1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    MCA/OCDE : Convention de partenariat pour l'amélioration des pratiques dans l'enseignement secondaire    Et revoilà Benkirane, le retour!    Vaccin anti-grippal: le risque de pénurie se précise    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Pour l'ex-Premier ministre malaisien, les Musulmans ont « le droit d'être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé »    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Covid-19 au Maroc : De nouveaux chiffres inquiétants    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Le président Erdogan a reçu un message du roi Mohammed VI    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Ligue des champions : Dortmund n'a plus d'âme, la faute à Lucien Favre ?    Premier but de Ziyech avec Chelsea (VIDEO)    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Projection de "Mica " d'Ismail Ferroukhi au Festival du film d'El Gouna    Johnny Depp toujours en guerre contre "The Sun "    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : un parti politique dresse un tableau sombre de la situation politique et socioéconomique du pays
Publié dans Barlamane le 26 - 09 - 2020

Le parti des travailleurs (PT), l'une des principales formations de l'opposition en Algérie, a mis en garde contre le danger qui guette le pays, tout en dénonçant "les pratiques restrictives et répressives dont sont victimes les militants de la démocratie".
Dressant un tableau sombre de la situation politique et socioéconomique du pays, le PT a, par la voix de sa secrétaire générale, Louisa Hanoune qui s'exprimait vendredi lors d'une réunion du comité central de cette instance, a déploré un "recul des libertés", une "grave crise économique, politique et sociale", "une menace sur le multipartisme", un "encouragement de l'informel", une "gestion expéditive des procès liés à la corruption" et un "projet de Constitution qui ne répond pas aux aspirations des Algériens".
Il s'agit d'"une Algérie en régression totale dans tous les domaines, et qui se poursuit en matière de droits et de libertés démocratiques qui se rétrécissent chaque jour davantage, de même que la situation socioéconomique qui se détériore de plus en plus", a-t-elle fait observer.
Elle a expliqué que "la décision du confinement sanitaire, anarchique et aveugle a permis de mettre totalement en veille les libertés démocratiques et le lancement d'une campagne de répression, d'arrestations et de musellement des médias publics et privés, et, de là, celle des partis et des opinions", ajoutant que "ce confinement quasi total a induit un effondrement économique".
Selon elle, cette crise a dévoilé "une non-maîtrise totale de la gestion de la situation de confinement", en en voulant pour preuve que "des pans entiers de la société ont sombré dans la misère dont des commerçants, des transporteurs, des artisans, des professions libérales. Et qui, même après la levée partielle du confinement, continuent à en subir les conséquences".
Mme Hanoune s'est, dans ce sens, demandée sur les raisons du maintien de l'interdiction du transport interwilayas lorsqu'après le déconfinement partiel, le Covid-19 a régressé, faisant état d'une "instrumentalisation" de ce dossier à des fins politiques, notamment pour réduire les droits et les libertés et faire passer des lois antisociales.
Elle a également critiqué le flou entourant la rentrée scolaire, jugeant qu'"un gouvernement, qui ne peut assurer une rentrée scolaire en fournissant les outils nécessaires, ne peut gouverner un pays, mais constitue un danger pour le présent et l'avenir du pays".
Sur le plan économique, elle a déploré "une augmentation de la détresse sociale", regrettant la mise en place d'"une politique de terreur pour faire taire les voix dissonantes des jeunes qui veulent revendiquer leurs droits".
"Cela ne marchera pas", a-t-elle estimé en en voulant pour preuve "les explosions de colère de citoyens de par le monde, ainsi que la multiplication des grèves des travailleurs des secteurs de la santé et de l'éducation".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.