Chambre des Conseillers: La Charte des services publics adoptée à l'unanimité    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Botola Pro D1 :Le programme de la 22e journée    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    Bourita attire l'attention sur l'impact des nouvelles technologies    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    La 2è manche du championnat des circuits de vitesse à Marrakech    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Profonds désaccords et faibles attentes    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Diplomatie : le NMD présenté aux ambassadeurs    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Fnideq : la nouvelle zone d'activités économiques "recrute" ses investisseurs    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Botola / WAC-RCAZ (0-0) : Un Wydad faiblard et épuisé à quelques jours de sa demi-finale africaine !    Sergio Ramos quitte le Real Madrid    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Quand la polygamie séduit les Marocains    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Invité par le PJD, le Chef du Hamas Ismaïl Haniyeh en visite au Maroc    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Congrès péruvien refuse l'interférence de l'Europe dans la crise entre Madrid et Rabat    Les Bleus s'imposent dans la douleur contre l'Allemagne    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    L'ONMT lance l'opération Welcome Back    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 au Maroc : 500 nouveaux cas et 165 000 doses dispensées en 24 heures    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Carte sanitaire au Maroc : Ces chiffres à retenir...    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 05 - 2021

Prévue à la galerie Living 4 art à Casablanca
«Dans notre société moderne conformiste, chacun de nous doit museler une partie de sa personne pour se fondre dans la masse, si bien qu'à force l'on oublie le soi véritable. Il devient alors primordial de procéder à une introspection, de «regarder à l'intérieur»».
Après «La quête de soi», l'artiste-peintre Rajae Lahlou revient cette fois-ci avec une nouvelle exposition baptisée «Miroir de l'âme», prévue à partir du 22 mai 2021, à la galerie casablancaise Living 4 art. Autodidacte et créative, l'artiste présente, à travers ses créations, un univers pictural reflétant des éléments qui unissent chaque être humain. «Dans notre société moderne conformiste, chacun de nous doit museler une partie de sa personne pour se fondre dans la masse, si bien qu'à force l'on oublie le soi véritable. Il devient alors primordial de procéder à une introspection, de «regarder à l'intérieur»», explique l'artiste dans une note d'information. Et d'ajouter que «l'œuvre d'art comme un miroir de l'âme constitue une infinité d'états d'âmes humains, cachés par le blindage du corps et exprimés par le talent de l'art, qui est possédé dans notre nature et donc impossible d'être retenue incompréhensible». A travers son exposition, le public distingue en effet les différentes silhouettes qui abordent les œuvres de cet artiste. «Elles constituent le reflet de la psyché de chacun, des représentations de l'homme, impuissant et insignifiant dans un monde toujours en mouvement, qui ne l'attend guère», indique-t-on.
Il faut dire que le travail de Rajae Lahlou s'inscrit dans une quête acharnée et ininterrompue d'une beauté sensuelle et spirituelle. Elle s'inspire et s'enrichit de tout ce qui l'entoure, de ce qu'elle voit et vit, et de ce qu'elle ressent pour les exprimer et les refléter dans ses créations artistiques. Influencée depuis son plus jeune âge par l'environnement de la capitale culturelle du Maroc, Rajae Lahlou a toujours porté de l'intérêt à l'art dans ses diverses formes. Passionnée de romans, musique, cinéma et de poésie, c'est dans la peinture qu'elle trouve son réconfort, une discipline qui lui permet de s'exprimer librement sans se soucier des normes et diktats imposés par la société.
En tant qu'artiste-peintre, sa technique de prédilection est l'abstrait. Sa créativité et liberté d'esprit sont exprimées à travers ses œuvres abstraites, n'ayant pas de formes prédéfinies, transcendant le monde réel, essayant de dépeindre et de souligner ce qui va bien au-delà de la réalité observée, réduisant l'univers qui nous entoure à des idées basiques et des sentiments primaires. Ce n'est pas pour autant que ses toiles sont simples.
Bien au contraire, les peintures de Rajae Lahlou sont complexes et ambiguës, chaque personne trouvant dans ses tableaux sa propre vérité, car au final, ses œuvres sont un voyage, une sorte de pèlerinage qui permet de se retrouver avec soi-même et de voir au plus profond de son âme, à l'image d'un miroir ou d'un écho lointain. Une fois de plus, l'univers de Rajae Lahlou est une véritable montagne d'émotions et de sentiments que l'on ressent lorsque l'on contemple ses œuvres, allant de la mélancolie, la tristesse et le spleen représentés par les couleurs sombres, à la joie et l'extase symbolisés par des couleurs vives, stimulantes et pleines de vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.