Après la visite de Belani, Singapour salue le plan marocain d'autonomie au Sahara    Aid Al-Adha: La demande estimée à environ 5,6 millions de têtes d'ovins et caprins    Mort de Shireen Abu Akleh: Washington accuse Israël à demi-mots    Météo Maroc: temps assez chaud ce mardi 5 juillet    MRE: Ammor interpellée sur la cherté des billets de voyage    Sahara : L'Algérie accuse le Maroc de «saboter les efforts» de De Mistura    Jeux Méditerranéens (Taekwondo) : Fatima-Ezzahra Aboufaris et Omar Lakehal remportent la médaille d'argent    Moody's change la perspective du Maroc de « négative » à « stable »    Femmes au Maroc : Le verdict du Comité CEDAW est tombé    JM Oran 2022 : Maroc 4-2 Turquie ! Les Lionceaux sur le podium (vidéo)    L'opposition moque de« chaises musicales »    Le Conseil de sécurité publie la réponse de Hilale à son homologue algérien    La contribution sociale de solidarité sera maintenue en 2023    Lekjaa affirme le retour de Ziyech    Pedro Sanchez : « L'Espagne et l'Europe doivent être solidaires avec le Maroc »    Formule E : Edoardo Morata remporte l'E-Prix de Marrakech 2022    Une convention pour la réalisation des travaux d'aménagement de la voie de «Taddart»    « Le plan d'autonomie offre des pouvoirs législatifs exclusifs à la Région »    Sahara : Singapour appuie le plan marocain d'autonomie    Espagne : des «drones sous-marins» pour acheminer de la drogue interceptés    La MAP lance sa nouvelle webradio thématique « Samaoui », dédiée à l'art Gnaoui    Le drame de Mellilia : Pedro Sanchez n'a rien à reprocher au Maroc    « Morocco Now »: des Japonais saluent les avancées du Maroc    Intempéries : Les Australiens piégés par les pluies torrentielles    Evolution du coronavirus au Maroc. 941 nouveaux cas, 1 226 246 au total, lundi 4 juillet 2022 à 15 heures    [Alerte météo] Vague de chaleur (38 à 45°C) du mercredi au samedi    Les étudiants en médecine haussent le ton    Le dirham se déprécie face à l'euro et au dollar du 23 au 29 juin (BAM)    Malhounyat. Le Festival international de l'art du Malhoune de retour à Azemmour    Rabat Salé : Mémoire et ICESCO signent un nouveau partenariat    Pedro Sanchez : l'Espagne et l'Europe doivent être solidaires avec le Maroc    Tétouan: des mesures sécuritaires spéciales pour le mariage de Nouâmane Belaiachi    Vidéo - La politique marocaine de l'Algérie expliquée par la boxe    Lancement de la célébration de Yaoundé capitale de la culture du monde islamique    La High Line Art de New York expose une sculpture de la Marocaine Meriem Bennani    Le film néerlando-marocain «Marokkaanse Bruiloft» rafle deux prix à Rabat    Les 24 hélicoptères AH-64 Apache seront livrés au Maroc en 2023    Chambre des conseillers: séance plénière mardi consacrée à la politique générale    La Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'Environnement à Lisbonne pour la 2e conférence de l'Océan    Le roi félicite le président américain à l'occasion de l'Independence Day    Les Lionnes de l'Atlas réalisent l'essentiel face au Burkina faso    Jazzablanca: Sur la Scène Casa Anfa, Erik Truffaz et Maâlem Hamid El Kasri ont ravi le public    Le Maroc abrite la Supercoupe de la CAF entre le WAC et la RS Berkane    Ligue féminine des champions : Le Maroc officiellement organisateur de l'édition 2022, l'AS FAR qualifiée d'office    Nabila Rmili appelle à accélérer la cadence de traitement des autorisations d'urbanisme    Education : Il était une fois le Baccalauréat !    Joe Biden a reçu un message du roi Mohammed VI    Egypte : le vice-président de la BEI se félicite de l'achèvement réussi de la ligne 3 du métro du Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahara marocain : Nancy Huff dénonce les manœuvres du «Polisario» et ses mentors
Publié dans Barlamane le 01 - 05 - 2021

Depuis que les Etats-Unis ont reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara, les séparatistes du «Polisario» ont multiplié les actes hostiles, allant jusqu'à la rupture du cessez-le-feu de 1991 en novembre, indique Nancy Huff, présidente de l'ONG américaine «Teach the Children International», dans une tribune.
«J'ai commencé à travailler dans la région en décembre 1999 et j'ai passé sept ans à entrer et à sortir des camps de Tindouf, en Algérie. Au fil des années, j'ai appris à connaître la déception, l'oppression, la torture, les abus et l'exploitation que vivent les Sahraouis, en particulier les femmes et les enfants», relève Nancy Huff.
L'humanitaire bénévole fait observer que le «Polisario» s'est engagé pendant des décennies dans une répression systématique des Sahraouis. Elle souligne que les séparatistes, «à travers leurs patrons en Algérie, ont trahi les Sahraouis par la violence, la violation de leurs droits civils et humains, leur collaboration avec des réseaux criminels et terroristes et le détournement de l'aide humanitaire pour financer les achats d'armes et leur propre enrichissement».
Par ailleurs, la militante associative américaine a relevé que le «Polisario» recrute et supervise la formation des enfants-soldats à Tindouf, indiquant qu'en février 2020, «le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a reçu une déclaration écrite détaillant cette affaire» et que le 10 mars dernier, ledit Conseil «a permis à plusieurs organisations de défense des droits humains de s'exprimer sur les violations commises contre les enfants dans les camps de Tindouf ainsi que sur le recrutement forcé des enfants par les milices du Front Polisario».
A ce titre, Nancy Huff a rappelé que l'expert en relations internationales, Matteo Dominici, s'exprimant au nom d'une ONG suisse, a déclaré que «les enfants des camps de Tindouf sont utilisés comme chair à canon».
Elle affirme aussi que le «Polisario» réprime les droits individuels des séquestrés de Tindouf. «Aucun recensement n'a été autorisé à Tindouf, de sorte que même le nombre précis de personnes ayant besoin d'aide ne peut être correctement comptabilisé», déplore-t-elle.
En outre, la présidente de l'ONG américaine «Teach the Children International» a noté que des preuves d'enlèvements, d'emprisonnement, de travail forcé, de torture et de viol ont toutes été révélées. «La gravité des crimes perpétrés ne peut pas être sous-estimée (…) Je n'oublierai jamais la peur dans les yeux d'une mère de 22 ans qui a réussi à échapper à l'enfer qu'elle a vécu. Elle avait tenté de s'enfuir à plusieurs reprises. Après que ses enfants lui aient été sauvagement enlevés, elle s'est enfuie au milieu de la nuit, obligée de laisser ses deux petits derrière elle», a-t-elle poursuivi.
Nancy Huff relève également que des Sahraouis qui ont réussi à s'échapper des camps pour rejoindre des familles adoptives en Espagne ont déclaré avoir été détenus de force après avoir rendu visite à leur famille à Tindouf, «ce qui a souvent entraîné de longues périodes d'emprisonnement et même des mariages forcés pour les obliger à retourner dans les camps».
Elle ajoute que même les journalistes ont été victimes des agissements du «Polisario». «En juillet 2019, par exemple, trois journalistes et militants ont été arrêtés dans la rue par des militants du «Polisario» et emprisonnés pendant cinq mois dans des centres de détention, où ils ont été harcelés, menacés et torturés», a-t-elle déclaré.
Depuis 1975, l'Union européenne accorde, à elle seule, aux séquestrés Sahraouis une aide humanitaire annuelle d'environ 10 millions d'euros. Entre 2004 et 2007, l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) a publié un rapport qui fait état d'un grave détournement de l'aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf, en Algérie.
Cette aide est, selon ce rapport, est utilisée pour acheter des armes, mais est principalement utilisée pour acheter de somptueuses propriétés par les dirigeants du «Polisario» dans les îles Canaries et en Espagne. Il a également été constaté que les denrées alimentaires ainsi que d'autres produits de première nécessité sont revendus à des fins lucratives aux Sahraouis.
Pour Nancy Huff, les séparatistes du «Polisario», soutenus par l'Algérie et l'Iran, fonctionnent comme «un vecteur de violence et de terreur». Ils tiennent en otage les Sahraouis et détournent les aides qui leur sont destinées. «Il n'est plus acceptable que nous condamnions simplement la situation et que nous ne fassions rien pour provoquer des changements sur le terrain. Le moment est crucial, les preuves sont accablantes et le peuple Sahraoui mérite une vraie justice. Il est temps qu'ils l'obtiennent», a-t-elle conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.