Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Risques systémiques : Le Comité de surveillance livre son diagnostic
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 12 - 2019

Déficit, crédit bancaire, assurances, régime des retraites, marché des capitaux… Le 24 décembre s'est tenue au siège de Bank Al-Maghrib à Rabat la 10ème réunion du Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques (CCSRS). Lors de cette réunion, le comité a examiné l'état d'avancement de la feuille de route inter-autorités de stabilité financière couvrant la période 2019-2021 et analysé la cartographie des risques systémiques pesant sur le système financier national. Cette réunion a permis de relever la situation du système financier au regard des tendances économiques et financières constatées et prévus. Les détails.
Le déficit devrait s'alléger à 4,6% en 2019
Sur le plan des comptes extérieurs, le déficit du compte courant, après un creusement en 2018 à 5,5% du PIB, devrait s'alléger à 4,6% en 2019 et poursuivrait son amélioration au cours des deux prochaines années, précise le comité soulignant que les réserves internationales nettes continueraient sur l'horizon de prévision à assurer autour de 5 mois d'importations de biens et services. Au niveau de la croissance nationale, celle-ci connaîtrait un ralentissement en 2019 à 2,6% après 3% en 2018, sous l'effet de la baisse de la valeur ajoutée agricole, à en croire la même source ajoutant que celle du secteur non agricole, pour sa part, connaîtrait une amélioration avec une croissance passant de 2,6% en 2018 à 3,3% en 2019, à 3,5% en 2020 et à 3,7% en 2021. Pour ce qui est des finances publiques, le déficit budgétaire hors privatisation se creuserait à 4,1% du PIB en 2019 après 3,7% en 2018. Néanmoins, pendant les deux prochaines années, la consolidation budgétaire se poursuivrait, le déficit devant revenir à 3,8% du PIB en 2020 et à 3,5% en 2021.
Légère reprise dans le crédit bancaire
Du côté du crédit bancaire, le comité a relevé que ce segment a enregistré une légère reprise profitant particulièrement aux sociétés privées. «Le taux des créances en souffrance des entreprises non financières s'est stabilisé autour de 10% et celui des ménages est passé de 7,4% en 2018 à 7,9%», précise-t-on. Par ailleurs et en dépit du ralentissement de leur marge d'intérêt, les banques sont parvenues au titre du premier semestre 2019 à préserver leur rentabilité en lien particulièrement avec l'accroissement des résultats des activités de marché, conjugué à une baisse du coût du risque. Au niveau de la capitalisation, les établissements bancaires continuent de dégager des ratios de solvabilité supérieurs aux minimas réglementaires. «Le risque de concentration sur les gros débiteurs auquel est exposé le secteur bancaire continue de faire l'objet d'un suivi particulier», souligne le comité qui explique, par ailleurs, qu'une attention spécifique continue d'être accordée à la gestion des cyber-risques par les banques, dans un contexte de digitalisation accrue des services bancaires.
Assurances : Solidité et croissance sont les maîtres mots
Le secteur des assurances continue pour sa part de faire preuve de solidité et de croissance aussi bien en vie qu'en non-vie. «Il dégage une marge de solvabilité, en couverture du risque de souscription, largement supérieure au minimum réglementaire. Ces excédents de marge devraient, néanmoins, connaître une baisse significative avec le passage à la solvabilité basée sur les risques», indique la même source précisant que le secteur doit également parer à la détérioration de la sinistralité sur la branche non-vie et à la baisse des rendements des actifs, dans un contexte de baisse des taux d'intérêt.
Régimes des retraites : Fortes accumulations des dettes
Pour ce qui est des régimes des retraites, le comité relève que la sous-tarification des droits acquis dans le cadre de la branche long terme de la CNSS et du régime général du RCAR conduit à une forte accumulation des dettes implicites des deux régimes. Concernant le régime des pensions civiles géré par la CMR, il en ressort que sa réforme intervenue en 2016 a permis d'équilibrer sa tarification au titre des droits acquis après 2017, à en croire le CCSRS. En revanche, l'importance des engagements du régime au titre des droits acquis avant la réforme menace à court terme sa pérennité, avec un épuisement des réserves projeté pour 2029.
Stabilité dans le marché des capitaux
Pour le CCSRS, le marché des capitaux demeure stable avec une faible volatilité des marchés actions et obligataire. A fin novembre 2019, la capitalisation boursière s'établit à 609 milliards de dirhams enregistrant une hausse de 6% en glissement annuel. «Cette évolution est portée notamment par la nette augmentation du niveau d'émission sur le marché boursier par rapport aux six dernières années. La liquidité de ce marché, quoique faible, s'est légèrement améliorée au 2ème semestre», explique le comité indiquant que pour sa part, le niveau de valorisation est proche de sa moyenne historique des cinq dernières années qui reste néanmoins élevée. Par ailleurs, le marché de la dette privée affiche une sensible hausse des émissions en 2019 enregistrant plus de 77 milliards de dirhams (contre 70 milliards en 2018).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.