65è anniversaire de la création des FAR : SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Des eurodéputés lancent une procédure contre les pratiques illégales d'usurpation menées par le polisario et l'Algérie    Cérémonie à la première base aérienne de Salé à l'occasion du 65-ème anniversaire de la création des FAR    Santé connectée: A consommer avec modération !    Rappel : dimanche 16 Mai, retour à l'heure d'été (GMT+1)    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    Les Casablancais retrouvent l'historique Parc de la Ligue Arabe (Reportage)    Podcast: Punk, en toute transparence    Melilla : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine    Réseaux sociaux: 84% des marocains utilisent WhatsApp en 2021    Romelu Lukaku et Achraf Hakimi mis à l'amende par les carabiniers    Juve – Inter : Le Lion de l'Atlas, Achraf Hakimi veut tout dévorer    Football : Le Borussia Dortmund vainqueur de la Coupe d'Allemagne    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Les pays en développement face aux défis de la reprise post-Covid    Technopark et le Cluster Solaire promeuvent l'entrepreneuriat    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Afghanistan : les Etats-Unis se retirent d'une des plus importantes bases    L'ancien détenu A. A. a bien livré des armes à une organisation djihadiste (Fondateur du mouvement des Moujahdines)    L'administration pénitentiaire pointe la gestion intégrée des soins de santé en milieu carcéral en 2020 (rapport)    Ch'hiwa Maâ Choumicha: Testez les petits sablés aux amandes et à la pâte à tartiner !    Campagne de don sang : L'Académie royale militaire de Meknès se mobilise    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Météo/Maroc: temps peu nuageux au Royaume ce vendredi    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Algérie, l'Etat de santé du président Tebboune plombe le moral du régime
Publié dans Barlamane le 15 - 11 - 2020

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune, hospitalisé depuis quelques semaines en Allemagne, a été contaminé par le coronavirus. Son état de santé suscite les inquiétudes de l'opinion publique et mine le moral du régime fragile qu'il guide depuis quelques mois.
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune est hospitalisé depuis 15 jours dans un hôpital allemand pour être soigné du coronavirus, et son état de santé reste incertain, malgré la tentative du palais El-Mouradia de publier des déclarations en continu afin d'informer les Algériens de l'état de santé de leur président et éviter le black-out utilisé à l'époque de son prédécesseur, Abdelaziz Bouteflika.
Les médias traitant de la maladie du président Tebboune soulèvent un large débat parmi les Algériens qui se demandent s'il a été infecté ou non par le virus, et abordent la question sur la nature de la maladie dont souffre le président, qui a rappelé le scénario de l'état de l'ancien président Bouteflika.
Un scénario récurrent
Les Algériens redoutent le scénario qu'ils ont vécu sous l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, qui a quitté le pouvoir à la suite d'un mouvement populaire après son incapacité physique à exercer ses fonctions, en mettant en œuvre l'article 102 de la Constitution algérienne.
Ce qui a accru les soupçons des Algériens sur la maladie du président est son absence à un événement important et à une circonstance sensible que traverse le pays, à savoir le référendum sur la modification de la constitution que Tebboune a promis lors de sa campagne électorale, et l'a toujours considéré comme une pierre angulaire dans la construction d'une «Nouvelle Algérie».
Aussi, Abdelmadjid Tebboune n'a pas pu inaugurer le plus grand édifice islamique d'Afrique et la troisième plus grande mosquée du monde après les deux saintes mosquées, la mosquée d'Alger, le 1er novembre 2020, après avoir exprimé plus d'une fois son insistance à livrer la mosquée au public en personne.
Tous les Algériens se souviennent encore amèrement de la manière dont le régime a géré la maladie de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, lorsqu'il a publié des déclarations pour rassurer la stabilité de sa santé, malgré son incapacité totale à s'acquitter de ses fonctions constitutionnelles depuis 2013.
L'impuissance de Bouteflika avait amené les "forces inconstitutionnelles" à contrôler les rouages du pouvoir et a créé une crise de confiance entre le peuple et le régime, ce qui a abouti à un mouvement populaire inédit le 22 février 2019, qui a débarrassé le pays du règne du "président impotent", après que l'armée a contourné les demandes civiles de destituer Bouteflika du pouvoir. Il s'est contenté d'emprisonné les symboles de son règne, tels que son frère Saïd, et les deux généraux, Medin et Tartq, entre autres.
Brèves déclarations
Depuis que le président Tebboune est entré en quarantaine, la présidence de la République a publié sept déclarations sur sa santé depuis le 24 octobre 2020, et la plupart de ces annonces étaient brèves et vagues, et dépourvues de mention de la nature de la maladie qui a touché le président de la République. L'hospitalisation de Tebboune n'a été indiqué qu'après son transfert en Allemagne pour traitement et après 10 jours entiers.
La suspicion des Algériens est intervenue après que la présidence a annoncé initialement que Tebboune était entré en quarantaine volontaire pendant cinq jours, sur la base des conseils de médecins, après qu'un certain nombre de personnalités de haut rang dans le palais présidentiel eurent été infectés par le coronavirus. Une deuxième déclaration du président en personne n'a pas réussi à rassurer totalement : «Je vous assure – mes sœurs et frères. – Je vais bien et bien, et que je continue mon travail.» Une troisième déclaration a été publiée quelques heures seulement après la seconde, annonçant son transfert à l'hôpital militaire d'Alger; pour continuer le traitement et procéder à des examens médicaux, et un jour plus tard, la présidence a annoncé son transfert en Allemagne pour des examens médicaux approfondis.
La présidence de la République a tenté de rassurer l'opinion publique sur l'état de santé de Tebboune, indiquant qu'il avait commencé à recevoir un traitement approprié, et que son état de santé était stable et pas préoccupant, un jour après son voyage en Allemagne pour des examens médicaux, mais cela a accru l'ambiguïté et les doutes.
De nombreux Algériens se demandent: pourquoi toutes ces cachotteries sur l'état de santé du président? Et pourquoi le dossier médical est dévoilé à gouttes homéopathiques? Comme il avait été initialement annoncé que le président de la république ne serait soumis qu'à cinq jours de mise en quarantaine volontaires, il avait ensuite été infecté par le coronavirus jusqu'à son transfert en Allemagne, et l'infection par le virus nécessite-t-elle son transfert dans un hôpital européen dans l'un des plus grands établissements? À une époque où le président lui-même faisait l'éloge du fait que l'Algérie dispose du meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique.
La vérité sur la maladie du président
Plusieurs s'interrogent sur le type d'examens approfondis que les hôpitaux algériens ne sont pas en mesure de mener, et sur les raisons qui ont nécessité cette démarche, jusqu'à ce que les services présidentiels aient annoncé que le président était touché par la Covid19.
Ce qui a ajouté au flou entourant sa maladie, c'est l'utilisation de déclarations présidentielles avec des phrases telles que «son état de santé est en amélioration positive», et qu'il y a «que sa maladie est sous contrôle», parce que des phrases comme celle-ci ne sont pas du tout rassurantes et le citoyen a le droit de s'interroger sur la raison de se rendre à l'étranger pour des tests que les hôpitaux algériens fournissent habituellement pour la Covid-19.
Des sources privées ont affirmé que le président Tebboune a été exposé à une grave pneumonie à la suite de son infection par le coronavirus, qui a entraîné une détérioration totale de sa santé et son entrée en soins intensifs à l'hôpital militaire d'Ain Al-Naja, à la périphérie de la capitale, ce qui a nécessité son transfert vers les plus grands hôpitaux d'Allemagne, soumis à un traitement rigoureux et un suivi médical attentif.
Les mêmes sources ajoutent que le coronavirus a causé des complications et majeures pour le président, en raison de son âge et d'une maladie chronique qui lui a causé des difficultés respiratoires et affaibli le niveau du système immunitaire, d'autant plus que Tebboune fume abondamment, ce qui le rendait très exposé aux conséquences de sa contamination.
La même source a souligné que l'Algérie possède un potentiel considérable dans le secteur de la santé en général, mais au niveau de la reprise, il n'est pas aussi développé que les pays développés existent, ce qui a obligé le personnel médical algérien qui suivait son état de santé à le transférer en Allemagne, afin de sauver Sa vie.
La femme du président vêtue du noir
La première dame d'Algérie, l'épouse du président Abdelmadjid Tebboune, est apparue pour la première fois lors du vote au référendum sur les amendements constitutionnels, remplaçant son mari.
La première apparition de la première dame d'Algérie a déclenché une grande controverse et une grande interaction sur les réseaux sociaux, qui a été commentée par des militants: «La femme de Tebboune est la première que le peuple algérien ait vue et connue, est-ce le nouveau départ de l'Algérie?»
Quelques jours après son transfert en Allemagne, la femme du président est apparue en noir. Ce qui a suscité une question sur le choix vestimentaire de la première dame du pays lors de sa première apparition officielle, et si l'affaire a quelque chose à voir avec l'état de santé de son mari.
Scénarios possibles
Les observateurs de la situation sanitaire «ambiguë» du président algérien, de son absence persistante du pouvoir et de son état de santé incertain voient que le Conseil constitutionnel est contraint d'intervenir en cas de grave détérioration de l'état de santé du chef de l'Etat.
La constitution algérienne prévoit en effet la nécessité de prendre l'avis du Conseil constitutionnel sur le comportement à adopter en cas d'incapacité du président de la République à exercer ses fonctions pour des raisons de santé, et il serait nécessaire que cette institution prenne une décision sur la base d'un certificat médical délivré par un professeur assermenté de médecine, affirment des sources.
Le certificat médical qui sera présenté au Conseil constitutionnel régit deux scénarios possibles: Le premier est lié à un témoignage prouvant que le coronavirus ne met pas en danger la vie de Tebboune, et dans ce cas il peut reprendre ses fonctions après une période de soins de santé n'excédant pas 45 jours, au cours de laquelle la vie politique peut poursuivre son cours normal même si le président n'est pas apparu tout au long de sa convalescence.
Quant au deuxième scénario, il concerne l'arrivée les conséquences du coronavirus sur les fonctions vitales du président. Dans ce cas, s'il n'est plus en mesure, de l'avis des médecins du jury, d'exercer ses fonctions de chef de l'Etat, le Conseil constitutionnel déterminera la nature des mesures constitutionnelles qui seront appliquées.
Dans cet état des choses, le Conseil constitutionnel invoquera l'article 102 de la Constitution, qui autorise la gestion de l'État pendant une période ne dépassant pas 90 jours par un président par intérim, qui est chargé d'organiser les élections présidentielles préalables, et c'est le même scénario que l'Algérie a connu avec l'ancien président de l'Assemblée nationale Abdelkader Bensalah, qui conduit le pays après que Bouteflika eut été évincé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.