Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment se marier par internet
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 01 - 2007

Le mariage par Internet est de plus en plus fréquent au Maroc. Beaucoup de jeunes rêvent de se marier via ce moyen de communication. Témoignages.
Lassée d'attendre le prince charmant qui tardait à se manifester, Karima, gérante d'un cybercafé à Casablanca, se jette à l'eau. Pourquoi pas « un mari virtuel » ? . A l'instar de plusieurs jeunes de son âge, Karima, la trentaine souriante, commence à chatter et décide de dénicher son âme sœur même aux confins de la Chine. Par pur hasard, la toile a changé sa destination et l'a conduite vers l'Arabie Saoudite. C'est là où elle trouvera l'homme qui lui convenait le plus : un universitaire saoudien de dix ans son aîné. Depuis, cette jeune femme brune aux yeux pétillants d'intelligence, vit un vrai conte de fées. Après le faste d'un mariage à la marocaine, célébré à Casablanca, elle vit comme une princesse à Djeddah. Très généreux, Abdellah, l'élu de son cœur, a aidé sa famille à résoudre ses problèmes financiers et a même invité les parents de son épouse à effectuer, l'année dernière, le pèlerinage aux Lieux Saints de l'Islam.
Des expériences réussies de ce genre encouragent d'autres jeunes à faire de même. C'est le cas de Nisserine, sœur cadette de Karima et institutrice de profession. «Je passe mon temps à chatter pour mettre la main sur l'oiseau rare et faire un beau mariage comme celui de ma sœur aînée. Malheureusement, les prétendants qui se sont manifestés sont tous des Marocains», confie-t-elle avec une pointe d'amertume. Toutefois, la majorité des parents auxquels nous avons posé la question n'accepte pas que leur progéniture se marie de cette façon. C'est le cas de Rachida, professeur de mathématiques dans un lycée de la capitale économique et mère d'une jeune fille de 21 ans et d'un adolescent de 14 ans. «Mes enfants ont reçu une bonne éducation leur permettant d'avoir confiance en eux et de bien se prendre en charge. Ma fille trouvera facilement un mari. Le mariage par Internet est fait pour ceux qui ont du mal à se marier», affirme-t-elle.
Contrairement à cette mère qui s'accroche aux traditions, des dizaines de jeunes abordés par nos soins dans des cybercafés ou tout simplement dans la rue n'ont pas caché leur souhait de se marier via Internet. A
l'unanimité, ils affirment que, par les temps qui courent, c'est le seul moyen d'échapper au chômage et à la pauvreté. Déçus, ils sont prêts à tenter l'expérience sans être très regardant sur l'âge ou la religion. Ils se lancent dans des soi-disant histoires d'amour avec des interlocuteurs étrangers en leur donnant le plus souvent de fausses identités. C'est le cas d'Amal, jeune étudiante en littérature française qui se prépare à convoler en justes nonces avec un Français qui fait deux fois son âge. «Mon pseudonyme était Rajae. Je passais mon temps devant mon ordinateur à chatter. Je recevais par conséquent plein d'emails et des appels téléphoniques. Je confondais les prénoms de mes interlocuteurs. Mon fiancé André n'a découvert mon véritable prénom qu'un mois après notre premier contact (…). Je l'aime beaucoup comme ami mais pas comme mari. Je lui dois beaucoup de choses. Il m'a redonné confiance en moi et m'a aidée à résoudre mes problèmes, notamment financiers. Malheureusement mes parents ne sont pas d'accord et ne me parlent pratiquement plus», déplore cette jeune fille.
Outre le refus de leurs parents et de leur entourage, la plupart des jeunes filles qui ont fait un mariage mixte par Internet vivent des problèmes d'un autre genre. Elles doivent faire face, entre autres, à la lenteur des procédures administratives. «Je passe la plupart de mon temps au consulat de France. Il y a toujours quelque chose qui manque à mon dossier. Mon fiancé, qui est avocat de profession, m'a conseillée d'attendre qu'il achève la préparation de son dossier administratif pour notre mariage et régler quelques obligations professionnelles», nous explique cette jeune fille qui s'impatiente. Pour l'avocat Marzouk Amzghar, le mariage via Internet «est un phénomène en vogue, c'est dans l'air du temps et il est l'une des conséquences du chômage qui affecte les jeunes». «Désorientés, ils cherchent le plus souvent à se marier avec des Européens pour accéder à l'autre rive et découvrir ce qu'ils croient être l'Eldorado », fait-il remarquer avant de préciser que le problème «se pose surtout pour la femme marocaine, heureusement que les procédures se sont simplifiées avec le nouveau code de la famille».
Ce juriste de formation explique en substance que la demande de mariage doit-être adressée au tribunal de première instance et sera, par la suite, transférée au procureur général près la Cour d'appel pour l'ouverture d'une enquête sur le conjoint non musulman. Bien sûr, il faut qu'il se convertisse à la religion musulmane en présence de deux adouls.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.