Vojtech Filip : Le blocage de la libre circulation menace la paix et la sécurité    Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Royaume    Le GCAM à l'écoute des Fédérations interprofessionnelles de l'agriculture    Où va le Liban ?    Haboub Cherkaoui nouveau patron du BCIJ    Venant des Etats-Unis où il a été formé, Rayane Jamaï défendra les couleurs du MAS    Pour éviter les problèmes cardiaques : Dormez mieux !    Mise en échec d'une opération d'émigration clandestine à Dakhla, une personne interpellée    Emirates Warriors : Jaafar Alaoui remporte le titre de la 14è édition    Mohamed El Guisser nouvel entraîneur du KACM    Le CCME lance une formation sur le plaidoyer au sujet du Sahara    Rencontre entre la FRMF et les clubs de la Botola sous le thème : "Les centres de formation des joueurs"    Refinancement bancaire : Le volume dépasse les 100 milliards DH    Le Président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez attendu au Maroc le 17 décembre    Supercoupe Africaine: El Ahly accueille la Renaissance de Berkane le 10 décembre au Caire    Chtouka Ait-Baha : des mesures pour atténuer les effets de la vague de froid    Entame réussie du TAS en Coupe de la Confédération    Mike Tyson, la vie par chaos    Nouvel échec pour Trump devant un tribunal de Pennsylvanie    Driss Lachguar : Le rôle joué par le Maroc pour instaurer la sécurité, la stabilité et la paix procure une immense et légitime fierté    Quatre startups marocaines nominées pour le World Summit Awards    Le président de la FRMF met en avant le rôle des centres de formation dans la promotion du football national    Evolution du coronavirus au Maroc : 4115 nouveaux cas, 353.803 au total, dimanche 29 novembre à 18 heures    Prolongation des mesures préventives contre la Covid-19 à Essaouira    Bouarfa : Suspension des examens de permis de conduire, à partir du 30 novembre    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    "Casarchives " , une exposition dédiée à la mémoire historique de Casablanca    La Jeunesse socialiste s'active sur le front de la diplomatie parallèle    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution    Dialogue inter-libyen à Tanger : Nouveau pas vers la grande réconciliation    Le dirham s'apprécie vis-à-vis du dollar du 20 au 25 novembre 2020    Maroc-Russie: un nouvel accord de coopération    Régularisation fiscale : Signature d'un accord entre l'ONIGT et la DGI    IB Maroc dévoile son chiffre d'affaires    L'UM6P et le CRI de Marrakech-Safi s'allient pour accompagner le tissu entrepreneurial    2.260 lits hospitaliers supplémentaires en 2021    La défense de l'intégrité territoriale fait partie intégrante des valeurs professionnelles authentiques de la presse    La diaspora marocaine manifeste à Paris en soutien à l'intervention marocaine à El Guerguarat    Une femme à la conquête du désert    Mahmoud El Idrissi, icône de la chanson marocaine, n'est plus    Communauté juive : Reconnaissance d'une marocanité...enracinée    Depuis El Guerguarat, la jeunesse istiqlalienne salue la décision déterminante du Souverain    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    Bourita : la réunion de la Chambre des représentants libyenne consultative a été une «réussite»    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Début des hostilités
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 31 - 01 - 2002

Longtemps retardée pour sa sensibilité et la complexité de sa mise en œuvre, la réforme de l'audiovisuel semble arriver à sa phase effective. Le nouveau dispositif juridique visera plus de souplesse et d'autonomie dans le payasage audiovisuel marocain.
Le projet de réforme de l'audiovisuel doit atterrir aujourd'hui devant la commission ministérielle compétente en la matière. Un projet attendu depuis des années et qui a été, à plusieurs reprises reporté.
Aujourd'hui et alors que l'on se penche sérieusement sur ce sujet, il y a lieu de se demander sur le pourquoi d'une telle démarche, voire son timing…
Il est à rappeler d'abord que depuis l'avènement du gouvernement de Me Abderrahmane Youssoufi, la réforme du paysage audiovisuel était sur toutes les lèvres. On s'attendait à ce que le projet aboutisse le plus rapidement possible. En optant pour une réflexion mure et bien réfléchie, le gouvernement a pris le temps qu'il faut pour élaborer un texte qui doit répondre aux attentes des acteurs du paysage et à la population de plus en plus tournée vers les chaînes internationales. Le satellite fonctionne à plein régime.
Depuis un certain temps, surtout après le départ de Driss Basri du ministère de l'Intérieur, les réaménagements à l'intérieur des départements de la communication ont commencé. Si le changement à la tête de la MAP n'a pas trop focalisé l'attention, étant donné que l'agence traite plutôt avec les médias qu'avec l'ensemble des citoyens, de manière directe, le limogeage de Larbi Belarbi de son poste de directeur général de la deuxième chaîne (2M) et son remplacement par Noureddine Sail, et puis la nomination de Faiçal Laâriachi à la tête de la télévision marocaine ont été suivis et commentés de très près. Les deux chaînes de télé, les seules au Maroc, monopolisent, de fait, le paysage.
Le commun des citoyens s'attendait à des produits meilleurs, les deux chaînes ont pour vocation d'améliorer leur audimat et donc d'être plus rentables. Mais il y avait ce hic. Celui de la loi, qui concerne l'ensemble du paysage médiatique marocain (PAM).
Parce qu'en fait, il y a lieu de poser les véritables questions afférentes à une telle réforme. Il ne s'agit pas d'élaborer un texte en dehors des enjeux internationaux, en dehors de la libéralisation du paysage médiatique mondial. Et sans prendre en compte l'évolution de la société marocaine, des exigences économiques du secteur, du statut de ses acteurs et plus généralement de l'évolution des mentalités.
Le législateur devait prendre aussi en compte un fait essentiel : fini le temps où la circulation de l'information supposait une quelconque autorisation. Fini le temps aussi où les émissions sur des chaînes étrangères ne pouvaient être vues. Ce chamboulement au niveau de la notion même des frontières a induit de facto de nouvelles dispositions pour se mettre à niveau sur le plan de la production télé et à se préparer davantage à la libéralisation du champ audiovisuel…Ce volet-là suppose un arsenal juridique conséquent. Il suppose une charte et un plan de réforme adéquat.
L'ancien ministre de la Communication, un journaliste affirmé, Mohamed Larbi Messari a préparé le terrain. Il a préparé une réforme du paysage médiatique dans son intégralité. Un véritable code. Son départ a quelque peu retardé la mise en chantier de ce chantier et Mohamed Achâari a hérité d'un dossier tout aussi brûlant parce que tout simplement exposé au champ public. L'aboutissement raisonnable de ce projet permettra au paysage audiovisuel marocain de secouer ses archaïsmes et de prendre réellement son élan. De faire face à la concurrence et de rivaliser avec le reste du monde. Les moyens peuvent être mis à la disposition des divers acteurs. Les professionnels feront alors dignement et honnêtement leur boulot. Au service d'une cause. Celle du droit à l'information, en tenant compte de la diversité des sensibilités et des spécificités qui constituent la société marocaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.