R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue social : Le gouvernement cherche un compromis
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 10 - 2018

Une invitation adressée aux centrales syndicales pour trouver un accord
Le gouvernement n'en démord pas. Même si plusieurs syndicats parmi les plus représentatifs ont rejeté son offre sur la hausse des salaires, l'Exécutif annonce sa volonté de rencontrer au cours de cette semaine les partenaires sociaux afin de trouver un accord définitif. Il faut dire que le gouvernement est dans une course contre la montre. Et pour cause. Les responsables veulent inclure les termes de l'accord dans le projet de loi de Finances (PLF 2019) avant son adoption par le Parlement. Le gouvernement veut surtout éviter une action unilatérale qui consiste à mettre en œuvre des mesures en faveur des salariés et des fonctionnaires en dehors de tout accord dans le cadre du dialogue social.
Il y a quelques jours, une nouvelle offre a été transmise par le gouvernement aux centrales syndicales les plus représentatives. Elle consiste à revoir à la hausse la valeur de l'augmentation de 300 à 400 dirhams en faveur de la même cible, c'est-à-dire les fonctionnaires touchant moins de 5.500 dirhams. Dans les détails, les responsables gouvernementaux maintiennent toujours la progressivité dans la mise en œuvre de l'augmentation salariale proposée. Ainsi, les fonctionnaires ciblés auront une première augmentation dès 2019 de 200 dirhams puis une autre de 100 dirhams une année après avant de recevoir la dernière tranche en 2021. C'est le seul changement notable dans la première offre gouvernementale. Un changement qui n'a pas été du goût de la majorité des syndicats. En effet, l'Union marocaine du travail (UMT) et la Confédération démocratique du travail (CDT) se sont empressées de rejeter l'offre gouvernementale.
De son côté, l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) s'est dite prête à accepter la nouvelle offre sous conditions. Pour sa part, l'Union nationale du travail au Maroc (UNTM), proche du Parti de la justice et du développement (PJD), garde le silence. Le rejet de l'UMT de l'offre remaniée légèrement de la part du gouvernement est expliqué par l'absence toujours d'une vraie réponse aux attentes des travailleurs améliorant réellement leur situation financière et sociale. De même, la centrale dirigée par Miloudi Moukharik estime que le gouvernement ne répond toujours pas à ses revendications, notamment la hausse généralisée des salaires à la fois dans l'administration publique et le secteur privé sans oublier la baisse de la pression fiscale et le parachèvement de la mise en œuvre du fameux accord du 26 avril 2011. Il faut dire que le gouvernement promet également une hausse de 100 dirhams des allocations familiales versées aux travailleurs. Celles-ci passent donc de 200 dirhams à 300 DH pour les trois premiers enfants. Cette revalorisation doit profiter à la fois aux fonctionnaires de l'administration publique et aux salariés du secteur privé. Cela dit, les négociations semblent se concentrer sur les revendications des fonctionnaires alors que l'offre dans le cadre du dialogue social en faveur des salariés du privé demeure toujours ambiguë.
PLF
Le projet de loi de Finances (PLF2019) était très attendu puisque le texte devait comporter des mesures en faveur des salariés et des fonctionnaires. Même en l'absence d'un accord entre les partenaires sociaux, l'Exécutif préfère temporiser.
Cela dit, les responsables gouvernementaux avaient laissé entendre il y a quelques mois qu'une action unilatérale restait envisageable. Ainsi, une partie de ces propositions gouvernementales pourrait être introduite dans le cadre du projet de budget 2019 soumis au Parlement. Si une telle action permettra au gouvernement d'honorer certains de ses engagements, elle risque également d'exacerber la tension avec les partenaires sociaux principalement les syndicats.
L'échec du dialogue social risque de provoquer une bataille à la Chambre des conseillers. Et pour cause, les syndicats et le patronat sont présents en force tout comme l'opposition parlementaire dans la Chambre haute du pays. Le gouvernement pourra toujours compter sur l'appui de la première Chambre dominée par la majorité et qui a toujours le dernier mot concernant la loi de Finances sans oublier le fameux article 77 de la Constitution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.