Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nicolas Sarkozy remobilise ses troupes avant la débâcle annoncée
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 03 - 2008

En étant obligé de répéter à plusieurs reprises qu'il est à l'Elysée pour cinq ans, Nicolas Sarkozy donne l'impression de répondre à tous ceux qui commencent à douter publiquement de la viabilité et la durée de son mandat.
A la veille du premier tour du scrutin municipal, la question était sur toutes les lèvres : Comment Nicolas Sarkozy allait-il marqué l'occasion, lui dont les candidats UMP avait bruyamment évité la filiation et ostensiblement gommé de leurs affiches les références au président et à son parti. Allait-il organiser un grand meeting électoral à l'américaine au Zénith ou à la Porte de Versailles ? Ou allait-il donner une gigantesque conférence de presse qui lui permettrait de dérouler et d'exceller dans son original one man show ? Pour des raisons évidentes de météo politique non favorable, le président de la république n'a choisi ni l'une ni l'autre. Il s'est confortablement réfugié dans la pratique d'une interview cadrée accordée un à journal jugé «ami», «Le Figaro».
Dans ce texte qui se destine publiquement à recadrer la parole présidentielle et à remobiliser l'opinion en faveur des réformes promises pendant la campagne des présidentielles, Nicolas Sarkozy est apparu dès le début sur ses gardes, acculé à la justification. «Je suis élu pour cinq ans (…) mon rendez-vous est clair : c'est la fin du quinquennat (…) Je n'ai pas l'intention de rythmer mon quinquennat en fonction des scrutins locaux, régionaux ou européens qui nous attendent». En étant obligé de répéter à plusieurs reprises qu'il est à l'Elysée pour cinq ans, Nicolas Sarkozy donne l'impression de répondre à tous ceux qui commencent à douter publiquement, à droite comme à gauche, de la viabilité et la durée de son mandat.
Sur la question du remaniement tant attendu, même si Nicolas Sarkozy reconnaît que «ce scrutin aura aussi une signification politique que j'entendrai et dont je tiendrai compte», il affirme tout de suite ne pas être dans une disposition d'esprit de procéder à ce remaniement au lendemain du scrutin municipal. Les ministres peuvent donc dormir tranquilles sur leurs lauriers au moins jusqu'à la fin de la présidence française de l'Union européen. Et c'est Nicolas Sarkozy qui le dit de manière limpide : «Durant mon quinquennat, il y aura d'autres rendez-vous et d'autres occasions pour marquer un changement politique. Le lendemain de la présidence française de l'Union européenne sera certainement un rendez-vous important. J'ajoute qu'il me paraît peu indiqué de renouveler en profondeur le gouvernement avant la présidence française de l'Union. Les ministres doivent avoir la pleine maîtrise de leurs dossiers». La réponse sur ses rapports avec son Premier ministre François Fillon qui le dépasse largement dans les sondages était attendue avec beaucoup d'intérêt. A la question du «Figaro» , la popularité du Premier ministre est-elle une cause de tension entre vous ?, Nicolas Sarkozy donne cette énigmatique réponse : «Non. Je rappelle à ceux qui spéculent sur ce sujet qu'on ne change pas un Premier ministre en fonction des sondages. Le président de la République doit choisir le meilleur pour mettre en œuvre sa politique. C'est le choix que j'ai fait avec François Fillon». En termes de remaniement , Nicolas Sarkozy semble plus enclin à restructurer l'Elysée. Un des rares aveux de faiblesses concerne cette institution présidentielle : «Qu'il y ait eu quelques erreurs, c'est certain. Je note qu'elles n'ont pas été commises par Claude Guéant. Il a toute ma confiance et mon amitié». Par qui les erreurs ont-elles été commises ? Par la directrice de cabinet Emmanuelle Mignon accusée d'avoir suggéré au président le virage sur la «laïcité positive» ? Ce qui explique cette aveu au «Figaro» : «je suis de ceux qui pensent que la question spirituelle est essentielle, mais je dois veiller à ne ranimer aucune nouvelle guerre dont la France n'a vraiment pas besoin». Ou par Henri Guaino, le nègre enflammé du président qui l'entraîne sur des terrains que son électorat traditionnelle n'arrive plus à déchiffrer ? Mais la grande information de cette interview vient éclairer la vision de Nicolas Sarkozy sur l'Union méditerranéenne qui a été source de conflit avec l'Allemagne d'Angela Merkel. Voilà comment Nicolas Sarkozy lève le voile sur la structure de commandement de cette union : «L'Union pour la Méditerranée sera coprésidée par un président de la rive du nord et un président de la rive du sud. Une structure de direction, légère et opérationnelle, donnera corps à ce partenariat. Ne pourront présider que les pays qui sont riverains de la Méditerranée. Il y aura une réunion des chefs d'État et de gouvernement tous les deux ans, les décisions seront prises ensemble. Tous les pays membres de l'Union pourront participer au processus. Le 13 juillet, à Paris, il y aura un sommet des pays européens et des pays de la Méditerranée».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.