Résolution du PE: un eurodéputé prend la défense du Maroc    Benmoussa devant les diplomates: mais où sont passés les ambassadeurs d'Espagne et d'Allemagne?    Charte des services publics: le projet de loi adopté à l'unanimité par la 2ème Chambre    Marhaba 2021: les premiers MRE débarquent à Ouarzazate !    La Bourse de Casablanca finit en repli    Les coulisses de la visite d'Ismaël Haniyeh au Maroc    Israël lance une page Facebook dédiée au Maroc (PHOTO)    Euro 2020: les chances de qualification de la Turquie compromises (VIDEO)    Sergio Ramos quitte le Real Madrid    Yassine Bounou dans le viseur de trois clubs anglais    Maroc/Covid-19: le nombre de personnes complètement vaccinées à ce jour    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Nordin Amrabat : "Il y a un certain intérêt de clubs de laLiga"    Botola Pro D1 :Le programme de la 22e journée    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Profonds désaccords et faibles attentes    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Services juridiques à distance: lancement d'une nouvelle plateforme au profit des MRE    Averses orageuses localement fortes durant 48 heures dans plusieurs provinces marocaines    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Maroc et la Serbie dans une approche tridimensionnelle pour l'Afrique, dit El Malki    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Consultations entre le Caire et Khartoum sur les conséquences de la déviation des eaux
Après la décision éthiopienne de détourner le Nil Bleu
Publié dans L'opinion le 01 - 06 - 2013

Le Caire et Khartoum ont engagé mercredi des consultations après la décision de l'Ethiopie d'entamer une déviation sur le Nil Bleu en vue de la construction d'un important barrage hydro-électrique susceptible d'avoir des conséquences majeures pour l'Egypte et le Soudan, situés en aval.
Le ministre soudanais des ressources hydrauliques et de l'irrigation, Oussama Abdallah al-Hassan est arrivé dans la journée au Caire pour une visite destinée à discuter de ce dossier avec les autorités égyptiennes, a indiqué l'agence gouvernementale égyptienne Mena.
Parallèlement, l'ambassadeur d'Ethiopie au Caire, Mohamed Idriss, a eu des entretiens avec de hauts responsables du ministère des Affaires étrangères égyptien, a ajouté l'agence.
Les autorités égyptiennes ont souligné qu'elles attendaient le rapport «dans quelques jours» d'une commission tripartie Egypte-Soudan-Ethiopie sur l'impact de ce projet pour prendre une position.
Plusieurs officiels ont en attendant estimé que la décision éthiopienne était essentiellement technique, et ne modifiait pas le débit des eaux du Nil, fleuve vital pour l'Egypte comme pour le Soudan.
Le conseiller du président Mohamed Morsi pour les affaires internationales, Essam Haddad, a assuré que la décision d'Addis Abeba «n'avait pas d'impact direct sur la part de l'Egypte sur les eaux du Nil».
La nervosité des autorités égyptiennes s'est toutefois traduite mercredi par une réunion du gouvernement du Premier ministre Hicham Qandil sur ce sujet.
Le gouvernement a rappelé que le Caire était opposé «à tout projet qui pourrait affecter le débit du fleuve en aval» et que «divers scénarios» étaient envisagés en fonction du rapport que rendra la commission tripartite.
Le Nil Bleu rejoint le Nil Blanc à Khartoum pour former le Nil, qui traverse le Soudan puis l'Egypte avant de se jeter dans la Méditerranée.
L'Ethiopie a entamé une déviation du Nil Bleu sur 500 mètres, en vue de la construction d'un important barrage hydro-électrique dénommé «Grande renaissance», un projet de 4,2 milliards de dollars (3,2 mds EUR), ont indiqué des officiels éthiopiens.
Dans un communiqué, le ministère soudanais des Affaires étrangères a cependant affirmé mercredi que le projet «ne nuit pas au Soudan».
Les travaux pour la première phase du barrage - d'une capacité de 700 megawatts - devraient durer trois ans. Le barrage devrait au final avoir une capacité de 6.000 megawatts. Une fois achevé, l'ouvrage devrait s'étendre sur 1780 m, pour une hauteur de 145 m.
L'Egypte considère que ses «droits historiques» sur le Nil sont garantis par deux traités datant de 1929 et 1959 lui accordant ainsi qu'au Soudan des droits sur 87% au total du débit du fleuve, et un droit de véto sur tout projet en amont que le Caire jugerait contraire à ses intérêts.
Ces accords sont toutefois contesté par la majorité des autres pays du bassin du Nil, dont l'Ethiopie, qui ont conclu un traité distinct en 2010 leur permettant de développer des projets sur le fleuve sans avoir à solliciter l'accord du Caire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.