Maroc: Les conditions de financement à l'international, un facteur d'assurance    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Marché obligataire: Les taux de rendement de la courbe primaire devraient poursuivre leur hausse (AGR)    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une deuxième saison en mode show et expression populaire dans les moussems
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 02 - 2022

Le documentaire «Anmougar» est diffusé en Ramadan sur Al Aoula
La deuxième saison du documentaire «Anmougar», diffusée chaque vendredi en ce Ramadan sur Al Aoula et dont la production exécutive est conçue par «Faouzi Vision», a la particularité de révéler davantage les rituels des moussems. A cet effet, le réalisateur Ayoub Ait Bihi a, tel qu'il le précise, fait «le choix du show et de styles d'expression populaire». L'objectif étant, à son sens, de mieux rapprocher les téléspectateurs de l'ambiance des moussems «en tant qu'idée et pratique collective ainsi que moment de partage de joie et de rencontre spirituelle voire humaine entre les citoyens marocains de différents bords linguistique, géographique et ethnique dans ces occasions». Comme il l'explicite, cette diversité est un symbole de particularité culturelle marocaine. Et ce n'est pas tout ! Le réalisateur aspire, avec son équipe, à tourner la troisième saison des rituels du moussem annuel dans certaines régions au Maroc. Le tout en caressant l'espoir de «préserver les coutumes et traditions qui distinguent chaque saison par rapport à une autre, ainsi que de documenter voire archiver l'histoire du Maroc authentique».
Dans les détails, «Anmougar» ou «Almougar» est une appellation amazighe qui signifie «moussem». C'est ce genre de manifestations qui fait l'objet de cette émission qui se veut également de ressusciter le patrimoine matériel et immatériel de certains moussems annuels du Maroc qui regorgent également de patrimoine culturel et religieux qui diffère d'une région à une autre. Ainsi, le téléspectateur découvre, au fil des épisodes à partir de minuit et en 52 minutes, toutes les particularités de ces moussems auxquels la deuxième saison de l'émission rend hommage dans les villes d'Essaouira, El Youssoufia, El Jadida, Salé, Rabat, Meknès, Moulay Idriss Zerhoun, Taroudant, Imoulas, Taznakht, Agdz, Zagora, Errissani, Moulay Ali Cherif et Tinghir.
Mieux encore, ce documentaire est un voyage dans le temps et l'espace. Il s'intéresse plus particulièrement aux spiritualités, soufisme, zaouias, marabouts, saints et rituels religieux. Le tout en rapport avec le moussem. Dans ce sens, ce programme fait des recherches autour des origines, de l'histoire, des traditions de chaque moussem. Celles-ci étant un phénomène exceptionnel et plus complexe, contrairement à ce qu'il puisse paraître. D'ailleurs, la vérité s'y mêle aux mythes et croyances populaires. C'est pourquoi cette production tente de mieux révéler l'aspect spirituel des moussems marocains et la mémoire individuelle et collective de chaque moussem à travers le chercheur et concepteur Abdelilah Lahrech qui crée un fil conducteur de toutes les rencontres dans chaque épisode. Quant au réalisateur, il poursuit, pour l'heure, son doctorat sur «La mémoire dans le film documentaire marocain».
Pour rappel, il a étudié la réalisation cinématographique et obtenu un master spécialisé en cinéma documentaire à Tétouan. Comme il a décroché une licence en gestion de production cinématographique et audiovisuelle à Ouarzazate. Il a également participé à l'université d'été en cinéma documentaire à l'école nationale supérieure des métiers de l'image et du son à Paris. Au compteur, il a plusieurs documentaires réalisés par ses soins à l'instar de « Simane », «Yenna», «Soulima Inwa», «Blala» et «Inouraz». Comme il a eu le Prix de la meilleure réalisation au Festival international du documentaire ainsi qu'une mention spéciale du festival international «Issni N'ourgh» à Agadir. De quoi le qualifier à réaliser d'autres documentaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.