Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Covid-19: le point sur la situation au Maroc jusqu'à jeudi à 18h00    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Fonds Spécial Covid-19    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Adieu Si Fadel    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Brèves Internationales    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Les réserves des centrales syndicales    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elle «vend» son enfant puis le vole
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 02 - 2003

Khouribga. Elle a accouché d'un enfant indésirable, issu d'une relation extra-conjugale et l'a «vendu» pour 500 dh. Après réconciliation avec son amant, elle a voulu le récupérer en le volant à la mère adoptive.
Elle a vingt-quatre ans et demeure à Khouribga. Elle n'avait aucune possibilité de choisir, dans la vie. Quand elle a commencé à prendre conscience, elle s'est retrouvée entourée de ses parents, frères et sœurs qui ne dégustaient que la misère, qui tiraient la bouchée, comme dit l'adage marocain, de la bouche du lion, qui ne lui avaient pas permise de mettre les pieds à l'école, qui l'ont jetée, adolescente, à son propre sort. Elle a commencé à se débrouiller pour aider sa famille. Tantôt, elle travaillait chez des familles et tantôt elle se prostituait.
Au fil des jours, elle a rencontré un jeune homme, la trentaine, soldat de son état. Elle lui a plu. Il lui a proposé de s'attabler dans un café pour quelques minutes. Elle n'a pas refusé. D'une rencontre à l'autre, elle a découvert pour la première fois qu'un homme s'intéresse à elle, comme un être humain et non pas seulement comme un corps. Elle a commencé à s'absenter, de temps à autre,du domicil familial. Elle accompagnait son amant chez lui et passait des nuits dans son lit. Ils vivent depuis comme des époux au point qu'elle ne se rend plus chez elle que pour verser quelques sous à ses parents. Son amant était généreux. Il répondait à ses besoins sans la moindre hésitation. Certes, ses demandes étaient à sa portée puisqu'elle ne réclamait que la nourriture, l'habilement et un bon lit avec un peu de tendresse. Les jours passent en un clin d'œil. Leur relation est arrivée, en été 2002, à sa première année et demie.
Les problèmes commencent à brouiller leur relation. Ils commencent à hausser la voix. La raison ? Son ventre est déjà bombé. Elle est enceinte. « Que dois-je faire de cet enfant ? », lui demandait-il. «C'est le mien et je ne l'abandonne pas. Je rêvais depuis longtemps d'avoir un mignon de toi…», lui répondait-elle.
Son neuvième mois de grossesse est arrivé. Elle a accouché d'un bébé qui ressemble à son père.
« Tu dois te débrouiller pour l'abandonner », lui dit son amant fermement. Il ne trouvait rien à dire que : «Sinon, faudra que tu partes…».
Elle s'est retrouvée entre le marteau de son amant et l'enclume de son nouveau-né. Elle a choisi enfin de l'abandonner en le « vendant » à une voisine qui souhaitait adopter un enfant. La contrepartie était cinq cents dirhams. Elle est retournée chez son amant sans rien lui dire. Elle s'est contentée de lui verser la somme. Il l'a empochée avant de sortir au café. Et comme s'il s'est réveillé d'un profond sommeil. Il n'a jamais pensé rendre son fils esclave. Comment arrive-t-il priver son amante de son nouveau-né et vendre son fils ? pense-t-il. Vite il a retrouvé son amante pour lui demander de récupérer son enfant. « Excuses-moi de mes comportements, tu dois récupérer notre enfant et nous allons nous marier », lui explique-t-il.
Elle était très contente. Elle n'a jamais senti une telle joie au point que ses yeux ont fondé en larmes. Le lendemain, elle s'est rendue chez la femme adoptive.
Elle ne lui a rien dit ni demandé comme si elle était venue pour rendre visite à son enfant. Une fois la femme adoptive est rentrée à la cuisine pour lui préparer du thé, la jeune fille a mis la main sur son bébé et sur mille six cents dirhams qui étaient dans un armoire avant de rebrousser chemin. La femme adoptive, en rentrant à la chambre, n'a trouvé ni le bébé ni sa mère. Elle n'est pas restée les mains croisées. Mais elle s'est dépêchée au commissariat de police pour les alerter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.