«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021
Publié dans Barlamane le 31 - 03 - 2020

La campagne électorale pour les législatives 2021 semble bien lancée. Et les pjdistes se sont engagés dans une véritable course contre la montre pour attirer plus de sympathisants. Indécent.
Le parti de la Lampe tente déjà de profiter de la mobilisation générale contre le coronavirus pour gagner des points électoraux. Et cela a tout l'air d'une campagne électorale bien avant l'heure. Et surtout malvenue.
Le PJD se comporte d'une façon opportuniste avec le peuple marocain. Revenons en arrière … à 2011. Il a tiré profit du mouvement du 20 février et il a promis la lune lors de ses campagnes électorales. Il compte encore profiter de la crise due au Covid-19, pour placer ses pions et pour attirer les voix des électeurs, vu qu'il peut étant parti majoritaire au pouvoir faire entendre sa voix. Ou plutôt tenter de récolter le travail d'autres à son compte.
L'année 2021 aura un agenda bien chargé. Ce sera le calendrier de toutes les élections, locales, régionales, parlementaires aussi. Le PJD montre tous les signes d'une pré-campagne électorale dès maintenant. Quoi de mieux que tirer avantage de la crise sanitaire ? Dès l'apparition du premier cas du coronavirus au Maroc, le parti, ainsi que le numéro un de cette formation politique, a renforcé davantage sa stratégie digitale. Et ce, en optant pour des capsules vidéo et des publications de sensibilisation en arabe et en amazigh. Le parti, plus que les comptes officiels du gouvernement.
Par ailleurs, l'ancien ministre chargé des Relations avec le Parlement, Mustapha El Khalfi, a décidé de « renaître de ses cendres » en expliquant, dans une capsule vidéo, comment les ménages du secteur informel, qui n'ont plus de revenus en raison du confinement obligatoire, pourront profiter des aides de subsistance, annoncées le 27 mars par le Comité de veille économique. Monsieur El Khalfi, la presse a déjà relayé l'information émanant des départements qui en ont la prérogative ! Il semble qu'El Khalfi a oublié qu'il n'a plus aucun statut qui lui permette de marketer le fonds de gestion du coronavirus. Il cherche plutôt à créer de la confusion et faire croire au peuple marocain que cette initiative royale a été prise par le parti de la Lampe, alors que c'est le Souverain qui a ordonné la création immédiate d'un fonds spécial, dédié à la gestion de la pandémie du coronavirus, en l'alimentant le premier, d'ailleurs et pour rappel.
Dans ce contexte de « pré-campagne », les élus et membres du PJD mangent à tous les râteliers pour s'attirer tout genre d'électeurs. Rappelons qu'un élu du PJD à Errachidia, ayant lancé un appel pour enfreindre l'état d'urgence sanitaire, déclaré pour une durée d'un mois, a été interpellé le 29 mars dernier. Il a été jugé pour avoir publié, le 27 mars, sur son compte Facebook, un appel à braver l'état d'urgence sanitaire. Le parquet a statué et mis l'élu pjdiste sous mandat de dépôt à la prison locale de la ville. Soulignons également que d'autres élus pjdistes ont choisi de distribuer, à coups de photos et de vidéos sur les réseaux sociaux, des kits alimentaires au profit des familles à faible revenu, profitant ainsi de cette crise pour se montrer soi-disant « solidaires » et « engagés ». Bien sûr, dans le seul et unique but d'élargir leur base électorale. Pendant ce temps, beaucoup d'autres le font discrètement mais surement. Notamment, pour préserver la dignité, l'identité de l'autre en évitant de filmer et donc de médiatiser des familles recevant des paniers de victuailles.
Il ne fait nul doute que le PJD, au lieu de contribuer à aider dans la crise sanitaire actuelle due au coronavirus à travers des actions palpables sur le terrain, profite de la situation pour s'octroyer une troisième victoire aux élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.