Provinces du Sud : 70% des projets de développement exécutés    Crise libyenne : nouveau round de pourparlers à Tanger    Tennis : Adam Moumar...révélation et sensation    Diego Maradona : « El Pibe de Oro » ne brillera plus    Hausse du crédit bancaire en octobre (BAM)    Supercoupe d'Afrique: Berkane refuse d'affronter Al-Ahly en Egypte    Une personne interpellée à Dakhla : Mise en échec d'une opération d'émigration clandestine de 38 candidats    Semaine de solidarité pour les personnes handicapées du 22 au 26 décembre    Rabat, zone interdite aux Casablancais et vis versa    Youssef Chiheb : Le Maroc a agi selon le droit international qui interdit l' entrave à la circulation de flux commerciaux entre deux Etats souverains    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président burkinabé    Maroc/Covid-19: 2.533 nouveaux cas et 57 décès ces dernières 24h    Man Stop Man...    Nouveau coup dur pour le Real    Conseillère du président du NTD, la Marocaine Naoual Atlas se livre à cœur ouvert    Covid-19: le Maroc prolonge l'état d'urgence sanitaire (Source gouvernementale)    Relance économique. CDM se penche sur la santé    Al Moutmir semis-direct : OCP lance la deuxième phase du programme    Listes électorales : L'Intérieur apporte des précisions sur les mises à jour    La CGEM et l'IFC font cause commune    «Restore Africa Soils», un dispositif scientifique dédié au suivi de la cartographie des sols    Rabat : Gal'Rue, une exposition en espace ouvert dans la capitale    Mehdi Qotbi : "Nous continuerons à faire vivre l'art et la culture"    Après inwi, Nadia Fassi-Fehri intègre l'OCP    La série « The Crown » salirait-elle l'image de la couronne britannique ?    Suisse : Le Réseau international des journalistes arabes et africains salue l'action pacifique du Maroc à El Guerguarat    Deux commissaires européens attendus mardi au Maroc    SM le Roi: La Cause palestinienne est la «clé de voûte» de toute solution Juste au Moyen-Orient    Enjeux sanitaires et économiques    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    Cambodge: L'opposition appelée à la barre    Aspirer à la synchronie nationale!    ASHA, 3è à l'Eurovision Junior 2020 à Varsovie    «Le mouvement culturel amazigh est un projet de société basé sur le repensé»    Exposition. « CASARCHIVES », la mémoire historique de Casablanca    Le Sahara marocain se métamorphose    Plus de 15 000 élèves d'Espagne et du Maroc participent à l'Espace Ecole du FCAT    Tottenham reprend la tête, Cavani et Manchester prêts pour Paris    Un Marocain désigné SG de l'Union des avocats arabes    Maradona victime de négligence médicale?    Botola: pour une véritable nouvelle saison    Un démarrage sous le spectre du Covid, la programmation émerge du lot    Sarah Perles et Jaime Lorente, dans la cour des grands    Lydec annonce une baisse de son chiffre d'affaires    Abdelhak Khiame n'est plus à la tête du BCIJ    La province de Taza face à une intense vague de froid    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ex-président mauritanien Ould Abdelaziz, vulgaire voleur d'électricité
Publié dans Barlamane le 25 - 03 - 2020

Qui l'eut cru ? Celui qui a destitué deux présidents, et qui a mené des campagnes d'assainissement acharnées durant ses onze ans à la tête de la Mauritanie, risque maille à partir avec la justice à cause d'une vulgaire fraude à l'électricité et tentative de corruption pour étouffer l'affaire.
En plus d'être général et ex-président de l'Etat, Mohamed Ould Abdelaziz se targuait d'avoir été président de l'Union africaine et de la Ligue arabe. Que des titres prestigieux … traînés dans les abysses d'un scandale bien trivial. C'est Le Quotidien de Nouakchott qui révèle que le domicile de celui que les Mauritaniens surnommaient « Aouiziz » est alimenté frauduleusement en électricité, d'après le constat des agents de la régie Somelec. Une fois la preuve faite du détournement du branchement électrique, d'autant que Ould Abdelaziz ne paie pas ses factures depuis plus d'un an, le président des pauvres, a tenté d'offrir un pot-de-vin juteux pour passer l'affaire sous silence. 11 millions d'anciennes ouguiya, soit près de 84.000 euros. L'une des questions qui se pose est la suivante : s'il avait souscrit à un branchement légal et payé ses factures, la somme aurait-elle atteint cette … « contrepartie » du silence de la régie ?
Il semblerait que goûter à l‘interdit soit addictif. Le même quotidien révèle qu'en plus de sa maison, sa ferme et son usine de décorticage situées à l'Est de Rosso (commune au Sud du pays) étaient non seulement branchées illégalement sur le réseau de haute tension sans compteur, mais que la clôture qui les protège provenait de matériels de la Société nationale industrielle et minière (SNIM). Le site d'information souligne par ailleurs, que les populations voisines de «Aouiziz» étaient, elles, privées d'électricité, contrairement à lui. C'était lui-même, quand il était en fonction, qui s'était surnommé le Président des pauvres car il avait pris quelques mesures retentissantes contre la « corruption » ; comme le limogeage d'un ministre des Finances pour sa décision de faire supporter à l'Etat la facture d'électricité du domicile d'un ancien chef d'Etat.
Plus encore, il avait fait voter des lois contre les fraudeurs à l'électricité, un mal dont souffre la Mauritanie. Et ce, peu avant son départ du pouvoir. L'adage «tel est pris qui croyait prendre», s'appliquera-t-il à lui ?
La commission parlementaire pour dresser l'inventaire des années de pouvoir de « Aouiziz » votée le 31 janvier dernier, n'en a pas fini d'enquêter. En plus des milliards dilapidés dans la gestion des revenus pétroliers et miniers, dans les attributions de marchés publics, les ventes du foncier public, l'attribution de concessions portuaires et aéroportuaires, les signatures de contrats dans les domaines de l'énergie et de la pêche, les conditions de liquidation d'entreprises publiques, il lui faudra compter tous les branchements électriques illégaux de Abdelaziz, bien qu'il ne s'agissent à vue d'œil que de quelques millions.
Chapeau à nos hautes autorités pour avoir su éviter de se familiariser avec ce vulgaire voleur de poules.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.