Examen de la coopération sécuritaire maroco-américaine    Josep Borrell brise les rêves du Polisario et de l'Algérie    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Le Maroc émet avec succès un emprunt obligataire de 1 milliard d'euros en deux tranche    Médicaments covid-19, la rupture est confirmée    Grand oral du Maroc à Genève sur la politique des services    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Enzo Zidane proche du Wydad de Casablanca    Messi, prié de rester au Barça mais privé de sa garde rapprochée    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Vaccin anti-Covid19: la Chine veut produire 610 millions de doses par an    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que l'on sait    Quel avenir pour le tourisme au Maroc ?    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    La vision de la CGEM pour la relance    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Plus de 80% des cas dans les pays africains sont asymptomatiques, annonce l'OMS    António Guterres : « la coopération internationale a échoué face à la Covid-19 »    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Test PCR. On a piégé un laboratoire    Internats fermés. Des élèves dans la rue    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Dislog Group consolide son portefeuille de marques avec « Fine »    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les cultures du cannabis au Maroc réduites de moitié
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 06 - 2009

Selon le dernier rapport mondial de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDUC), la superficie cultivée en cannabis au Maroc a diminué de plus de 50% durant la période 2004-2008 en passant de 130.000 à 60.000 hectares. En 2008, le Maroc a produit 43.850 tonnes de cannabis.
La culture du cannabis a enregistré un recul au Maroc.La superficie cultivée en cannabis a diminué de plus de 50% durant la période 2004-2008, passant de 130.000 à 60.000 hectares. C'est ce qu'indique le dernier rapport mondial de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDUC) qui a été présenté mercredi à Washington. L'objectif escompté par le ministère de l'Intérieur est d'atteindre moins de 50.000 hectares en 2009. Toujours est-il que le Maroc demeure le principal producteur et exportateur mondial de résines de cannabis. En 2008, le Maroc a produit 43.850 tonnes de cannabis. Le document indique que 811 saisies de résines de cannabis d'une quantité de 440, 747 kg ont été effectuées au Maroc durant la période 2005-2007 contre 1243 d'une quantité de 468,727 kg entre 2002 et 2004. De manière générale, l'ONUDUC estime à 41% le volume de la cocaïne mondiale saisi contre 19% pour les opiacés. La palme revient à nouveau à l'Iran, important pays de transit avec 84% des saisies mondiales d'opium et 28% d'héroïne en 2007.
Ce rapport de 314 pages n'a pas manqué de mettre en exergue la diminution de la production de résine de cannabis au Maroc comme facteur ayant contribué à la tendance baissière ou stable de l'usage de cannabis en Europe. L'ONUDUC note une régression ou une stabilité dans le monde des marchés du cannabis, de cocaïne et des opiacés. Ainsi, la culture de l'opium en Afghanistan, qui représente 93% des cultures mondiales d'opium, a accusé un recul de 19% en 2008. Il en va de même pour la Colombie qui produit la moitié de la cocaïne dans le monde et qui a vu sa culture baisser de 18 %. Sa production a enregistré une régression «vertigineuse» de 28% par rapport à 2007. Le rapport souligne que la production mondiale de coca (845 tonnes) a atteint son niveau le plus bas depuis cinq ans, et ce, malgré une augmentation des cultures au Pérou et en Bolivie.
Le cannabis continue de dominer le marché mondial des drogues illicites du point de vue de l'étendue des cultures, du volume de la production et du nombre de consommateurs. Pour ce qui est de la consommation, le rapport relève que la consommation de cocaïne, dont le marché mondial est évalué à 50 milliards d'euros, est en baisse en Amérique du Nord et s'est stabilisée pour la première fois en Europe occidentale. Par contre, le cannabis reste le stupéfiant le plus consommé. Si sa production et sa consommation se sont stabilisées, les concentrations en THC, sa substance active, sont en croissance. Elles ont doublé en dix ans pour les cultures hors-sol en Amérique du Nord. Si la consommation du cannabis et de cocaïne est en recul chez les jeunes en fin d'études secondaires dans les pays développés, l'utilisation des drogues de synthèse tels que les amphétamines ou l'ecstasy connaissent une stagnation.
«Des données récentes suggèrent un recul des niveaux de consommation de cannabis dans les pays développés parmi les jeunes, comme en Amérique du Nord et dans certains pays européens», indique l'ONUDC.
L'ONUDUC estime entre 20 et 24 millions de consommateurs réguliers de drogues dans le monde. Près de 200.000 personnes meurent chaque année à cause de la drogue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.