Nasser Bourita : Il faut qu 'il y ait un mouvement au sein de l'Europe pour soutenir l'autonomie au Sahara dans le cadre de la souveraineté du Maroc    Une entreprise américaine investit dans le projet de développement du premier robot humanoïde marocain    Fusion : PSA et FCA officiellement unis    Situation sanitaire satisfaisante du cheptel national    Bank of Africa et CADFund signent une convention de partenariat    Mondial de handball. Le Sept national s'incline face au Portugal    Premier conseil d'administration de l'Agence marocaine antidopage    Le Maroc désigné pays hôte de la CAN féminine 2022    Compteur coronavirus : 806 infections et 31 décès en 24H    Notre objectif est de retarder l' arrivée au Maroc de la nouvelle souche de la Covid-19 et de limiter sa propagation    Les employés du Groupe Sentissi en visite au passage d'El Guergarat    Banque mondiale : Contraction de 6,3% en 2020    Bientôt une charte architecturale et la promotion de l'éco-cité de Dakhla    Moulay Brahim El Othmani nouveau président du conseil d'administration de la MGPAP    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira au large de cap spartel    Lancement de la plateforme «Dakhlaconnect.com»    CHAN (Cameroun-2021) : Ce lundi à 17h00, le Maroc, tenant du titre, affronte le Togo    Mondial de handball : Le congolais Mvumbi, un pivot atypique sous les projecteurs !    Mondial de Handball : Premier match annulé à cause de la Covid-19    Maroc : l'Ukraine pourrait détrôner la France comme premier fournisseur de blé    Biden promet une série de décrets dès mercredi    La reconnaissance de la marocanité du Sahara: un tournant qui promet    Appel Maghrébin: Sortir des logiques de guerre importée    WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Azilal : campagne de chirurgie générale au profit des zones touchées par la vague de froid    Kerouac, Ginsberg, Burroughs... Le rêve tangérois des voyageurs américains dans l'âme    Ronaldo: «Le Real a eu tort de laisser partir Hakimi»    La jeunesse partisane appelle au renforcement de sa représentation politique    Marc Thépot, une nouvelle vie    Confessions dominicales : Témoignage édifiant en réponse aux chantres du défaitisme    Vient de paraître : «Le Secret de la lettre» de Mohammed Ennaji    Les temps sont durs pour Mohamed Ismaïl!    Des plasticiens marocains et africains participent à une exposition d'art collective    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    Dans une nouvelle exposition, Living 4 Art reflète les âmes d'une vingtaine d'artistes    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    La situation politique et sociale en Algérie est "désastreuse"    Covid-19 : 1 million de doses du vaccin chinois Sinopharm sont arrivées en Serbie    Ahssan Pâtissier débarque sur 2M à partir du 26 janvier    Se lever tôt le matin : les techniques efficaces pour se réveiller sans fatigue    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'école publique incapable d'absorber les élèves du privé !
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 07 - 2020

Le ministre espère l'adoption de la loi réglementant l'enseignement privé avant fin juillet
«Nous travaillons pour trouver un terrain d'entente entre les parents d'élèves et les écoles privées. Nous n'allons pas recourir à une méthode répressive mais nous faisons le choix du dialogue et de la communication».
L'alternative du public brandie par les parents d'élèves n'est pas possible. En tout cas, la tutelle pense qu'un tel scénario serait catastrophique pour le système entier. Le ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saaïd Amzazi, est revenu sur la crise actuelle entre des écoles d'enseignement privé et les parents d'élèves qui ne veulent pas régler la totalité des frais de scolarité en raison de la suspension des cours présentiels.
S'exprimant devant les députés membres de la commission parlementaire permanente chargée de l'enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, le responsable gouvernemental n'y est pas allé par quatre chemins pour commenter la menace des certains parents de migrer massivement vers l'enseignement public. «Une migration du secteur privé au public ne doit pas avoir lieu puisque cela voudrait dire que nous avons échoué tous à trouver une solution à cette crise. Pourquoi ? Parce que l'école publique n'est pas prête à recevoir des effectifs importants des écoles privées. Dans ce cas, nous allons remettre en cause tout le parcours visant à réduire le nombre d'élèves par classe et d'améliorer la qualité de l'offre scolaire. Nous allons également mettre en péril l'architecture de l'enseignement privé», a dit le ministre.
Et d'ajouter: «Nous travaillons pour trouver un terrain d'entente entre les parents d'élèves et les écoles privées. Nous n'allons pas recourir à une méthode répressive mais nous faisons le choix du dialogue et de la communication». S'agissant du rôle du ministère pour imposer une décision, il semble que les responsables ne disposent pas d'une assise légale pour agir. «J'aurais aimé avoir une assise légale et réglementaire pour prendre une décision et ne pas se contenter d'une médiation entre les deux parties», a fait savoir le ministre qui veut se pencher sur la loi réglementant l'enseignement privé au Maroc le plus tôt possible. «J'aimerais bien continuer à travailler ensemble pour faire adopter cette loi avant fin juillet, ce qui va constituer un très grand acquis comme ce fut le cas avec la loi-cadre adoptée juste avant de partir en vacances l'été dernier.
Cette année-là, nous aurons également un challenge important pour adopter la loi 06-00 avant de partir en vacances car nous avons une vision en plus d'une approche participative avec les parties concernées», a lancé le responsable. Cela dit, les représentants de l'enseignement privé ne semblent pas tout à fait d'accord sur l'approche participative. Au cours des derniers mois, l'association représentant le secteur avait appelé à impliquer les représentants du métier dans l'élaboration du texte avant son adoption. Il y a quelques semaines ladite association a annoncé son intention de recourir à la grève pour dénoncer la situation actuelle. Reste à savoir quel impact aura cette crise sur la rentrée prochaine. Les responsables au sein du ministère restent de leur côté optimistes. «to be continued...» !
Loi
Le ministère de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, veut remettre à plat la loi 06.00 formant statut de l'enseignement scolaire privé. Le but est d'harmoniser ses dispositions avec la nouvelle loi-cadre adoptée il y a quelques mois. Mais l'un des points de discorde sera sans nul doute la réglementation des frais de scolarité et d'assurance. Le texte actuellement en vigueur ne prévoit pas de disposition spécifique.
A noter que l'article 20 de la loi 06.00 actuelle stipule qu'il «ne peut être payé par anticipation plus de 30% du prix convenu, manuels, fournitures et moyens didactiques non compris. Si la durée des études est supérieure à douze mois, les trente pour cent (30%) sont calculés sur le prix de la première année pédagogique telle qu'elle est prévue par le plan d'études. Est nulle toute stipulation contraire aux dispositions de cet article».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.