L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un exorciste viole une femme à Khémisset
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2007

Un Fkih de la ville de Khémisset a profité de la crédulité d'une femme malade pour la violer. Son épouse n'ayant pas voulu le poursuivre pour adultère, il a été traduit devant la Cour d'appel de Rabat pour répondre des seuls crimes de viol et d'escroquerie.
De quelle mal souffre-t-elle ? Fatima l'ignore. Aucun des nombreux médecins qui l'ont auscultée n'est arrivé à déterminer avec exactitude la nature de sa maladie. A cause de ses intenables maux de tête et de ses cauchemars ineffables, elle n'arrivait toujours pas à trouver le sommeil. Malgré les nombreuses médications qui lui ont été prescrites, son état de santé ne cessait de se détériorer au fil des jours …Y avait-il une solution autre que celles proposées par la médecine conventionnelle? «Oui…», lui a lancé une patiente qu'elle a croisé dans un cabinet d'un praticien de la place.
«Ton cas ne relève pas de la médecine…», lui a-t-elle expliqué. Elle lui a relaté les histoires de quelques voisines, amies et proches qui ont enduré le même calvaire que Fatima et qui ont été soignées par un Fkih soussi dont elle lui a donné l'adresse.
De retour chez-elle, Fatima s'en est ouverte à son mari et lui a demandé de l'accompagner chez le Fkih. Il s'en est abstenu, lui suggérant de se faire accompagner par sa mère.
Ce qu'elle fit le lendemain. Après l'avoir longuement regardée en marmonnant des mots incompréhensibles, le charlatan lui dit de bout en blanc : «Tu es possédée par des djinns…». Il lui a expliqué qu'elle en est devenue l'esclave depuis belle lurette et que c'est eux qui sont la cause de ses maux. La solution ? Se soumettre à plusieurs séances d'exorcisme. «Il te faut faire preuve d'un peu de patience...», lui a-t-il recommandé.
Elle a donc commencé à se rendre chez lui de temps en temps. Seule, comme il le lui a demandé. Le rituel était toujours le même. Le Fkih récitait des versets coraniques et des incantations incompréhensibles avant de brûler tellement d'encens qu'elle perdait connaissance. Et l'issue de chaque séance, elle était obligée de s'acquitter d'une certaine somme d'argent. Un premier mois puis un deuxième se sont passés. Sa santé s'est-elle améliorée ? Non, mais elle en avait l'espoir.
Au bout de deux ans de séances d'exorcisme, nul changement ne s'est opéré pour elle. Et pourtant, elle a continué à se rendre chez le Fkih. Du moins jusqu'au jour où elle a découvert qu'il y avait des traces de sperme sur sa culotte. Elle en a alors parlé à son frère et ce dernier en a fait état au mari de Fatima. Plainte a alors été déposée auprès de la police judiciaire de la ville de Khémisset.
Le Fkih a été arrêté et soumis à interrogatoire. Il a avoué avoir couché avec Fatima «avec son consentement» et qu'elle était même tombée amoureuse de lui; ce que cette dernière a nié avec force.
Dans le cadre de leurs investigations, les enquêteurs ont néanmoins découvert que ce Fkih avait déjà purgé une peine d'emprisonnement pour attentat à la pudeur sur une mineure.
A l'issue de leur procédure, ils l'ont donc traduit devant la Cour d'appel de Rabat pour les seuls crimes de viol et d'escroquerie. Le désistement de sa femme lui a, entre-temps, permis de ne pas être également poursuivi pour adultère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.