Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droit de pétition : maigre bilan jusqu'à présent
Publié dans Barlamane le 26 - 02 - 2020

Malgré les efforts déployés pour mettre en œuvre le droit de pétition, le bilan est encore modeste et en deçà des attentes et aspirations, a-t-on annoncé lors d'un colloque.
A l'ouverture du colloque scientifique sous le thème "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement", organisé à l'initiative de la commission des pétitions à la Chambre des représentants, il a été relevé que depuis la promulgation de la loi organique N°44.14 déterminant les conditions et les modalités d'exercice du droit de présenter des pétitions aux pouvoirs publics, le Chef du gouvernement n'a reçu que six pétitions, dont cinq ne répondant pas aux exigences légales.
Le bilan provisoire de ce nouveau mécanisme démocratique, bien qu'il soit encore en cours de développement, pousse au questionnement sur les problèmes et difficultés que rencontre sa mise en œuvre et la réalisation de ses objectifs, appelant à cet égard à penser à des moyens pour le développer davantage et promouvoir son efficacité et efficience, a-t-on annoncé.
Les principales limites concernent la prise de conscience des citoyens et de la société civile, de même que les mesures et procédures légales de dépôt des pétitions, a-t-on souligné
Après avoir révélé que le renforcement des capacités des associations de la société civile fait partie des chantiers les plus fondamentaux auxquels le ministère s'est engagé, le responsable a précisé que son département a travaillé à la mise en œuvre d'un programme de formation des formateurs dans les domaines de la démocratie participative et des politiques publiques, à travers deux phases, la première en 2017 et la seconde en 2019, en plus d'un programme de formation dédié au renforcement des capacités des associations en matière de démocratie participative, mis en œuvre en 2017, 2018 et 2019.
Concernant les résultats de la création et de la mise en œuvre par les collectivités territoriales de mécanismes participatifs de dialogue et de concertation et de la mise en œuvre par les conseils des régions et des collectivités territoriales d'organes de consultation, il a été confirmé qu'au niveau local, 166 pétitions ont été déposées par les associations de la société civile et 46 par les citoyens, précisant que ces pétition ont été présentées à 97 collectivités territoriales sur 1.590, soit uniquement 6%.
Pour sa part, le président de la commission des pétitions, Rachid El Abdi a mis en avant l'intérêt accordé par le législateur constitutionnel à cette commission, qui se charge de réceptionner les pétitions et motions et qui constitue un nouveau mécanisme important pour le développement de la vie politique et sociale du Royaume.
M. El Abdi a souligné la nécessité de repenser la méthode de mise en œuvre de ce mécanisme de citoyenneté, compte tenu des obstacles et problèmes que rencontre la commission.
Ce colloque s'inscrit dans le cadre de l'approche participative adoptée par la commission des pétitions, en expliquant à la société civile l'expérience de la Chambre des représentants et sa mission constitutionnelle aux niveaux national et international.
Au programme de cette conférence, qui connait la participation de différents acteurs parlementaires, gouvernementaux et associatifs ainsi que des experts marocains et étrangers, figurent deux séances sur "La démocratie participative au Maroc: entre expériences et problématiques actuelles" et "Les perspectives de développement de la participation démocratique au Maroc à la lumière des expériences internationales".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.