Eau Sidi Hrazem: une ancienne affaire refait surface    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Special Olympics: les champions marocains challengent leurs rivaux mexicains    Maroc/Covid-19: 1241 nouveaux cas, 28 autres décès    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    La CNOPS simplifie les procédures pour l'AMO    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Sauver le parc «Murdoch» du délabrement et de l'oubli    Le Maroc a rude épreuve!    Casablanca: vigilance maximale à la mosquée Hassan II    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Une première dans l'histoire du Maroc!    Covid-19: Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile    Le Crocoparc Agadir accueille le plus grand serpent du Maroc    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Conseil de la concurrence : une institution stratégique incontournable    Ligue des champions : A Lisbonne, un "Final 8" sous bulle sanitaire    Messi s'est entraîné normalement avant le Bayern    Les Sévillans Bounou et En-Neysiri en demi-finale de Ligue Europa    Khalid Ait Taleb : Des centres de santé seront mis à disposition dans les quartiers pour accueillir les cas suspects de Covid-19    Le retour des castors    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    Wafa Assurance enregistre une baisse de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    Contraventions durant l'Etat d'urgence sanitaire: un projet de décret fixe les procédures    Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition    "365 jours" Un film entre succès et polémique    La gastronomie marocaine à l'honneur à Bogotá    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fête de l'indépendance de l'Algérie : le Hirak veut une seconde révolution
Publié dans Barlamane le 06 - 07 - 2020

Les Algériens ont combattu le colonialisme pendant plus de 132 ans, maintenant ils se battent pour construire un meilleur pays en défiant la junte militaire et un système dépassé par les enjeux du présent.
Alors que le jour de l'indépendance de l'Algérie se profile, ce qui devrait être un jour de festivités sera en fait une période de grandes tensions et de contradictions. Le 5 juillet 1962 a été un moment historique pour les millions d'Algériens qui avaient vécu sous la domination coloniale de la France.
Si la résistance n'a certainement pas été absente tout au long de cette période, c'est la guérilla, lancée contre les colonisateurs le 1er novembre 1954, qui a finalement rendu aux Algériens leur terre, leur liberté et leur justice.
Cependant, au lendemain de l'indépendance, le régime algérien a porté un coup à l'héritage libératoire de la guerre d'indépendance en scellant rapidement son pouvoir par le biais du régime militaire, en éliminant les critiques et les opposants en cours de route.
Néanmoins, au cours des décennies, les Algériens ont honoré le million et demi de martyrs qui ont combattu et sacrifié leur vie pour la liberté en continuant de défier les structures de pouvoir oppressives, internationales et internes.
De la prise en charge du régime à la militarisation des clivages ethniques, à la marche contre la presse et la censure politique, en passant par la lutte pour les droits des femmes en s'opposant aux lois du code de la famille, les Algériens ont démontré à maintes reprises au cours des 58 années d'indépendance ils ne seront pas réduits au silence.
À bien des égards, l'esprit de la lutte algérienne contre l'oppression et la répression perdure encore aujourd'hui.
Depuis février 2019, lorsque les Algériens sont descendus dans la rue pour s'opposer aux tentatives du président d'alors, Abdelaziz Bouteflika, de briguer un cinquième mandat, des millions de personnes ont continué de marcher chaque semaine, contre la corruption du gouvernement, la répression et l'État militaire.
Alors que la pandémie mondiale de Covid-19 a contraint le Hirak (le mouvement) à mettre fin à ce qui avait été autrement un mouvement de protestation soutenu pendant un an, les masses ont clairement exprimé leur engagement dans la lutte à travers les médias sociaux et les médias indépendants.
Dans certains cas, de petites manifestations ont été organisées dans des villes comme Bejaia et Tizi Ouzou, malgré le verrouillage imposé par l'État.
Au cours de cette période incertaine, la présence policière et militaire a augmenté dans les rues pour «surveiller» la population en cas de violations de l'isolement. Cela a également été une période de répression politique accrue.
Le nouveau président, Abdelmajdid Tebboune, que le Hirak ne reconnaît pas officiellement en raison du boycott de masse qu'il a mené contre les élections générales en décembre 2019, a utilisé la crise des coronavirus pour attaquer des dissidents de base.
Des arrestations de militants et de journalistes ont eu lieu depuis l'annonce par Tebboune de mesures nationales, notamment l'interdiction des rassemblements publics, la fermeture des écoles et l'instauration d'un couvre-feu forcé.
Le régime a impitoyablement attisé la violence répressive contre le peuple au nom de la sécurité publique. En même temps, il ne fournit pratiquement aucune solution à la pauvreté en chute libre d'une grande partie de sa population, à leurs mauvaises conditions de vie ainsi qu'à des installations sanitaires et au manque de soins de santé adéquats.
Une crise qui, bien qu'intensifiée par l'effondrement international des prix du pétrole, s'aggrave en réalité depuis très longtemps.
Les niveaux de corruption qui ont conduit à la diminution de la richesse inimaginable des réserves de pétrole et de gaz du pays ont entraîné la lente suffocation de tous les restes de l'État-providence.
Au lieu de se concentrer sur les problèmes sociaux profonds qui affligent le peuple, qui ont fourni le terreau idéal pour la propagation du virus, Tebboune est plus intéressé à enfermer des prisonniers politiques dans des conditions désastreuses.
Peu importe pour le régime que l'Algérie soit la plus touchée de la région, avec plus de 15 000 cas de Covid-19 enregistrés au moment de la rédaction du présent rapport. En fait, la pandémie lui a fourni la parfaite distraction de l'attention et de la critique internationales.
Il n'est donc pas surprenant qu'une date qui commémore un soulèvement qui a inspiré tant de personnes dans le monde à prendre leurs oppresseurs par tous les moyens nécessaires, ne soit pas une occasion tout à fait agréable pour le régime algérien.
Comme elle l'a fait à la même époque l'année dernière, et à d'autres dates marquantes liées à l'histoire anticolonialiste du pays, la période est susceptible d'inspirer de nombreuses personnes à se réorganiser et à combattre.
La présence et la célébration parmi les Hirak d'anciens révolutionnaires – dont beaucoup de femmes – avaient été retirées des livres d'histoire officiels contrôlés par l'État en raison de leur opposition au totalitarisme qui commençait à se répandre depuis 1962, ce qui démontre le décalage entre la réalité , le peuple et la commémoration officielle.
Les ex-militants du Front de libération nationale (FLN), Djamila Bouhired et Louisette Ighilahriz, sont parmi les nombreux rejetés par le régime et qui ont assisté à des manifestations hebdomadaires toute l'année. Ils ont averti à plusieurs reprises ceux au pouvoir qu'ils étaient venus pour terminer le travail de véritable libération du peuple.
Malgré le révisionnisme du régime, pour qui une version de la libération nationale blanchie à la chaux et adorant les héros reste la clé de ses prétentions à l'autorité, des personnalités comme Bouhired, mais aussi ceux tués et exilés au fil des ans, sont les plus susceptibles d'être mentionnés. par des millions lors des manifestations.
En fait, l'un des aspects frappants des récentes mobilisations a été la manière dont les anciens manifestants, dont certains se souviennent encore de la lutte contre les Français, ont repris une histoire différente et collective de la guerre d'indépendance et de ses héros.
Le régime a maintenu l'arrogance de ses colonisateurs français, oubliant la puissance et la force de la mémoire collective du peuple. La profondeur de leur intolérance à l'injustice remonte à plusieurs générations.
Il a été formé grâce à l'éducation que les arrière-grands-parents, grands-parents et parents sont décédés, malgré l'analphabétisme de beaucoup.
Le feu que tant d'Algériens sont souvent accusés d'avoir, ne vient pas du programme révisé, périmé et mal financé choisi par l'État. Elle vient des promesses que la guerre révolutionnaire a portées, qui ont été niées mais jamais oubliées.
Le régime a ignoré que, tout comme en 1954, lorsque les Français ont commencé à ressentir la chaleur de la révolution algérienne, il ne pouvait pas endormir son peuple, par une fausse fierté nationale, alors qu'il continuait de le faire mourir de faim.
D'autant plus que le verrouillage s'assouplit, le gouvernement n'aura plus que peu d'excuses pour empêcher les rassemblements collectifs. Certains soutiennent que, malgré les dangers de l'infection, il vaut mieux mourir en combattant dans la rue que de continuer d'être emmenés de l'isolement de leurs maisons dans une cellule de prison, où ils risquent de subir un pire sort et de contracter la maladie de toute façon.
Comme l'a si bien écrit Frantz Fanon dans Les misérables de la terre: «Chaque génération doit découvrir sa mission, l'accomplir ou la trahir, dans une relative opacité.»
Les Algériens comprennent ce qu'est cette mission aujourd'hui. Depuis février dernier, le Hirak a clairement fait savoir que cette fois-ci, ils continueront de se battre jusqu'à ce qu'ils obtiennent une liberté totale et sans compromis pour tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.