Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pascal Sevran au banc des accusés
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 12 - 2006

Les propos racistes prononcés par l'animateur télé Pascal Sevran, au début du mois, auraient dû permettre aux représentants de la communauté d'oublier leurs dissensions et jouer plus activement leur rôle de défense des droits des Noirs vivant en France.
Au début du mois de décembre, la communauté noire de France a été l'objet d'une nouvelle attaque raciste faite cette fois par l'animateur de télévision France 2, Pascal Sevran. L'écrivain animateur, âgé de 61 ans, avait déclaré, dans un entretien accordé au quotidien français «Var Matin», en reprenant des propos publiés dans son livre «Le privilège des jonquilles», que «La bite des noirs est responsable de la famine en Afrique». Selon ses dires, «l'Afrique crève de tous les enfants qui y naissent sans que leurs parents aient les moyens de les nourrir. Je ne suis pas le seul à le dire. Il faudrait stériliser la moitié de la planète !». Quelques jours plus tard, l'animateur télé a présenté ses «excuses aux hommes et aux femmes» qu'il a pu peiner.
Malgré ces excuses, les propos racistes de Sevran qui visaient spécialement le peuple nigérien ont poussé le gouvernement du Niger à saisir les tribunaux français. Dans un communiqué lu à la radio, Mohamed Ben Omar, porte-parole du gouvernement nigérien, a déclaré, samedi 16 décembre, avoir « décidé de saisir les tribunaux français pour que justice et réparations soient faites ».
L'interview de Pascal Sevran est venue à point nommé pour permettre aux associations et collectifs de la communauté noire de jouer leur rôle dans la société française. Néanmoins, les représentants de la population noire n'ont pas réussi à dépasser leurs désaccords.
Le Collectif DOM (Antillais, Guyanais, Réunionnais) s'oppose ainsi aux Africains du Conseil représentatif des associations noires (Cran). Selon une représentante du Collectif, « le Cran défend les Africains, il ne peut décider de parler au nom de tous les Noirs », raison pour laquelle cette militante a demandé la dissolution du Cran. Un autre membre du Collectif déclare, quant à lui, que le Cran est une association de « racistes » qui « définissent les gens par leur couleur de peau ». Du côté du Cran, silence radio. L'association a préféré ne pas entrer dans cette polémique.
Ces rivalités entre les représentants de la population noire dans l'Hexagone s'expliquent par la volonté de chacun d'eux de vouloir être l'unique interlocuteur de cette partie des populations établies en France. En revanche, elles ne font pas avancer la question concernant la place de la population noire. D'autant plus que le sociologue Eric Fassin estime que des propos racistes comme ceux prononcés par Paul Sevran et qui ont l'effet d'une bombe, donnent plus de chances à la communauté noire pour qu'on parle d'elle, de ses problèmes surtout que la conjoncture monopolisée par la campagne des élections présidentielles 2007 ne leur semble pas «favorable».
Des précédents racistes
La communauté noire en France a été plusieurs fois victime d'attaques racistes. On se souvient qu'après les émeutes dans les banlieues, l'historienne française, Hélène Carrère d'Encausse, les a justifiées par la polygamie. «Beaucoup de ces Africains, je vous le dis, sont polygames. Dans un appartement, il y a trois ou quatre femmes et 25 enfants.» Autre personnalité et non des moindres, le socialiste Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon, qui avait déclaré que dans l'équipe de France de football «il y a neuf Blacks sur onze. La normalité serait qu'il y en ait trois ou quatre (...). S'il y en a autant, c'est parce que les Blancs sont nuls (...). Bientôt, il y aura onze Blacks. Quand je vois certaines équipes de foot, ça me fait de la peine».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.