Le ministre d'état Mustapha Ramid reprend ses esprits    R&D, entrepreneuriat et formation au menu du nouveau partenariat CGEM/UM6P    Le système bancaire face à la baisse des dépôts    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    El Guerguarat: inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    Casanearshore Parc: des bâtiments éco-responsables signés Ewane Assets    Covid-19: Prolongation de deux semaines des mesures de précaution    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Egypte : décès de l'acteur Youssef Chaabane, à l'âge de 90 ans, des suites de la covid-19    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Prolongement de l'état d'urgence, usage légal du cannabis... Ce qui est prévu lors du Conseil de gouvernement    Covid-19 en France: « Il faut encore tenir », selon Macron    Export : Dakhla nouveau fief pour l'Asmex    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    TOOMORE célèbre la femme marocaine    Yémen: l'ONU espère récolter 3,85 milliards de dollars contre la famine    Le président de la FIFA en visite au Maroc: Bons baisers de Rabat    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Guerguerat : inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Présidence de la CAF : la Fifa a fini par trouver un compromis entre les 4 candidats en lice    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Chelsea et United scotchés, Liverpool repart    Perquisitions au siège du Barça: plusieurs arrestations, dont l'ex-président Bartomeu    La NASA adopte la carte complète du Maroc    Yetnahaw Gaâ : en Algérie, la résistance démocratique face à la répression et l'entêtement du régime    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Alerte météo: fortes averses orageuses dans ces villes du Maroc    Jeunes Talents Maghreb L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science : Deux chercheuses marocaines récompensées    Le prisonnier (M.B) «n'a subi aucun traitement dégradant»    Des acteurs de la société civile latino-américains et africains soulignent l'importance de soutenir l'initiative d'autonomie    14e anniversaire de SAR la Princesse Lalla Khadija    Une partie de la société civile espagnole adopte une position guidée plutôt par «les préjugés que par la raison»    Ouverture mardi d'une session extraordinaire de la Chambre des représentants    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    La Bourse de Casablanca démarre en baisse    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Ronaldo et Messi dans le viseur d'un club    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    Algérie: affrontements entre la police et des manifestants    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Migration irrégulière sous Covid-19 : Les autorités sur le qui-vive
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2021

La migration clandestine est un fléau mondial qui représente des enjeux sociaux, économiques, politiques, sécuritaires. Elle est également lucrative.
Ce phénomène prend de plus en plus d'ampleur et favorise d'autres formes de criminalité. Lors de la période de Covid-19, les réseaux de migration irrégulière ont été freinés par les restrictions sanitaires. Cela a donné lieu à de nouveaux phénomènes, comme celui des «come-back» pour fuir la pandémie qui a connu un pic en Espagne durant cette phase.
En effet, dans son dernier numéro du mois de décembre, la revue de la police revient sur le bilan de la DGSN pendant la crise de Covid-19 et les démantèlements des réseaux de migration irrégulière dans ce contexte. Les détails.
Changement de mode opératoire des organisateurs
De par sa position géostratégique, le Maroc est doublement touché puisqu'il est à la fois un pays de départ et un pays d'accueil. Ainsi, plusieurs réseaux opérant dans la migration clandestine ont été interceptés par les autorités. Pour Abdeslam Benali, commissaire divisionnaire, chef de lutte contre la migration irrégulière à la direction de la Police judiciaire, «la déclaration de l'état d'urgence sanitaire et les mesures de confinement et de restrictions des déplacements ont eu des retentissements sur le phénomène de la migration irrégulière.
En effet, depuis mars jusqu'à la mi-juin, la fermeture des frontières ainsi que les informations relayées par les médias sur le danger de la maladie ont freiné l'activité de ces trafiquants, qui se sont tournés vers le sud du Maroc» ajoutant que durant cette période, les services de police ont pu démanteler huit réseaux de petite taille. «On a même assisté à un phénomène jamais vu auparavant, celui des «come-back» de l'Europe vers le Maroc», relève le responsable. Après le déconfinement, l'activité criminelle a repris. Néanmoins, les services de police ont démantelé durant le mois d'octobre 2020, 41 réseaux au stade précoce de l'opération et les organisateurs interpellés. «Pour ce qui est des itinéraires empruntés, on a constaté l'apparition d'opérations à partir des côtes atlantiques de Casablanca, El Jadida et Mohammedia. Concernant les modes opératoires adoptés, ils diffèrent par zone géographique. Au niveau du Nord et de l'Oriental, c'est la voie maritime utilisant des zodiacs et de bateaux pneumatiques ; au niveau de Casablanca-El Jadida, les embarcations traditionnelles en bois ; au niveau du Sud, les embarcations de deux modes sont adoptées ; alors qu'au niveau postes-frontières terrestres, l'usage de faux documents prédomine», indique M. Benali.
Réseaux clandestins démantelés
La police judiciaire a démantelé 100 réseaux du 1er janvier au 31 octobre 2020 avec l'arrestation et la présentation à la justice de 357 organisateurs ainsi que 7.299 candidats à l'émigration irrégulière dont 2.342 marocains et 4.957 étrangers qui s'apprêtaient à rejoindre clandestinement les côtes espagnoles. A cela s'ajoute la saisie de 39 embarcations, 31 motogodilles, 204 téléphones portables, 38 véhicules, 21 GPS et boussoles, 5.700 litres de carburant, et 551.625 dirhams, 7.140 euros et 15.000 CFA. Bien que le nombre d'affaires traitées en 2020 comparé à 2019 soit en baisse (54%), le nombre de réseaux démantelés est en hausse de 66%.
Décryptant l'évolution de la migration clandestine en 2020, il ressort deux phases distinctes. La première s'étale du mois de mars au mois de mai 2020. Les restrictions de l'état d'urgence ont impacté les opérations d'émigration irrégulière par voie maritime atlantique et méditerranéenne mais aussi l'usage de faux documents de voyage. Dans ce sens, la suspension des trafics aérien, maritime et terrestre a poussé les réseaux de la fraude documentaire à geler leurs activités de faux et usage de faux, et à s'orienter vers des modes alternatifs, notamment les opérations de voyage clandestin via les eaux maritimes. Pour ce qui est de la deuxième phase, celle-ci va du mois de juin au 10 octobre 2020. Au cours de cette période, on compte à 54 le nombre de réseaux qui ont été démantelés contre 23 et 16 réseaux successivement en 2019 et 2018. «Cette période a été caractérisée par l'avortement de plusieurs projets d'émigration irrégulière à leur stade embryonnaire, ce qui explique le nombre élevé de réseaux démantelés et des organisations arrêtées, et ce grâce à des actions anticipatives menées conjointement avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, notamment au niveau des provinces du Sud du Maroc», précise-t-on. Durant cette période, le nombre de candidats arrêtés a presque triplé. Il est passé de 985 candidats durant les mois de mars, avril et juin à 2.975 durant les autres mois jusqu'à octobre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.