La Zambie réitère son soutien « indéfectible » à l'intégrité territoriale du Maroc    Affaire du dénommé Brahim Ghali : Une ONG espagnole dénonce « le silence et l'ambiguïté » de l'exécutif ibérique    Sahara marocain : un maire italien invite l'UE à emboîter le pas aux Etats-Unis    Malgré la maladresse des autorités espagnoles, les relations entre le Maroc et l'Espagne ne se détérioreront pas, selon le directeur de Atalayar    Maroc/La Chambre des représentants tiendra lundi une séance mensuelle des questions de politique générale    Anniversaire : SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan fête ses 18 ans    Après ceux brulés vifs en octobre dernier : L'armée algérienne liquide deux jeunes orpailleurs de Tindouf de sang-froid    Légalisation des signatures : Les précisions de la direction des collectivités territoriales    Attijariwafa bank augmente son RNPG de 21,6% au T1-2021    IER : Nouvelle alliance entre le CNDH et la CDG    Nigeria : fin de calvaire pour des étudiants enlevés    Meknès : interpellation de deux individus pour vol à l'intérieur d'agences de transfert de fonds et de change    Nador : Une opération d'immigration clandestine avortée et un individu interpellé    Aéroport Mohammed V: les vols internationaux transférés du Terminal 2 au Terminal 1 (ONDA)    En Algérie, le complotisme du régime politico-militaire comme réponse à la grave crise sociale    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Votre e-magazine « ATTAHADI » du vendredi 7 mai 2021    Evolution du coronavirus au Maroc : 360 nouveaux cas, 513.016 au total, jeudi 6 mai 2021 à 16 heures    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Climat : l'ONU appelle à abandonner les combustibles fossiles comme source d'énergie    Bourse Chevening : London Academy de Casablanca apporte son soutien    Schalke : Amine Harit autorisé à se trouver un nouveau club    Maroc/Finance: Le Trésor place 7,6 MMDH d'excédents de trésorerie    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'affaire du dénommé Brahim Ghali sous les projecteurs de la presse nationale et internationale (Vidéo)    Le Maroc et l'ONU célèbrent l'Arganier à Agadir    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Chelsea mate le Real et s'offre une finale anglo-anglaise    La DGAPR dément les allégations fallacieuses véhiculées par Chafiq Omerani    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Japon : l'état d'urgence prolongé, les JO compromis ?    Madrid : une conservatrice à la tête du Parlement régional    Le Maroc représenté dans le nouvel institut de Jared Kushner    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    La France a profité du cannabis marocain    Interview avec Mouna Hachim, écrivain: « Casablanca est victime d'un réel problème de gouvernance »    Exposition : «Primary Colors» se poursuit dans l'espace Artorium à Casablanca    Prime 3-Replay: Découvrez le courage inouï de Souileh dans la Catapulte infernale    Botola Pro: les résultats et le classement de la 14ème journée    "Il faut avoir une démarche plus inclusive des TPME", affirme Chakib Alj    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Coupe du Trône : Les FAR éliminent le RAJA et rejoignent le carré final    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La résolution de la crise du barrage de la Renaissance permettra de renforcer l'intégration économique régionale
Publié dans Barlamane le 16 - 04 - 2021

Les perspectives de résolution de la crise du barrage de la Renaissance permettront à cette structure de devenir un instrument de co-développement, de co-prospérité et de renforcement de l'intégration économique dans la région, a affirmé Mohamed Loulichki, Senior Fellow au Policy Center for the New South (PCNS).
Intervenant dans un podcast au sujet des tensions autour de la construction du grand barrage éthiopien "la Renaissance", l'ancien ambassadeur du Royaume auprès des Nations Unies a relevé que la crise est toujours synonyme d'opportunités, notant que les trois protagonistes (l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan) doivent percevoir cette crise comme une opportunité et chercher un compromis pour promouvoir l'intégration régionale et la coopération transfrontalière.
Il a également évoqué certains arguments utilisés par les trois pays : un argument légal utilisé par l'Ethiopie, en tant qu'Etat souverain du fleuve du Nil (l'eau du Nil provient des territoires éthiopiens), ajoutant que cet Etat considère qu'il peut entreprendre toute action concernant le barrage à condition qu'elle ne cause pas de dégâts aux autres pays.
Un argument à caractère socio-économique est utilisé par l'Egypte, qui revendique des droits historiques sur le Nil, outre son rôle vital pour l'économie égyptienne, vu que l'agriculture et la production d'électricité sont intimement liées à ce fleuve, a-t-il poursuivi, notant que les Ethiopiens estiment que la construction du barrage leur permettra de produire plus d'électricité pour leur besoin et aussi pour l'export.
L'ancien diplomate a relevé un autre argument d'ordre politique: les trois pays font face à des enjeux internes.
M. Loulikchi a, par ailleurs, rappelé que trois accords ont régi l'exploitation du Nil: le premier datant de 1902 entre l'empereur d'Ethiopie, l'Angleterre et l'Italie qui stipulait que toute construction près du barrage doit être approuvée par tous les signataires.
Un autre accord a été conclu en 1929 entre l'Egypte et l'Angleterre qui accordait aux Egyptiens 48 billions de mètres cubes du Nil et seulement 4 billions au Soudan.
En 1959, après l'indépendance du Soudan, un autre accord négocié par ce pays, a été couronné par la répartition des quotas des eaux du Nil, accordant ainsi à l'Egypte 69 millions de mètres cubes et 18,5 billions au Soudan.
Il a en outre souligné que cette crise constitue une "menace" à la sécurité régionale, notant que tout accord doit être équilibré, juste et contraignant pour préserver les droits de tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.