Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouveau cadre de partenariat-pays entre le Maroc et la Banque mondiale (2019-2024): 5 milliards de dollars pour les 3 premières années
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 03 - 2019

Ce nouveau plan s'ouvre davantage sur le secteur privé. C'est d'ailleurs le premier axe de cette stratégie.
«Le nouveau cadre de partenariat-pays entre le Maroc et la Banque mondiale (2019-2024) s'intéresse aux femmes et jeunes». La particularité de ce plan est ressortie, jeudi à Rabat, par Marie Françoise Marie-Nelly qui précise que celui-ci sera doté d'un prêt de «5 milliards de dollars pour les 3 premières années». La directrice des opérations de la Banque pour le Maghreb évoque également le partenariat précédent qui était accompagné par «4 milliards de dollars de 2014 à 2017». Pour le nouveau cadre de partenariat (CPF), ce qui importe, à ses yeux, c'est la «mise en œuvre qui est un enjeu. D'où l'importance de travailler sur la convergence entre les secteurs». Outre cet intérêt aux femmes et jeunes, le CPF focalise sur d'autres secteurs.
Fort appel au privé
Comme le précise Mme Marie-Nelly, ce nouveau plan «s'ouvre davantage sur le secteur privé». C'est d'ailleurs le premier axe de cette stratégie. Aux côtés du développement de ce secteur, celle-ci met l'accent également sur le développement territorial notamment des villes et le capital humain en tant que deux axes restants. A propos du capital humain, elle met l'accent sur l'éducation dont la qualité est un défi pour le Maroc. «Il faut agir sur les deux côtés, soit la création des compétences et des opportunités d'emploi à la fois», détaille-t-elle. Selon ses dires, ce programme s'intéresse aussi à la digitalisation. «Il faut que le Maroc soit ouvert aux paiements digitaux», enchaîne-t-elle. De plus, le partenariat tient, selon ses dires, compte de la question du genre. «Le taux d'emploi des femmes est de 23% alors que la moitié de la population marocaine est féminine», commente-t-elle. Mme Marie-Nelly rappelle le lancement par la Banque mondiale des indicateurs de performance pour améliorer l'employabilité.
5 milliards de dollars c'est beaucoup, mais…
Selon Xavier Reille, directeur du bureau Maghreb de l'International Finance Corporation (IFC) du Groupe de la Banque mondiale, qui indique que ce programme est différent par rapport aux autres puisqu'il répond aux priorités du Maroc et aux Hautes orientations royales, voire défini avec le gouvernement et le secteur privé, «5 milliards de dollars sur 3 ans, c'est beaucoup». «Cependant il a la particularité de mettre le secteur privé au centre», tempère-t-il. Pour lui, le privé peut apporter des solutions en investissant dans le capital humain et l'éducation. «5 millions de jeunes, cela peut être une chance. Ils peuvent apporter des compétences. Le privé peut jouer un rôle dans ce sens», estime-t-il. M. Reille appelle, par l'occasion, à des partenariats public-privé sociaux. Aussi, c'est un programme qui, selon ses dires, favorise l'investissement étranger au Maroc.
Les maux de l'économie du pays
A propos de l'économie marocaine, le directeur souligne qu'elle doit fonctionner sur 4 moteurs. Seuls deux fonctionnent correctement, à savoir la demande intérieure et l'investissement public. «Les deux autres étant les exportations qui peuvent mieux faire et la dynamique de l'entrepreneuriat en intégrant davantage les PME», ajoute le directeur. Il met également l'accent sur un autre problème. «Il faut ouvrir d'autres secteurs à la concurrence», estime-t-il. Par l'occasion, il met, à son tour, l'accent sur la digitalisation et le doublement de l'inclusion financière au Maroc. «Le Royaume peut devenir le premier en Afrique dans les marchés de capitaux», ajoute-t-il. Pour lui, il faut également agir sur la microfinance pour faire des prêts importants. A bon entendeur…
Un projet de 611,3 millions d'euros pour le numérique
La Banque mondiale a également donné son aval à un projet de 611,3 millions d'euros, soit 700 millions de dollars. L'objectif étant d'aider le Maroc à accélérer l'adoption des technologies numériques. En entreprenant une telle démarche, la banque veut faire du numérique une source d'emplois, de croissance et de services de meilleure qualité.
Aussi la banque veut permettre au Maroc de se doter d'une base essentielle pour conduire la transformation économique en Afrique du Nord et plus généralement sur le continent africain. Ce projet abonde dans le sens du nouveau cadre de partenariat qui se veut d'exploiter le potentiel des nouvelles technologies pour promouvoir l'entrepreneuriat, la productivité et les plates-formes d'administration en ligne afin de stimuler la croissance et l'innovation.
L'objectif ultime étant de transformer l'économie marocaine et en faire un moteur de croissance. De plus, ce nouveau financement à l'appui des politiques de développement en faveur de l'inclusion financière et de l'économie numérique correspond à la stratégie du gouvernement en la matière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.