Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani    Coupe de France: Nayef Aguerd de retour dans le groupe dijonnais    Coronavirus: les autorités chinoises mettent à la disposition des Marocains résidant à Hubei deux numéros verts    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    PAM : Abdesslam Boutayeb annonce sa candidature au poste de Secrétaire général du parti    Marathon international de Marrakech: Victoire de Hicham Laquahi    Négociations post-Brexit: Barnier met en garde contre une rupture brutale    Aït Bennasser : On verra pour mon avenir en fin de saison    Rumeurs de nouveaux compteurs électriques, le démenti formel de l'ONEE    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Surf : C'est parti pour le 1er Pro Taghazout Bay !    Football féminin : Le Maroc affronte la Tunisie en amical    Hand-CAN 2020 : Le Maroc décroche son billet pour le Mondial    Décès de Dr Jean Lévy : Un humaniste et combattant inlassable pour la tolérance    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    Conférence initiée par la CDG à Rabat : De la transformation structurelle pour booster la croissance    Décès d'une détenue au centre hospitalier Al Ghassani de Fès : la mise au point de la DGAPR    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Les jeunes et le discours religieux contemporain    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 12 - 2019

Elle considère que cet honneur qui lui est fait en présence de stars du cinéma mondial, arabe ou marocain est avant tout rendu à toutes les artistes marocaines et, au moyen de l'art, à la femme marocaine.
«Je veux dédier cet hommage au meilleur cadeau du ciel, mon fils Bensalem!». C'est ainsi que s'exprimait, mercredi soir, la célèbre actrice marocaine, Mouna Fettou, à l'issue de l'hommage rendu à sa carrière artistique par le 18ème Festival international du film de Marrakech (FIFM) qui se tient jusqu'au 7 décembre. A cette occasion, l'artiste ne manque pas de devoir une fière chandelle à SM le Roi Mohammed VI, qui accorde son Haut patronage à cette grand-messe cinématographique, et à SAR le Prince Moulay Rachid, président de la Fondation du FIFM, initiatrice de cet événement. Mouna Fettou y a, d'ailleurs, de beaux souvenirs. «J'ai vécu le début de ce festival puisque je l'ai animé en 2006», remonte-t-elle le temps. Depuis, elle suit ses succès de par la réception de stars mondiales et marocaines dont Feu Amina Rachid, Mohamed Bastaoui, et Jilali Ferhati. Ces réussites consistent, selon l'actrice, en l'ouverture également du FIFM sur le cinéma marocain.
L'artiste exprime aussi toute sa gratitude à l'art, au public qui l'apprécie, aux artistes et professionnels du cinéma avec lesquels elle a traité et à toute personne ayant contribué à sa carrière artistique.
«Cet hommage, dont je suis assez heureuse, est une reconnaissance aux efforts de tous les professionnels», enchaîne l'actrice. Elle considère que cet honneur qui lui est fait en présence de stars du cinéma mondial, arabe ou marocain est avant tout rendu à toutes les artistes marocaines et, au moyen de l'art, à la femme marocaine. «C'est un hommage rendu à tous ceux qui croient en leurs rêves et ont emprunté le chemin de l'espoir», s'exprime Mouna Fettou. A propos du cinéma marocain, elle indique qu'il s'intègre pleinement dans la dynamique de notre société. Celle qui promeut les droits de la femme, préserve sa dignité et prône l'égalité du genre.
Au public, elle s'adresse au nom de toutes les artistes marocaines et de la femme marocaine. «Je vous présente toute ma gratitude et reconnaissance», poursuit-elle à l'attention de ses fans. Et ce n'est pas tout. «Je voudrais remercier ma mère, mes frères et mes amis pour leur appui et soutien», ajoute-t-elle. Le tout sans oublier de remercier chaleureusement Sarem Fassi Fihri, vice-président de la Fondation du FIFM. Et c'était à l'actrice tunisienne, Hend Sabry, héroïne du film «Noura rêve», projeté lors de cette édition, de remettre à l'artiste marocaine le trophée d'hommage. De toute évidence, il n'y pas mieux qu'une star maghrébine pour le faire.
Si le choix du FIFM se porte sur Mouna Fettou, c'est parce qu'elle compte à son actif une carrière de plus de 30 ans. Un parcours que cette actrice, née à Rabat, commence au cinéma avec «Un amour à Casablanca» d'Abdelkader Lagtaâ. Son parcours se poursuit avec des œuvres pour la télévision et le théâtre. Outre cette carrière, elle rafle un grand nombre de prix dans différents festivals. L'artiste s'est même frayé une renommée dans l'Hexagone pour son rôle dans le dernier film du réalisateur Gaël Morel, «Prendre le large», dans lequel elle se produit avec la grande actrice française Sandrine Bonnaire. Au Maroc, ses participations aux différentes productions sont nombreuses. Elle s'affiche ainsi dans «Volubilis» de Faouzi Bensaidi, «L'Orchestre des aveugles» de Mohamed Mouftakir et bien d'autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.