Entretien téléphonique entre Bourita et son homologue mauritanien    Maroc-Israël-USA : Un nouvel « Ordre régional » se dessine    Coupe du monde de futsal : Le Maroc et le Portugal se neutralisent (3-3)    LDC de la CAF : Le Raja face LPRC Oilers du Liberia, le WAC défiera les Ghanéens de Hearts of Oak    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    Mesures restrictives : Azeddine Ibrahimi plaide pour l'allègement    Bourse: Les comptes de Lydec retrouvent des couleurs au premier semestre 2021    Tarik Kadiri de l'Istiqlal prend la tête du conseil communal de Berrechid    Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Naoufal El Heziti élu président    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Angleterre : Liverpool passe devant, Manchester City cale    La Jeunesse sportive Salmi continue sur sa lancée!    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La France entame la fermeture des bases militaires au Mali au second semestre 2021
Publié dans Barlamane le 10 - 07 - 2021

A terme, la France maintiendra «entre 2 500 à 3 000» hommes dans la région, contre 5 100 aujourd'hui, a fait savoir Emmanuel Macron.
La France poursuit son projet réduction de sa présence militaire au Sahel. Le pays commencera à fermer des bases dans le nord du Mali au «second semestre de l'année 2021», a déclaré, vendredi 9 juillet, le président français Emmanuel Macron, lors d'un sommet des pays du G5 Sahel.
La fermeture des emprises françaises de Kidal, Tessalit et Tombouctou sera «achevée d'ici le début de l'année 2022», a précisé M. Macron lors d'une conférence de presse conjointe à Paris avec le nouveau président nigérien Mohamed Bazoum, dont le pays appartient au G5 Sahel (avec la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso et le Tchad).
A terme, la France maintiendra «entre 2 500 à 3 000» hommes dans la région, contre 5 100 aujourd'hui, a précisé le président de la République. «Cette transformation», qui passera par la fermeture de bases militaires dans le nord du Mali, «répond à la nécessité de s'adapter à la nouvelle posture des groupes terroristes et d'accompagner la prise de responsabilité des pays de la région», a-t-il déclaré.
Poursuivre la lutte contre Al-Qaida et l'EI
«Nos adversaires ont aujourd'hui délaissé une ambition territoriale au profit d'un projet de dissémination de la menace [non] plus seulement à l'échelle du Sahel, mais à l'échelle de l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest», a fait valoir le chef de l'Etat français, en exposant le chemin jusqu'à la fin de l'opération «Barkhane» de lutte antidjihadiste.
M. Macron a évoqué «la pression exercée par les groupes terroristes dans les zones se situant à la frontière entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire». «Cette offensive présage malheureusement d'une pression renforcée sur l'ensemble des pays du golfe de Guinée, qui est d'ores et déjà une réalité», a-t-il souligné.
Désormais, la présence militaire française au Sahel s'articulera autour de «deux missions», a-t-il détaillé : «La neutralisation et la désorganisation du haut commandement des deux organisations ennemies», Al-Qaida et le groupe Etat islamique (EI), ainsi que «l'appui à la montée en puissance des armées de la région».
Dans le cadre de cette réarticulation du dispositif français, l'emprise militaire de Niamey, qui accueille les avions de chasse et drones français, sera « musclée », selon les mots de M. Macron. Parallèlement, «nos partenaires bénéficieront aussi du maintien de certaines capacités essentielles au Mali – santé, aéro-mobilité, force de réaction rapide», et «le Tchad», où se trouve actuellement le QG de l'opération «Barkhane» appelée à disparaître, «restera enfin un élément-clé de notre dispositif, avec le maintien d'une présence aérienne et terrestre significative», a ajouté le président Macron.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.