Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Autrement : Afrique noire, Afrique blanche
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 07 - 2011

Depuis jeudi 14 juillet 2011, le drapeau de la République du Soudan du Sud flotte devant le siège de l'Organisation des Nations Unies à NewYork.
Le nouvel Etat a été proclamé le 9 juillet, suite à un référendum qui s'est déroulé en janvier, à travers lequel presque 99 % des voix exprimées ont opté pour l'indépendance. Cette indépendance du Soudan du Sud représente un cas de figure tout à fait singulier. C'est la première fois que se trouvent ainsi modifiées, en Afrique, les frontières héritées du colonialisme. Ancienne possession égyptienne (au début du XIX ème siècle ) puis britannique (à la fin du XIXème siècle), le Soudan, depuis son indépendance en 1956, représentait le plus vaste Etat d'Afrique, devant l'Algérie et le Congo-Kinshasa. Avec la création du Soudan du Sud, la «République du Soudan» perd un quart de son territoire. Le processus qui a conduit à l'indépendance des provinces du Sud remonte, en fait, à la création de la République du Soudan en 1956. A cette époque, ceux qui avaient dirigé le combat pour l'indépendance refusèrent aux provinces du Sud l'Etat fédéral qu'ils avaient pourtant promis. Une première guerre de seize ans ( jusqu'à 1972 ) se déroula. On se mit à espérer dans un meilleur respect des populations du Sud par le Nord. Mais les espoirs furent vite déçus. La guerre reprit en 1983. Elle a cessé vingt-deux ans plus tard, en 2005, avec l'octroi d'une large autonomie aux provinces du Sud, et la promesse d'un référendum sur l'autodétermination en 2011. Des millions de personnes, au Sud principalement, sont mortes du fait de ce conflit. Il faut souhaiter que le nouvel Etat parviendra à se construire rapidement. Le Soudan du Sud bénéficie, pour cela, d'importantes réserves de pétrole, mais sa population est une des plus pauvres du monde, une des moins éduquées, des moins formées. L'idéal, bien entendu, serait que la République du Soudan et le Soudan du Sud parviennent désormais à tisser entre eux des liens de coopération fondés sur le respect et la justice. Mais cela est loin d'être gagné. La République du Soudan, dirigée par le général Omar el-Béchir, continue de s'enfoncer dans un autre conflit sanglant: celui du Darfour, qui a provoqué plus de trois cent mille morts depuis 2004. Les «deux Soudan» témoignent de la grande fracture qui marque tout le continent africain: celle qui sépare Afrique blanche et Afrique noire. Le nom du Soudan, « Bilad as-Sudaan», signifie «Pays des Noirs». Mais les Noirs ont été dominés par les Arabes et les Berbères. Dans toute l'Afrique, l'esclavage des Noirs a été largement pratiqué par les Arabes, bien avant que ne se développe la traite négrière européenne vers les Amériques. Au Sud-Soudan, les Noirs ont d'autant plus souffert qu'ils sont majoritairement soit chrétiens soit animistes, et que, de ce fait, ils ne pouvaient pas accepter l'islamisation totale de l'Etat soudanais qu'ont tentée ces dernières décennies les dirigeants de Khartoum. Mais d'autres pays, où Noirs et Blancs sont tous musulmans, connaissent, de manière plus ou moins tragique, cette déchirure à dimension raciale: Tchad, Mauritanie, Mali, Niger... L'Afrique a grandement besoin que soient révisées les relations entre les Arabes, les Berbères et les Noirs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.