Les villes doivent impérativement maintenir des systèmes alimentaires durables, affirme la FAO    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    Le Raja de Casablanca retrouve la tête du classement de Botola Pro D1    Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 12 - 2019

La Banque mondiale vient d'accorder un prêt de 275 millions de dollars au Maroc pour l'aider à gérer l'impact financier des catastrophes naturelles et des chocs climatiques.
Ce prêt permettra aussi au Royaume de mettre à niveau le cadre institutionnel régissant la gestion du risque de catastrophe. Dans un communiqué, la Banque mondiale signale avoir approuvé le 11 décembre un prêt à l'appui des politiques de développement pour la gestion des risques de catastrophe d'un montant de 275 millions de dollars, assorti d'une option de tirage différé en cas de catastrophe (ou Cat DDO). Aux termes des conditions du prêt, la ligne de crédit pourra être décaissée à tout moment dans un délai de trois ans, qui pourra être renouvelé à quatre reprises pour couvrir une période totale de 15 ans. Une commission initiale égale à 0,5 % du montant du prêt sera versée à la signature de l'accord de financement, à laquelle s'ajoutera le paiement d'une commission de renouvellement de 0,25 % pour chaque extension éventuelle.
Ce nouveau financement de la Banque mondiale viendra soutenir des réformes destinées à renforcer le cadre financier, administratif et opérationnel du Fonds de solidarité contre les événements catastrophiques (FSEC). «Ce fonds assure un rôle capital et complémentaire à celui des assurances privées en fournissant une indemnisation aux personnes non assurées, dont spécifiquement les populations pauvres et les plus vulnérables. Il s'appuie sur des instruments de financement du risque sophistiqués et permet de couvrir les pertes causées par une inondation ou un séisme», indique le communiqué. Les réformes prévues au titre du nouveau programme concernent notamment la création d'une taxe parafiscale prélevée sur les contrats d'assurance et qui permettra d'apporter au FSEC une source continue de financement, ainsi que des mesures destinées à renforcer le marché assurantiel privé.
Le programme entend également établir un registre des bénéficiaires afin de fournir une indemnisation rapide et ciblée aux victimes d'une catastrophe. S'agissant de l'option de tirage différé, qui repose sur des outils financiers et des moyens d'action éprouvés, consiste en une ligne de crédit conditionnel. «En cas de catastrophe naturelle, elle permettra au gouvernement d'accéder immédiatement à des liquidités, apportant ainsi une ressource supplémentaire cruciale aux politiques de gestion du risque du Maroc», explique la Banque mondiale. «Ce nouveau financement avec option de tirage différé a pour objectif d'aider le Maroc à se doter d'un cadre complet pour la gestion du risque de catastrophe, en s'inscrivant dans la continuité d'un précédent projet financé par la Banque mondiale — le Programme de gestion intégrée des risques de catastrophes naturelles et de résilience.
Le développement d'un système assurantiel global est particulièrement crucial pour des populations vulnérables qui sont exposées à la perte de leurs moyens de subsistance en cas de catastrophe naturelle», a indiqué Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale.
Le programme vise par ailleurs à moderniser le cadre institutionnel national en matière de gestion du risque de catastrophe, en renforçant le système de protection civile et en créant un système d'information pour la gestion du risque d'inondation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.