Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    Patrice Motsepe, le président de la CAF, en visite au Maroc    L'examen du BTS du 17 au 21 mai    Tourisme : l'ONMT présente son nouveau dispositif de promotion de la destination Maroc    Inauguration à Casablanca du centre d'innovation «ABA Technology»    BAM organise une série de webinaires    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    Tribunal de commerce de Casablanca Lancement de trois nouveaux services électroniques    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    La Super Ligue se déballonne, le foot européen reprend son souffle    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    Le projet de liaison fixe via le détroit de Gibraltar    Lancement de la première édition du Salon virtuel du livre universitaire    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Consultations au Conseil de sécurité sans enjeux sur la question du Sahara marocain    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    Le Raja survole la phase de poules de la Coupe de la Confédération    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Sabotage en Tchéquie : l'OTAN vent debout contre les actions déstabilisatrices de Moscou    IPC : hausse de 0,1% en mars    Epargne : Wafa Assurance mise sur le taux de revalorisation    Trois nouvelles nominations au sein de Société Générale Maroc    Renault Mégane : un restylage et des évolutions en prime    Procédures administratives : Lancement du portail «Idarati»    Liga: Youssef En-Nesyri bat un nouveau record, détenu jusqu'ici par Youssef El Arabi    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Cherkaoui Habboub: "Les terroristes d'Oujda projetaient de s'attaquer à des casernes et des postes de police"    Mohammed Benabbou, climatologue: Il faut s'habituer à de tels scénarios climatiques    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Covid-19 : l'Allemagne envisage d'aquérir 30 millions de doses du vaccin russe Spoutnik    Anniversaire de la disparition de Feu SM Mohammed V: le héros de la lutte pour l'indépendance    Campagne de sensibilisation aux méfaits de la Covid-19 à Ain Chock    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    Poutine appelle ses rivaux étrangers à ne pas "franchir de ligne rouge "    "Riffs of A Moroccan Rebel" , premier roman autobiographique de Soufiane El Khalidy    Edito : Ecole en phase    Plus de 220 textes en souffrance    DGSN: deux Subsahariens interpellés à Mohammédia    Météo Maroc: formations brumeuses ce jeudi 22 avril    Présidentielle 2022: Macron et Le Pen « finalistes » potentiels (Sondage)    Mise en échec d'une tentative de trafic de plus 600kg de drogues à Agadir    Le CCME lance une programmation «Ramadan 2021»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Nobel de chimie décerné à un duo de chirurgiennes des gènes
Publié dans Barlamane le 07 - 10 - 2020

C'est la première fois qu'un duo 100% féminin remporte un Nobel scientifique: le prix de chimie a été attribué mercredi à la Française Emmanuelle Charpentier et à l'Américaine Jennifer Doudna, deux généticiennes qui ont mis au point des « ciseaux » capables de modifier les gènes humains, une percée révolutionnaire.
Cette récompense leur est décernée pour la mise au point pour cette « méthode d'édition des gènes », avec un outil qui peut « réécrire le code de la vie », a salué le jury à Stockholm.
La Française, 51 ans, et l'Américaine, 56 ans, deviennent les sixième et septième femmes à remporter un Nobel de chimie depuis 1901.
Avec ce prix Emmanuelle Charpentier espère apporter « un message très fort » aux jeunes filles tentées par la science. « Les femmes scientifiques peuvent aussi avoir un impact pour la recherche qu'elles mènent », a réagi la Française peu après la remise du prix.
En juin 2012, elle et Jennifer Doudna décrivent dans la revue Science un nouvel outil capable de simplifier la modification du génome. Le mécanisme s'appelle Crispr/Cas9 et est surnommé « ciseaux moléculaires ».
La thérapie génique consiste à insérer un gène normal dans les cellules qui ont un gène défaillant afin qu'il fasse le travail que ce mauvais gène ne fait pas. Mais Crispr va plus loin: au lieu d'ajouter un gène nouveau, l'outil modifie un gène existant.
Facile d'emploi et peu coûteux, il permet aux scientifiques d'aller couper l'ADN exactement là où ils le veulent. Pour par exemple créer ou corriger une mutation génétique et soigner des maladies rares.
« La possibilité de couper l'ADN où l'on veut a révolutionné les sciences moléculaires. Seule l'imagination peut fixer la limite de l'utilisation de l'outil », a salué le jury Nobel.
Si Emmanuelle Charpentier porte à 65 le nombre des Français récompensés par un prix Nobel, elle travaille à l'Institut Max Planck de Berlin, après être notamment passée par la Suède.
Premier doublé de chercheuses, ce prix est aussi seulement la quatrième fois qu'un Nobel scientifique est 100% féminin, après la Franco-polonaise Marie Curie et la Britannique Dorothy Crowfoot Hodgkin, qui ont obtenu le prix de chimie seules respectivement en 1911 et en 1964 – et l'Américaine Barbara McClintock en médecine en 1983.
Apprentis-sorciers
Si les Nobel récompensent souvent des découvertes vieilles de plusieurs décennies, les « ciseaux moléculaires » sont considérés comme une des grandes avancées scientifiques des dix dernières années.
Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna doublent ainsi une ribambelle de septuagénaires et d'octogénaires, dans un prix qui ne peut par principe être posthume.
Le fait que ce prix soit décerné si peu de temps après la découverte « témoigne de l'impact énorme de cette technologie surpuissante sur les sciences biologiques et biomédicales », a salué dans un communiqué Paul Workman, directeur de l'Institute of Cancer Research à Londres.
La technique est toutefois encore loin d'être infaillible et fait craindre les apprentis-sorciers, comme ce scientifique chinois qui a fait scandale en créant des mutations imprévues sur des embryons humains au cours d'une fécondation in vitro qui a donné naissance à des jumelles.
La technologie CRISPR-Cas9 est également au centre d'une féroce bataille de brevets aux Etats-Unis, opposant les deux lauréates au jeune chercheur américain d'origine chinoise Feng Zhang.
L'an passé, le prix de chimie 2019 avait été attribué à un trio : l'Américain John Goodenough – sacré à 97 ans, un record -, le Britannique Stanley Whittingham et le Japonais Akira Yoshino, pour l'invention des batteries au lithium-ion, aujourd'hui présentes dans de nombreuses technologies du quotidien.
La médecine a ouvert le bal des Nobel 2020 lundi avec le sacre des Américains Harvey Alter et Charles Rice, aux côtés du Britannique Michael Houghton, pour leur rôle dans la découverte du virus responsable de l'hépatite C.
Le prix de physique a sacré mardi le Britannique Roger Penrose, l'Allemand Reinhard Genzel et l'Américaine Andrea Ghez, trois pionniers de la recherche spatiale sur les « trous noirs ».
Le prix de littérature, l'événement le plus attendu du grand public avec la paix le vendredi à Oslo, sera quant à lui annoncé jeudi. Le prix d'économie, de création plus récente, terminera la saison lundi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.