Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Karim Younes : «soit Bensalah concrétise ses engagements, soit l'opinion verra comment fonctionne l'Etat algérien»
Publié dans Barlamane le 07 - 08 - 2019

Karim Younes, l'ancien président du parlement algérien et coordinateur du panel de médiation en charge du dialogue, s'est livré hier à l'émission "offshore" de Radio M afin d'expliquer à l'opinion publique algérienne sa décision de poursuivre sa mission de coordinateur du panel de médiation même après le recul du pouvoir sur son engagement initial d'apaiser la situation.
Très critiqué par une bonne partie du "Hirak", l'ancien président de l'APN, veut continuer à croire à sa mission, pour trouver une solution de sortie de crise. Pour lui, sa position est une position de dignité. « Mais qu'est-ce que je peux faire ? J'ai démissionné devant les membres du panel en demandant qu'ils comprennent ma position qui est une position de dignité. Ils ont été contactés par leurs relations qui leur ont dit que si je démissionne, ça créera plus de problèmes et compliquera davantage la situation. Ma démission aurait en effet entraîné la dissolution du panel », a-t-il indiqué.
Alors que Smail Lamas a été le premier à jeter l'éponge en quittant le panel de médiation et de dialogue pour dénoncer les divergences au sommet de l'Etat, Karim Younes annonce que ce n'est pas son rôle de commenter s'il y'a des divergences ou pas au sommet de l'Etat. « Ce qu'a dit Gaïd Salah n'est pas de ma responsabilité. On s'est entendu avec le chef de l'Etat. Soit il concrétise ses engagements, soit il ne le fait pas et là, l'opinion verra comment fonctionne l'Etat algérien. Dans la prochaine étape, le rôle de l'armée sera dans les casernes. Le discours du chef de l'Etat est clair, aucune partie ne s'immiscera dans le dialogue, ce sont les partis et la société civile qui discuteront de tous les points ».
Il semble que l'ancien président de l'APN est très contrarié par ce double discours et des actions qui sapent les efforts fournis pour apaiser la situation.
Lors de cette rencontre, Karim Younes a exprimé qu'il a déjà demandé la libération des jeunes qui ont manifesté avec le drapeau amazigh qui est le drapeau de l'algérianité, des couleurs algériennes, des couleurs historiques. » On ne peut pas arrêter quelqu'un pour avoir brandi un drapeau. Ce drapeau ne change pas la géographie de l'Algérie ».
Karim Younes a également dénoncé le blocage des sites TSA et Interlignes ainsi que les pressions exercées sur les médias en général.
« Quelles que soient les conditions, il est anormal que la presse soit empêchée de faire son travail. Fermer TSA et des sites électroniques comme Interlignes est inacceptable », a-t-il ajouté. « Je suis contre la fermeture de médias importants et de les empêcher de faire leur travail », a-t-il encore dit.
Mais en dépit de la position très inconfortable dans laquelle le met le pouvoir par son double discours, Karim Younès n'évoque à aucun moment la possibilité de jeter l'éponge. Au contraire, il estime que le panel n'est pas rejeté par le hirak. « Le rejet du panel, on l'entend dans certaines rues. Croyez-moi à Annaba, Tlemcen, Oran, dans le Hoggar où on a été rejoints par le fils d'Akhamokh, à M'sila, on est soutenus dans toutes les régions du pays. On nous supplie partout de ne pas démissionner », assure-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.