Dakhla : «Région de Rêve 2021»    Quels sont les défis à relever pour garantir le succès de la ZLECAf ?    Stratégie : Kia Maroc dévoile ses nouvelles ambitions pour 2021    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Etats-Unis : Les premières décisions de Biden et les dernières de Pompeo    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Coronavirus : le gouvernement prolonge les mesures de restriction en vigueur de 2 semaines    Affaire Laila: L'ADN, l'émotion et la polémique    Recherche scientifique: Quel rôle peut jouer l'université dans le renforcement de la dynamique de développement    La Chine défend sa gestion après des critiques d'experts    Nador: Interpellation de sept personnes pour escroquerie, enlèvement, séquestration et demande de rançon    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Situé à Casa Anfa : Un Institut «nouvelle génération» sur le digital verra bientôt le jour    «En 2020, l'offshoring marocain a montré sa capacité exceptionnelle à résister»    Procès à distance : Quelque 6.421 affaires mises au rôle du 12 au 15 janvier    Les USA n'ont fait que dire tout haut ce que pensent les autres Etats et le Conseil de sécurité    Masque en tissu : voici les nouvelles recommandations    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Norvège. Le vaccin Pfizer fait 23 morts    Eliminatoires Afrobasket (Tunisie, 17-21 février 2021) : Stage de l'équipe nationale seniors    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    Véhicules acquis à l'étranger : Les droits d'immatriculation peuvent être payés en ligne    Performance du secteur privé : La CGEM lance la 4ème édition de son baromètre    RNI Academy, une nouvelle structure pour la formation des élus de demain    Euromed : Quel avenir ?    Mondial de Handball 2021 : Touché par la Covid-19, le Cap-Vert contraint de quitter la compétition    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    Maroc/Etats-Unis : David Fischer rend hommage au Maroc et à son Roi (vidéo)    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un ancien officier de la CIA, accusé d'espionnage pour la Chine, arrêté
Publié dans Barlamane le 18 - 08 - 2020

L'arrestation d'un habitant d'Hawaï de 67 ans est la dernière affaire impliquant d'anciens agents du renseignement accusés d'avoir fourni des documents classifiés à Pékin. Une affaire qui rappelle la collusion entre Omar Radi et les renseignements britanniques, pourtant défendue par les faux activistes et par le clan des pétitionnaires.
Un ancien C.I.A. Un officier a été accusé d'avoir donné des informations classifiées au gouvernement chinois, a annoncé lundi le ministère de la Justice, le dernier d'une série d'anciens agents du renseignement accusés d'espionnage pour Pékin. Le suspect, Alexander Yuk Ching Ma, travaillait en tant que C.I.A. officier dans les années 1980 puis comme traducteur contractuel pour le F.B.I. dans les années 2000. Il a été arrêté vendredi.
Cette affaire rappelle celle du journaliste Omar Radi, placé en détention le 29 juillet, pour «viol» et «réception de fonds étrangers dans le but de porter atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat», objet de deux enquêtes, la première sur des «délits relatifs à l'attentat à la pudeur avec violence et viol», et la deuxième «au sujet de la réception de fonds de parties étrangères en vue de porter atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat» et «de mener des contacts avec des agents de pays étrangers pour nuire à la situation diplomatique du Maroc». Alors que l'affaire de Ching Ma suscite un tollé aux Etats-Unis, au Maroc, Khadija Ryadi, l'ex-présidente de l'Association marocaine des droits humains (AMDH) et l'historien-magouilleur Maati Monjib, au mépris de toute morale politique, ont défendu ce qu'Omar Radi a appelé «missions de collecte et de remontée des informations» alors que les preuves d'un espionnage caractérisé se précisent. Deux graves affaires, l'une est nuancée et l'autre, problématisée.
Les procureurs fédéraux ont accusé l'ancien officier de la CIA d'avoir vendu des secrets de défense sensibles au gouvernement chinois pendant plus d'une décennie dans une affaire d'espionnage révélée lundi à Hawaï.
Alexander Yuk Ching Ma aurait remis des informations sur le personnel et les métiers de la CIA aux services de renseignement chinois et aurait reçu des dizaines de milliers de dollars en retour. Un citoyen américain naturalisé né à Hong Kong, Ma, 67 ans, a déclaré à un agent infiltré du FBI se faisant passer pour un officier des renseignements chinois au début du mois qu'il voulait que « la patrie » réussisse, selon des documents judiciaires.
Les hauts fonctionnaires du CIA ont qualifié Ma de traître.
« La piste de l'espionnage chinois est longue et, malheureusement, parsemée d'anciens officiers du renseignement américain qui ont trahi leurs collègues, leur pays et ses valeurs démocratiques libérales pour soutenir un régime communiste autoritaire », a déclaré John Demers, le procureur général adjoint à la sécurité nationale. dans un rapport.
Ma rejoint une liste d'anciens responsables du renseignement accusés par les États-Unis ces dernières années d'espionnage au nom des Chinois. La tension entre les deux pays atteint son apogée alors que l'administration Trump a de plus en plus fait honte à Pékin pour ses prétendues tentatives de voler la sécurité nationale et les secrets commerciaux. Ma, qui a été arrêté vendredi, est accusé de complot en vue de communiquer des informations sur la défense nationale pour aider un gouvernement étranger. Il devrait comparaître mardi devant le tribunal fédéral d'Hawaï.
Une grande partie de l'espionnage dont il est accusé a eu lieu il y a plusieurs années. Selon des documents judiciaires, Ma, qui a servi dans la CIA de 1982 à 1989, a commencé à vendre des secrets en 2001 au cours de trois jours de réunions dans une chambre d'hôtel de Hong Kong avec cinq fonctionnaires des services de renseignement chinois. Une partie de la réunion est capturée sur vidéo, y compris une scène dans laquelle Ma est vue en train de recevoir et de compter 50 000 dollars en espèces, selon les procureurs.
Plus tard, disent les autorités, Ma a accepté un emploi de linguiste traduisant des documents du chinois au bureau de terrain du FBI à Honolulu « comme un mécanisme pour se donner à nouveau accès aux informations du gouvernement américain ». Il aurait emporté un appareil photo numérique dans le bureau du FBI pour photographier des documents sensibles qu'il apporterait ensuite à ses gestionnaires en Chine.
Un défenseur public répertorié pour Ma dans le dossier judiciaire n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Les procureurs ont déclaré qu'un parent de Ma, âgé de 85 ans, qui était également un ancien officier de la CIA avait travaillé à ses côtés pour vendre des secrets aux Chinois, bien que le parent n'ait pas été inculpé parce que l'individu « souffre d'une maladie cognitive avancée et débilitante ». selon un affidavit déposé dans l'affaire.
Au cours des trois dernières années, le ministère de la Justice a porté au moins trois autres affaires de contre-espionnage contre d'anciens responsables du renseignement américain accusés de vendre des secrets aux Chinois, marquant certains des exemples les plus effrontés de ce que les responsables décrivent comme une vaste campagne d'espionnage chinoise.
En juillet, le directeur du FBI, Christopher Wray, a déclaré que « la plus grande menace à long terme pour l'information et la propriété intellectuelle de notre pays, et pour notre vitalité économique, est la menace de contre-espionnage et d'espionnage économique de la Chine ».
Omar Radi – Alexander Yuk Ching : même affaire ?
Le journaliste marocain incarcéré Omar Radi, au cœur d'une double affaire d'espionnage, affronte plusieurs affaires : il est suspecté de bénéficier de «financements de l'étranger» en lien avec des «services de renseignement» et soupçonné de «liens avec un officier de liaison d'un pays étranger» qui a travaillé «sous couvert diplomatique depuis 1979 dans plusieurs régions de tensions». Toutefois, Omar Radi, par esprit de coterie, a été défendu au détriment des faits et de la vérité.
Omar Radi, dans ses déclarations, décrit à mots-couverts une intelligence économique destinée à récolter de l'information à haute valeur ajoutée. Les récentes révélations sur ses activités n'ont engendré que quelques protestations, restées au niveau des déclarations d'indignation. Omar Radi n'est peut-être que le maillon d'une chaîne qui n'en finira pas de s'allonger.
Mis en cause aussi pour «ivresse publique et violences» selon le porte-parole de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), Omar Radi a été manipulé par Amnesty qui peine à fournir des «preuves» de ses «accusations graves et tendancieuses», selon lesquelles le téléphone de Radi aurait été infiltré par le Maroc.
Omar Radi, 33 ans, connu pour avoir réalisé des enquêtes journalistiques en recourant à des procédés douteux et des informations obtenues parfois par des moyens illégaux, avait été condamné en mars à quatre mois de prison avec sursis pour avoir diffamé un juge sur Twitter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.