Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès en destitution de Donald Trump débutera le 21 janvier
Publié dans Barlamane le 16 - 01 - 2020

La Chambre des représentants a voté deux articles de mise en accusation du président américain qui ont été officiellement transmis au Sénat.
Le vote ouvre la voie à l'ouverture, sans doute dès mardi prochain, du procès en destitution du président des Etats-Unis, le troisième de l'histoire du pays. Sept élus démocrates de la Chambre des représentants ont été désignés, mercredi 15 janvier, pour servir de procureurs au procès de Donald Trump, lors d'un vote qui a également validé la transmission au Sénat de l'acte d'accusation visant le président américain. «Aujourd'hui, nous entrons dans l'Histoire», a déclaré la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, lors de la signature de l'acte d'accusation du président américain.
«Nous y voici : une autre arnaque orchestrée par les démocrates-qui-ne-font-rien», a immédiatement réagi sur Twitter le locataire de la Maison Blanche, qui se dit victime depuis le début de l'affaire ukrainienne d'une «chasse aux sorcières» sans précédent. A l'origine de la procédure de destitution du président américain, un appel téléphonique entre Donald Trump et son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, au cours duquel M. Trump avait demandé l'ouverture d'enquêtes visant ses opposants politiques. Comme le 18 décembre, quand la chambre basse du Congrès, aux mains des démocrates, avait mis en accusation Donald Trump pour abus de pouvoir et entrave au travail du Congrès, le vote de mercredi a suivi, à une seule exception, des lignes strictement partisanes.
Avant ce vote, la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, avait dévoilé les noms des élus choisis pour porter l'accusation au Sénat. Plusieurs ex-procureurs, une ancienne responsable de la police, un avocat : « L'accent est mis sur l'expérience juridique », avait-elle souligné. «Ce qui est important est de présenter le dossier le plus solide possible afin de protéger et défendre notre Constitution, et pour faire émerger la vérité», avait ajouté Mme Pelosi, en confiant à Adam Schiff le soin de diriger cette équipe qui, avec trois femmes, deux Noirs et une Hispanique, reflète aussi la diversité du parti.
Chef de la commission du renseignement de la Chambre, l'élu de 59 ans a supervisé l'enquête en destitution contre Donald Trump qui, pour cette raison, l'a affublé de plusieurs surnoms, dont « Schiff le fourbe », et demandé son arrestation pour « trahison ». Parmi les six autres élus démocrates de la Chambre figure Jerry Nadler, le président de la commission judiciaire qui bataillait déjà contre Donald Trump à New York bien avant son élection à la tête des Etats-Unis.
Adam Schiff a de son côté accusé Donald Trump d'avoir «placé ses intérêts personnels avant ceux de la Nation», en demandant à l'Ukraine de l'aider à «tricher» pour gagner la présidentielle de novembre. Les démocrates sont convaincus que le président a gelé une aide militaire destinée à Kiev pour forcer son président à salir Joe Biden, bien placé pour l'affronter dans les urnes. Il a «utilisé des fonds votés par le Congrès», a encore asséné Mme Pelosi. Les a-t-il «considérés comme un distributeur à billets ?», a-t-elle ironisé.
Les républicains ont, eux, dénoncé une procédure « partisane » nourrie par «l'aversion» des démocrates pour le président. C'est «un cauchemar national», a estimé leur leader à la Chambre, Kevin McCarthy. Donald Trump «n'a rien fait de mal», a réaffirmé de son côté la Maison Blanche. «Il est impatient de bénéficier au Sénat des droits que Mme Pelosi et les démocrates de la Chambre lui ont refusés et s'attend à être complètement innocenté», a ajouté sa porte-parole, Stephanie Grisham, dans un communiqué
Dans la soirée, Adam Schiff et son équipe ont traversé les couloirs du Capitole pour apporter l'acte d'accusation au Sénat, chargé selon la Constitution de juger le président. Ce procès sera arbitré par le président de la Cour suprême, John Roberts, qui doit prêter serment jeudi avant que les cent sénateurs, qui feront office de jurés, en fassent de même.
Le Sénat doit notifier la Maison Blanche de la tenue du procès, demander au président de «répondre aux articles» de mise en accusation et d'« envoyer ses avocats», a ajouté le sénateur républicain. «C'est un moment difficile pour notre pays, mais c'est pour ça que les pères fondateurs ont créé le Sénat», a estimé M. McConnell, un défenseur fidèle du milliardaire new-yorkais.
Un acquittement du président des Etats-Unis, du fait de la majorité républicaine au Sénat, est pour l'instant l'issue la plus probable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.