Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Elections : La HACA prépare son dispositif pour les prochaines échéances    Biden supprime le tweet montrant une carte du Maroc sans le Sahara    Al Hoceima : Appel à projets du programme Madaëf Eco6    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Liban : Macron fait la quête    Tokyo 2020 : Elaine Thompson (Jamaïque) 100 m féminin : 10 s 61 à 0,62 s du record mondial    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Les mosquées de la préfecture de Skhirat-Témara ferment pour la prière d'Al icha    Compteur Coronavirus :Le Maroc franchit le cap des 10.000 nouveaux cas en 24 heures    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    L'ONU demande la fin immédiate des "violations alarmantes" en République centrafricaine    Agro-alimentaire : bonnes performances des exportations en 2021    Du pétrole à Inezgrane : les précisions de l'ONHYM    L'Espagne rejoint le Brésil en finale messieurs    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Vaccination anti-Covid : inauguration du premier vaccinodrome à la pointe de la technologie (Reportage)    La société civile se mobilise contre le travail des enfants    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Botola: Walid Regragui proche du Wydad, pour succéder à Benzarti    Bonnes performances pour les ventes de voitures à fin juillet    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Fête du Trône: SM le Roi reçoit un message de félicitations du président du Conseil présidentiel libyen    Micro-crédit. Les nouvelles dispositions légales entrent en vigueur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 4 août 2021 à 16H00    Covid-19: la Chine restreint les déplacements à l'étranger pour ses ressortissants    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    Edito : XXIème    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 06 - 2021

Elle lance une quarantaine d'études anthropologiques
Le Patrimoine culturel immatériel national (PCI) se caractérise par une richesse et une diversité particulières. Il comprend plusieurs traditions ou expressions vivantes héritées de nos ancêtres comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels, les événements festifs ou le savoir-faire nécessaires à l'artisanat traditionnel. En effet, certaines de ces pratiques sont menacées de disparition, ainsi leur protection devient un enjeu nécessaire, d'où la nécessité de sa préservation. C'est dans ce sens que le ministère de la culture, de la jeunesse et des sports a annoncé le lancement d'une quarantaine d'études anthropologiques pour compléter son inventaire du patrimoine immatériel. Il s'agit d'un premier groupe d'éléments publié dans une infographie intitulée «Le patrimoine culturel immatériel, comment ça marche?». En effet, ce document qui fournit de précieuses informations sur la mise en œuvre de la Convention de l'Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et la feuille de route du ministère de la culture, donne à voir une lecture sur les éléments en cours d'étude patrimoniale au niveau de chaque région du Royaume. Les détails !
L'artisanat et les savoir-faire traditionnels à l'étude
Selon le document, les éléments concernés au niveau de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima sont le savoir-faire lié à la poterie féminine du Rif, la musique Jahjouka et le savoir-faire lié à la jellaba d'Ouezzane. Concernant la région Fès-Meknès, ces études portent, selon la même source, sur le brocard traditionnel de Fès, le savoir-faire de la céramique bleue de Fès et sur la chasse au slougui. La région de Rabat-Salé-Kenitra est représentée avec Tarab El Ala, le Moussem de procession des cierges de Salé et le festival international «Maroc des contes». Ainsi au niveau de la région de Casablanca-Settat, le savoir-faire lié à la construction des Tazota, à la Kharqa Saissiya et à la fête de la Mimouna sont les principaux éléments en cours d'étude. Dans la région de l'Oriental le focus est placé sur la sparterie, les savoir-faire artisanaux associés aux traditions vestimentaires masculines (Selham/burnous de Figuig) et les chants et danses de la région (Reggada et Laalaoui). Pour la région de Marrakech-Safi, les connaissances liées à la construction des barques d'Essaouira, le savoir-faire lié à la poterie de Safi, outre le Talbbat, art de confection de tapis de prière et terbouch de Marrakech, sont les principaux éléments étudiés.
Aussi, dans la région de Souss-Massa, l'intérêt est porté sur le Ihyadn (Oulad Sidi Hmad Ou Moussa), la musique et chants de Rways, l'espace apicole collectif d'inzerki et la revitalisation des chants féminins de Taroudant. Le chant de Boughanim, le langage sifflé dans le Haut-Atlas et le savoir-faire lié à la Djellaba de Bzou sont les principaux éléments à l'étude dans la région de Béni Mellal-Khénifra, tandis que dans la région de Lâayoune-Sakia El Hamra, les études anthropologiques portent sur le savoir-faire et les connaissances liés aux bijoux en argent du Sahara, ainsi que les rites et connaissances liés à la tente traditionnelle (kheima) du Sahara, sans oublier le travail du cuir.
La gastronomie, la couture et les arts décoratifs
Le ministère de la culture mène également des études sur la gastronomie et les pratiques culinaires traditionnelles marocaines, les savoirs artisanaux liés à la couture traditionnelle du caftan ainsi que les savoirs et savoir-faire liés aux arts décoratifs comme le plâtre et le bois. Il faut noter qu'a ce jour, le Maroc compte 10 éléments inscrits au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, dont neuf sur la liste représentative et un sur la liste de la sauvegarde urgente. Il s'agit des «Savoirs, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation du couscous», «Le Gnaoua», «Le Taskiwin, danse martiale du Haut-Atlas occidental», «La fauconnerie, un patrimoine humain vivant», «L'argan, pratiques et savoir-faire liés à l'arganier», «La diète méditerranéenne», «Le festival des cerises de Sefrou», «L'espace culturel de la place Jemaa El Fna», «Le Moussem de Tan-Tan» et «Les connaissances, savoir-faire, traditions et pratiques associés au palmier dattier».
Des actions pour le rayonnement du PCI
Selon le ministère, la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est l'affaire de tous, communautés, individus et groupes. «Ces derniers peuvent communiquer activement autour du sujet du patrimoine culturel immatériel et jouer le rôle de médiateur culturel auprès de la population, des autorités locales et de la société civile», lit-on dans le document. A cet effet, le département propose plusieurs pistes pour les encourager au rayonnement du PCI. Au volet institutionnel, le ministère propose de mettre à disposition de la documentation ainsi que ses plateformes de communication. «Il est également question de l'identification des trésors humains vivants dans les inventaires du ministère en vue de les honorer, de documenter l'élément à sauvegarder et sensibiliser pour une meilleure application des textes en vigueur, et si nécessaire agir par voie réglementaire ou conventionnelle», relève-t-on. Le ministère propose également d'accompagner la constitution du dossier complet (étude scientifique, consentement des communautés, capsules vidéo et formulaire de candidature) pour l'inscription à la liste du patrimoine culturel immatériel et, après évaluation, introduire cette demande auprès de l'Unesco.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.