«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus
Publié dans Barlamane le 05 - 04 - 2020

Episodes inachevés et plateaux de tournage désertés: à cause de la pandémie de nouveau coronavirus, les producteurs du Maroc et du Moyen-Orient ont du mal à mettre en boîte leurs célèbres séries télévisées du ramadan, le mois de jeûne musulman débutant fin avril.
Crise télévisuelle en vue. Parce que les pays de la région ont pris des mesures parfois drastiques pour freiner la propagation de la maladie de Covid-19, de nombreux studios ont dû interrompre leur tournage.
Mais avec un public confiné à la maison, la demande en divertissement risque d'aller croissante à l'approche du ramadan, qui doit commencer cette année la dernière semaine d'avril.
Ce mois de jeûne religieux est l'occasion pour de nombreuses productions d'inonder les écrans de télévisions, mais aussi internet, avec des séries télévisées. Celles-ci, surnommées les «mosalsalat», les séries du ramadan, sont souvent diffusées entre l'iftar, le repas de rupture du jeûne au coucher du soleil, et le sohour, la collation d'avant l'aube.
«Le compte à rebours a commencé et nous avons besoin d'autant de contenu que possible pour le ramadan. Si nous ne pouvons pas avoir nos séries, nous allons devoir penser à acheter à l'étranger, même au détriment de la qualité», confie le responsable des acquisitions d'une chaîne de télévision basée à Dubaï.
Drames sentimentaux, comédies familiales, sagas historiques ou thrillers haletants font le menu quotidien des chaînes, engagées dans une bataille acharnée pour l'audimat, sans compter la nouvelle concurrence des services de la distribution et l'exploitation d'œuvres cinématographiques et télévisuelles comme Netflix.
Car les audiences et les prix de la publicité à la télévision montent en flèche pendant le ramadan, un des cinq piliers de l'islam. Mais cette année, le nouveau coronavirus frappe durement le secteur des arts et du divertissement: les festivals sont reportés et les cinémas fermés dans de nombreux pays.
Au total, plus de trois milliards de personnes sont confinées et la pandémie a fait 40.000 morts à travers le monde, selon un bilan établi à partir de sources officielles mercredi à 11H00 GMT.
Si des tournages ont été interrompus au Maroc, au Liban et au Koweït, les caméras continuent de tourner dans d'autres pays comme aux Emirats arabes unis, mais sous des règles strictes, comme la limitation de personnel non essentiel sur les plateaux.
Grand groupe médiatique panarabe basé à Dubaï, MBC «stérilise constamment les studios et les lieux de tournage» et mis en place des «unités d'urgence» médicales, affirme son porte-parole Mazen Hayek.
En Egypte, l'un des principaux pourvoyeurs de séries télévisées, aucun ordre officiel de fermeture des studios n'a été émis. Mais «80% des tournages ont quand même cessé», estime Achraf Zaki, chef du syndicat des acteurs.
Plusieurs acteurs ont appelé les autorités à faire suspendre les tournages. Mais pour des inconditionnels, passer le ramadan sans séries est impensable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.