Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Euro 2020 : L'Autriche s'en sort bien face à la Macédoine du Nord (3-1)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Algérie: Une APN qui n'a rien de populaire    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    Cette Espagne hégémonico-nostalgique qui a mal du Maroc    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    Pour un meilleur accueil des MRE: Prix raisonnables et nombre de rotations suffisant    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Oriental Le développement des zones frontalières, priorité pour l'Istiqlal    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Euro 2021: le Danemark s'incline devant la Finlande (VIDEO)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalid Drareni nie les accusations qui pèsent contre lui, des ONG réclament sa libération
Publié dans Barlamane le 10 - 09 - 2020

Le journaliste algérien Khaled Drareni a nié mardi l'essentiel des accusations contre lui, insistant sur le fait qu'il ne faisait que son travail dans une affaire considérée comme un baromètre de la liberté de la presse dans le pays.
Faisant face à une peine de trois ans de prison prononcée en août pour sa couverture des manifestations algériennes, Drareni a été accueilli par une foule de partisans devant le tribunal de la capitale Alger.
«Dès le premier jour, tout ce que j'ai fait, c'est accomplir mon travail de journaliste. Je suis ici parce que j'ai couvert le ‘Hirak' [le mouvement de contestation populaire] en toute indépendance», a-t-il déclaré au tribunal.
Rédacteur en chef du site d'information Casbah Tribune et correspondant de la chaîne francophone TV5 Monde, Drareni, 40 ans, a été reconnu coupable d ‘« incitation à un rassemblement non armé » et de « mise en danger de l'unité nationale » pour avoir couvert les manifestations d'un an qui ont évincé le président de longue date Abdelaziz. Bouteflika l'année dernière.
L'organisme de surveillance de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF), pour lequel Drareni travaille également, a condamné la peine de trois ans de prison et une amende de 50 000 dinars (388 dollars) comme « arbitraires, absurdes et violentes ».
Drareni a été arrêté le 7 mars alors qu'il couvrait une manifestation menée par le Hirak, et accusé d'avoir critiqué le système politique algérien sur Facebook, selon RSF.
« Vous pouvez revoir tous mes messages pour voir s'il y avait quoi que ce soit mettant en danger l'unité nationale. Je racontais les faits », a-t-il déclaré devant le tribunal.
«Restreindre la couverture»
Très peu de journalistes ont été autorisés à entrer dans la salle d'audience pour couvrir les audiences de mardi et une trentaine d'avocats devaient prendre la parole.
Les procureurs ont appelé à une peine de quatre ans de prison pour Drareni. On ne savait pas si le verdict serait rendu mardi.
« Le procès en appel de @khaleddrareni s'est ouvert sans presque aucun témoin. Seuls une dizaine de journalistes ont été autorisés à pénétrer dans la salle d'audience, contre 100 lors des premières audiences », a déclaré RSF dans un tweet.
Il a ajouté qu'il était clair que « les autorités veulent limiter la couverture médiatique très symbolique ... en imposant sans avertissement de nouvelles restrictions à l'accès des journalistes ».
M. Drareni a été transporté dans le complexe judiciaire en bus depuis la prison de Kolea près d'Alger, où il est détenu depuis le 29 mars. Une petite foule de partisans l'a rencontré, criant « Khaled Drareni est un journaliste libre ».
Les appels des codéfendeurs Samir Benlarbi et Sliman Hamitouche, tous deux des personnalités du Hirak, étaient également entendus. Ils ont été condamnés chacun à deux ans, mais la plupart de leur peine étant suspendue, ils ont déjà été libérés et se sont librement présentés au tribunal.
Depuis que Drareni a été emprisonné le mois dernier, des milliers de personnes ont signé des pétitions demandant sa libération, soulignant que sa peine était « la plus lourde » infligée à un journaliste depuis des décennies en Algérie.
Les signataires comprennent des universitaires, des avocats et des collègues journalistes, ainsi que l'écrivain et vétéran de la guerre d'indépendance Louisette Ighilahriz.
‘Symbole' de la liberté de la presse
Le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, a déclaré que les autorités du pays d'Afrique du Nord avaient «fait de lui [Drareni] un symbole de la défense de la liberté de la presse».
L'appel intervient après que le gouvernement a approuvé un projet de modifications de la constitution au cours du week-end qui sera soumis au parlement pour approbation avant un référendum national en novembre.
Le président Abdelmadjid Tebboune a déclaré que les réformes « répondent aux demandes du mouvement populaire ».
Tebboune, ancien premier ministre de Bouteflika élu en décembre, a promis de rompre avec l'ancien régime, considéré comme synonyme d'autoritarisme, de corruption et de népotisme.
Mais les changements constitutionnels proposés sont loin de répondre aux demandes du mouvement de protestation pour une réforme politique globale et le départ de tous les responsables de l'ère Bouteflika.
Les manifestations hebdomadaires régulières organisées par le mouvement Hirak ont cessé en mars face à la pandémie de coronavirus.
Mais à l'approche du référendum, ils devraient reprendre de la vigueur.
Le groupe de défense des droits des prisonniers du CNLD indique qu'environ 45 personnes liées au Hirak sont actuellement derrière les barreaux, plusieurs d'entre elles devant être jugées.
Ces derniers mois, le gouvernement a accusé les journalistes de semer la discorde et la subversion. Lors d'une réunion avec la presse en mai, Tebboune a laissé entendre sans nommer Drareni qu'il avait peut-être été « un informateur pour les ambassades étrangères ».
Pour rappel, RSF a classé l'Algérie 146 sur 180 pays et territoires dans son Index mondial de la liberté de la presse 2020, cinq places


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.