PLF 2021 : voici le détail des amendements proposés par la CGEM    Décès d'Abarhoun: la FRMF prend en charge les frais de rapatriement de sa dépouille    Campagne de vaccination: forte mobilisation à Chichaoua    Provinces du Sud : 236 projets du programme de développement restent à réaliser    Abdelillah El Jawhari déplore la maigre production du cinéma arabe traitant de la cause palestinienne    Pour l'OSFI, la lutte contre la violence à l'égard des femmes est la bataille de tous les acteurs en vue d'instaurer une culture de l'égalité    Le ministère de l'Industrie prévoit un budget d'investissement de 1,2 MMDH en 2021    CFG Bank enregistre un PNB en hausse à fin septembre    Où va le Liban ?    Nasser Bourita : Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    Marzouki appelle les séparatistes du polisario à regagner la mère-patrie    Malades du Covid-19 traités à domicile...ces laissés-pour-compte    L'UE souhaite améliorer le mécanisme des retours au Maroc des migrants irréguliers    "Le Miracle du Saint Inconnu " de Alaa Eddine Aljem représente le Maroc dans la présélection des Oscars    Philip Green, la chute du sulfureux roi de la mode britannique    Evolution du coronavirus au Maroc : 4346 nouveaux cas, 364.190 au total, mercredi 2 décembre à 18 heures    RNI : Le Comité de suivi de la cause du Sahara en visite à Guergarate    Jeux Olympiques de Tokyo 2021 : A la rencontre des quatre cavaliers du Royaume    Bruxelles: une manif du polisario fait pschitt    Le Maroc, sous la conduite de S.M le Roi, considère la cause palestinienne comme une question centrale    F1 : Russell remplace Hamilton chez Mercedes au GP de Sakhir ce week-end    Non à la suspicion meurtrière    Unesco: le Maroc soutient la candidature d'Audrey Azoulay pour un second mandat    Rachid Yazami, ce marocain qui entend révolutionner la recharge des batteries pour véhicules électriques    Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    «La Covid-19 a grandement perturbé notre action»    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Une proposition de loi pour le transfert des actifs de la Samir à l'Etat    Loulichki: Le Maroc demeure un partenaire crédible pour les Etats-Unis    L'ONMT entame une tournée régionale pour amorcer le plan de relance    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    «Echo…Notations Cosmiques», nouvelle exposition de Azdine Hachimi Idrissi    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    DR Moncef Slaoui : « Une grande majorité de la population américaine pourrait être immunisée contre le Covid-19 d'ici juin 2021 »    Algérie: François Ciccolini suspendu 2 ans!    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis    La RAM offre une couverture pour les dépenses liées au covid-19    Le vaccin anti-covid sera-t-il obligatoire ? Khalid Ait Taleb tranche (VIDEO)    Merendina parle le langage de l'amour    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elle «vend» son enfant puis le vole
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 02 - 2003

Khouribga. Elle a accouché d'un enfant indésirable, issu d'une relation extra-conjugale et l'a «vendu» pour 500 dh. Après réconciliation avec son amant, elle a voulu le récupérer en le volant à la mère adoptive.
Elle a vingt-quatre ans et demeure à Khouribga. Elle n'avait aucune possibilité de choisir, dans la vie. Quand elle a commencé à prendre conscience, elle s'est retrouvée entourée de ses parents, frères et sœurs qui ne dégustaient que la misère, qui tiraient la bouchée, comme dit l'adage marocain, de la bouche du lion, qui ne lui avaient pas permise de mettre les pieds à l'école, qui l'ont jetée, adolescente, à son propre sort. Elle a commencé à se débrouiller pour aider sa famille. Tantôt, elle travaillait chez des familles et tantôt elle se prostituait.
Au fil des jours, elle a rencontré un jeune homme, la trentaine, soldat de son état. Elle lui a plu. Il lui a proposé de s'attabler dans un café pour quelques minutes. Elle n'a pas refusé. D'une rencontre à l'autre, elle a découvert pour la première fois qu'un homme s'intéresse à elle, comme un être humain et non pas seulement comme un corps. Elle a commencé à s'absenter, de temps à autre,du domicil familial. Elle accompagnait son amant chez lui et passait des nuits dans son lit. Ils vivent depuis comme des époux au point qu'elle ne se rend plus chez elle que pour verser quelques sous à ses parents. Son amant était généreux. Il répondait à ses besoins sans la moindre hésitation. Certes, ses demandes étaient à sa portée puisqu'elle ne réclamait que la nourriture, l'habilement et un bon lit avec un peu de tendresse. Les jours passent en un clin d'œil. Leur relation est arrivée, en été 2002, à sa première année et demie.
Les problèmes commencent à brouiller leur relation. Ils commencent à hausser la voix. La raison ? Son ventre est déjà bombé. Elle est enceinte. « Que dois-je faire de cet enfant ? », lui demandait-il. «C'est le mien et je ne l'abandonne pas. Je rêvais depuis longtemps d'avoir un mignon de toi…», lui répondait-elle.
Son neuvième mois de grossesse est arrivé. Elle a accouché d'un bébé qui ressemble à son père.
« Tu dois te débrouiller pour l'abandonner », lui dit son amant fermement. Il ne trouvait rien à dire que : «Sinon, faudra que tu partes…».
Elle s'est retrouvée entre le marteau de son amant et l'enclume de son nouveau-né. Elle a choisi enfin de l'abandonner en le « vendant » à une voisine qui souhaitait adopter un enfant. La contrepartie était cinq cents dirhams. Elle est retournée chez son amant sans rien lui dire. Elle s'est contentée de lui verser la somme. Il l'a empochée avant de sortir au café. Et comme s'il s'est réveillé d'un profond sommeil. Il n'a jamais pensé rendre son fils esclave. Comment arrive-t-il priver son amante de son nouveau-né et vendre son fils ? pense-t-il. Vite il a retrouvé son amante pour lui demander de récupérer son enfant. « Excuses-moi de mes comportements, tu dois récupérer notre enfant et nous allons nous marier », lui explique-t-il.
Elle était très contente. Elle n'a jamais senti une telle joie au point que ses yeux ont fondé en larmes. Le lendemain, elle s'est rendue chez la femme adoptive.
Elle ne lui a rien dit ni demandé comme si elle était venue pour rendre visite à son enfant. Une fois la femme adoptive est rentrée à la cuisine pour lui préparer du thé, la jeune fille a mis la main sur son bébé et sur mille six cents dirhams qui étaient dans un armoire avant de rebrousser chemin. La femme adoptive, en rentrant à la chambre, n'a trouvé ni le bébé ni sa mère. Elle n'est pas restée les mains croisées. Mais elle s'est dépêchée au commissariat de police pour les alerter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.