (PLF 2019) avant son adoption par le Parlement. Le gouvernement veut surtout éviter une action unilatérale qui consiste à mettre en œuvre des mesures en faveur des salariés et des fonctionnaires en dehors de tout accord dans le cadre du dialogue social.
Il y a quelques jours, une nouvelle offre a été transmise par le gouvernement aux centrales syndicales les plus représentatives. Elle consiste à revoir à la hausse la valeur de l'augmentation de 300 à 400 dirhams en faveur de la même cible, c'est-à-dire les fonctionnaires touchant moins de 5.500 dirhams. Dans les détails, les responsables gouvernementaux maintiennent toujours la progressivité dans la mise en œuvre de l'augmentation salariale proposée. Ainsi, les fonctionnaires ciblés auront une première augmentation dès 2019 de 200 dirhams puis une autre de 100 dirhams une année après avant de recevoir la dernière tranche en 2021. C'est le seul changement notable dans la première offre gouvernementale. Un changement qui n'a pas été du goût de la majorité des syndicats. En effet, l'Union marocaine du travail (UMT) et la Confédération démocratique du travail (CDT) se sont empressées de rejeter l'offre gouvernementale.
De son côté, l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) s'est dite prête à accepter la nouvelle offre sous conditions. Pour sa part, l'Union nationale du travail au Maroc (UNTM), proche du Parti de la justice et du développement (PJD), garde le silence. Le rejet de l'UMT de l'offre remaniée légèrement de la part du gouvernement est expliqué par l'absence toujours d'une vraie réponse aux attentes des travailleurs améliorant réellement leur situation financière et sociale. De même, la centrale dirigée par Miloudi Moukharik estime que le gouvernement ne répond toujours pas à ses revendications, notamment la hausse généralisée des salaires à la fois dans l'administration publique et le secteur privé sans oublier la baisse de la pression fiscale et le parachèvement de la mise en œuvre du fameux accord du 26 avril 2011. Il faut dire que le gouvernement promet également une hausse de 100 dirhams des allocations familiales versées aux travailleurs. Celles-ci passent donc de 200 dirhams à 300 DH pour les trois premiers enfants. Cette revalorisation doit profiter à la fois aux fonctionnaires de l'administration publique et aux salariés du secteur privé. Cela dit, les négociations semblent se concentrer sur les revendications des fonctionnaires alors que l'offre dans le cadre du dialogue social en faveur des salariés du privé demeure toujours ambiguë.
PLF
Le projet de loi de Finances (PLF2019) était très attendu puisque le texte devait comporter des mesures en faveur des salariés et des fonctionnaires. Même en l'absence d'un accord entre les partenaires sociaux, l'Exécutif préfère temporiser.
Cela dit, les responsables gouvernementaux avaient laissé entendre il y a quelques mois qu'une action unilatérale restait envisageable. Ainsi, une partie de ces propositions gouvernementales pourrait être introduite dans le cadre du projet de budget 2019 soumis au Parlement. Si une telle action permettra au gouvernement d'honorer certains de ses engagements, elle risque également d'exacerber la tension avec les partenaires sociaux principalement les syndicats.
L'échec du dialogue social risque de provoquer une bataille à la Chambre des conseillers. Et pour cause, les syndicats et le patronat sont présents en force tout comme l'opposition parlementaire dans la Chambre haute du pays. Le gouvernement pourra toujours compter sur l'appui de la première Chambre dominée par la majorité et qui a toujours le dernier mot concernant la loi de Finances sans oublier le fameux article 77 de la Constitution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.