Hajj 2021: nouvelle annonce du ministère des Habous    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie: Macron déclenche une large colère en affichant son soutien au président contesté Tebboune
Publié dans Barlamane le 26 - 11 - 2020

Soutien à un président «courageux», «transition» et «stabilité» : en quelques mots Emmanuel Macron a enflammé une relation qu'il s'efforçait d'apaiser avec l'Algérie, braquant l'opposition politique et les médias algériens contre lui.
Le président français a déclaré à l'hebdomadaire Jeune Afrique qu'il fera tout son possible «pour aider le président Tebboune», le jugeant «courageux», alors que son homologue reste contesté dans la rue et dans les urnes.
«Ingérence», «néocolonialisme», Emmanuel Macron se croit «autorisé à distribuer des certificats de légitimité», ont aussitôt déploré partis d'opposition et militants du mouvement de contestation populaire du «Hirak».
Dans une lettre au vitriol publiée sur son compte Facebook, l'opposant Karim Tabbou, figure centrale du Hirak, l'a interpellé directement.
«Au nom de quelle valeur, quelle morale et quel principe démocratique, pouvez-vous justifier votre caution à un pouvoir arrogant qui emprisonne des journalistes, bafoue les libertés publiques et soumet la justice à son diktat», a-t-il martelé.
Né d'un immense ras-le-bol des Algériens, le Hirak a poussé à la démission du président Abdelaziz Bouteflika en 2019, après 20 ans de règne autocratique, et réclame un profond changement du «système» en place depuis l'indépendance en 1962. En vain jusqu'à présent.
Les autorités algériennes ciblent quotidiennement depuis des mois militants, opposants politiques, journalistes et internautes, multipliant interpellations, poursuites judiciaires et condamnations, afin d'empêcher une reprise du mouvement, suspendu par la crise de la Covid-19.
«Bien choisir ses mots»
Tétanisée pour des raisons historiques par la relation avec Alger, la diplomatie française calibre au millimètre chaque déclaration afin de ménager toutes les susceptibilités à l'égard de l'ancienne puissance coloniale, au risque de paraître souvent bien frileuse sur les droits de l'Homme.
Dans la relation avec Alger, «il faut bien choisir ses mot », «le président Macron les a malheureusement mal choisis, ils sont maladroits et contreproductifs», estime Hasni Abidi, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève.
«On a l'impression qu'il ne reconnaît pas ce qu'il se passe, qu'il soutient un pouvoir discrédité par la population et minimise la portée du mouvement populaire», ajoute-t-il.
En coulisse, un proche du chef de l'Etat dément toute prise de position contre le Hirak – «il reste extrêmement sensible à ce qu'il se passe en Algérie», dit-il – et relève avant tout une «manifestation d'amitié envers le peuple algérien et son président» en pleine crise sanitaire.
Certains veulent aussi voir une main tendue de la France au président Tebboune face à une partie de la hiérarchie militaire.
Mal élu en décembre 2019, Abdelmadjid Tebboune souffre d'un déficit de confiance confirmé par une abstention historique lors du référendum constitutionnel du 1er novembre, son projet-phare, et est éloigné du pouvoir depuis un mois, hospitalisé en Allemagne pour cause de Covid.
«Tout le monde n'a pas forcément intérêt à ce qu'il réussisse», il n'est pas à l'abri d'une «destitution par les militaires», relèvent certains commentateurs à Paris comme Alger.
«Je t'aime moi non plus»
L'absence du président a éveillé le spectre, pour beaucoup d'Algériens, de la vacance du pouvoir lors des hospitalisations à l'étranger d'Abdelaziz Bouteflika après son grave accident vasculaire cérébral en 2013.
«Tout cela rappelle l'humiliation du règne de Bouteflika, le quatrième mandat, le soutien de la France aussi à ce règne», observe Brahim Oumansour, chercheur à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (Iris) à Paris.
«Soutenir Tebboune en ce moment, alors qu'il y a des incertitudes sur l'avenir de sa présidence, c'est une prise de risque», analyse-t-il.
Au final selon lui, en ménageant Alger, la France reste avant tout soucieuse de préserver ses intérêts, à commencer par la coopération sécuritaire au Sahel.
Mais pour Paris, tout n'est que prise de risque dans une relation qui n'est toujours pas dépassionnée, 60 ans après l'indépendance.
De ce point de vue là, «intervenir sur les droits de l'Homme, c'est cocher toutes les cases de la catastrophe politique et diplomatique. Ils sont hypersensibles à cela», pointe un observateur français.
Le président Macron a bien esquissé dans son interview une critique de la répression du Hirak – «il y a aussi des choses qui ne sont pas dans nos standards et que nous aimerions voir évoluer», a-t-il dit – mais ses propos, très sibyllins, sont passés inaperçus.
Le régime a construit sa légitimité autour du sentiment antifrançais, qu'il continue d'agiter. Et le contentieux autour de la mémoire de la guerre d'Algérie reste vif, malgré les appels à la réconciliation du président Macron.
«Même si on se taisait on interprèterait le silence ! Avec l'Algérie, c'est toujours je t'aime moi non plus. Trouver la pertinence ce n'est jamais simple», résume un responsable gouvernemental français.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.