Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Tous responsables    Edito : Aberrations de la carte    Electrification rurale : ONEE inaugure un projet de raccordement à Assa-Zag    Les associations serrent la vis    Découverte: Un virus capable d'exterminer tous les types de cancers    Alternatives à la détention et aux placements institutionnels des enfants : Une feuille de route nationale en perspective    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Meknès et Bourg-en-Bresse balisent leur jumelage    Bourse. Les valeurs défensives ont la cote    Elalamy : Le développement de l'Afrique doit passer par l'ouverture des marchés    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    Casablanca: Commémoration du 101è anniversaire de la fin de la première guerre mondiale    Le Raja limoge son entraîneur Patrice Carteron    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Abderrazak Hamdallah annonce sa retraite internationale    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Ifrane, ville la plus froide pour demain mardi    L'ex-numéro 2 de la FIFA contre-attaque devant la justice européenne    Le Maroc à l'honneur du festival des villes anciennes à Chenguit    Rabat : L'ouverture du forum libyen international d'économie et d'investissement    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Angleterre: Liverpool coule City et s'envole en tête    L'UE annonce la lutte contre la fraude à la TVA    Raja : Patrice Carteron out !    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Pédocriminalité dans l'Eglise: Les évêques de France votent pour une indemnisation des victimes mineures    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Comment le foncier public est mobilisé ?    Botola: Première défaite de la saison pour le WAC    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : La FRMF obtient l'autorisation d'utiliser la VAR    Aïd Al Moulid Annabaoui : Grâce Royale au profit de 300 personnes    Le réalisateur Costa Gavras sera bientôt au Maroc...et vous pouvez le rencontrer !    Bayt Dakira, la mémoire juive d'Essaouira    Radio SNRT de Dakhla, un joyau régional d'informations    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    Premier League : Derrière Liverpool-City, des chocs à tous les étages    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Le régime trop sévère de Céline Dion    Leonardo DiCaprio : Greta Thunberg est un leader de notre temps    Menu copieux pour le 12ème Forum MEDays    Gestion du patrimoine culturel : Un atelier national à Rabat    La voie ferrée à Agadir, un bonheur!    Tajeddine El Husseini : "Le Maroc est passé d'une logique défensive à une stratégie offensive"    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Distinction royale pour trois artistes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 02 - 2004

A l'occasion de sa visite à Essaouira, SM le Roi a décoré trois personnalités du monde de la culture. Des artistes et des écrivains dont les œuvres trouvent inspiration dans la capitale souirie. Profils.
Parmi les personnalités distinguées récemment, à l'occasion de la visite de SM le Roi Mohammed VI à Essaouira, figurent aussi des artistes et des écrivains. Décorés du Ouissam Al Kafaâ, Edmond Amran El Maleh, écrivain et dramaturge, Hussein Miloudi, artiste et peintre et Haïm Zafrani, membre de l'Académie du Royaume du Maroc et professeur à l'Ecole supérieure des hautes études en France, ont, chacun dans son domaine, contribué à enrichir le patrimoine culturel du Royaume.
Né en 1917 à Safi, au sein d'une famille juive originaire d'Essaouira, Edmond Amran El Maleh est au front, dans les premières heures du nationalisme marocain. Responsable de mouvements pour l'émancipation, il est classé par les services français comme un « militant actif pour l'indépendance du Maroc ».
Plus philosophe que politique, c'est dans l'écriture que Amran El Maleh s'est fait connaître. Il s'y mettra pourtant tardivement puisque c'est à partir de 1980, à l'âge de 63 ans, qu'il fait publier une série de romans et un recueil de nouvelles. Son thème puise dans les valeurs d'un Maroc aux dimensions à la fois arabe, berbère et juive. Le sacre viendra tout d'abord en 1996 avec le Grand Prix du Maroc pour l'ensemble de son œuvre. On lui doit cette citation profonde parue dans le Magazine littéraire en 1999 : « Ecrivant en français, je savais que je n'écrivais pas en français. Il y avait cette singulière greffe d'une langue sur l'autre, ma langue maternelle l'arabe, ce feu intérieur. »
Une marocanité que l'on retrouve également dans l'œuvre de Haïm Zefrani, également décoré par le Souverain du Ouissan Al Kafaâ. Cet historien, titulaire du doctorat de recherches en études orientales, licencié en Droit et Sciences économiques, diplômé d'arabe classique à l'Université de Rabat et de langue hebraïque à l'Université de Jérusalem, revendique dans ses écrits cette appartenance à sa double culture juive et marocaine. Né en 1922 à Essaouira, Haïm Zafrani s'est particulièrement illustré à l'université Paris VIII où il dirige le département de langue hébraïque et de civilisation juive. Aujourd'hui, en tant que membre du comité de parrainage de la revue Horizons maghrébins et correspondant de l'Académie du Royaume du Maroc, M. Zefrani suit de près l'évolution de la vie des lettres dans le Royaume. Auteur prolifique ? Il peut revendiquer ce titre, avec quinze ouvrages et plus de cent cinquante articles portant sur les littératures orientales et les langues juives en Occident musulman.
Autre artiste à avoir été distingué du Ouissam Al Kafaâ, Hussein Miloudi, un artiste et peintre dont l'œuvre, abondante, trouve illustration dans une sculpture représentant une main érigée entre le square Orson Welles et la place Bab Sbaâ, à l'occasion de la 4e édition du Symposium international de sculpture, tenue du 3 au 18 mai 2003. Engagé dans toutes les activités culturelles du Maroc, Hissein Miloudi, natif d'Essaouira en 1945, puise son inspiration dans sa ville natale. Il est pour la peinture et la sculpture marocaines ce que Kant qui n'a jamais quitté son village, était pour la philosophie européenne.
Outre cette sculpture sur roche, Miloudi est aussi connu pour ses diverses œuvres dans l'architecture et des travaux graphiques. C'est un artiste qui n'aime pas le faste et cultive la discrétion. Loin des projecteurs et des feux de la rampe, il a érigé à l'entrée d'Essaouira, la «Barakat Mohamed», œuvre tournée, suivant la croyance populaire, vers le saint de la ville, Sidi Magdoul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.