Le PJD aura malgré tout un groupe parlementaire    Un ex-ministre algérien des Finances sous mandat de dépôt    Collectivités territoriales: 1,93 MMDH d'excédent à fin février 2021    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Meknès: célébration du 200è anniversaire du décès de Rabbi Raphaël Berdugo    Le peuple dans la rue, craint «un retour à la dictature Ben Ali»    Les opportunités d'investissement présentées aux hommes d'affaires chiliens    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Usyk détrône Joshua aux points et à l'unanimité    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Un septembre automnal à Paris    France: le Prix Caméléon 2021-2022 met le Maroc à l'honneur    Parution :partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)    Le PI remporte la présidence de 5 communes sur 6 dans la province d'Aousserd    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 septembre 2021 à 16H00    Coronavirus. Les patchs de vaccination arrivent !    L'Opinion : En attendant l'allégement...    MoulZeri3a.com l Une plateforme digitale pour « pérenniser » un métier traditionnel    Entretien entre l'ambassadeur du Maroc et le nouveau ministre libanais des AE Beyrouth    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    La malédiction Brahim Ghali hante le gouvernement Espagnol    Rabat-Salé-Kénitra : première session du conseil régional consacrée à la refonte du règlement intérieur    Foot africain : Le Ghana vire son sélectionneur national    Coupe du monde de futsal (Lituanie 2021): "Le Maroc a bousculé l'équipe la plus titrée de la compétition", selon la FIFA    Australie : La pratique de l'alternance au Maroc saluée lors d'un séminaire    Reim Partners va gérer le premier OPCI de la CMR    Participation du Maroc à la 2e édition de l'exposition économique et commerciale Chine-Afrique    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Botola Pro D1 "Inwi" (4ème journée): Aujourd'hui à 19h15, la Jeunesse de Soualem face à l'Olympique de Khouribga    Rapt au Nigeria : libération de dix étudiants    Séisme en Grèce: Un mort et 11 blessés    Tourisme: une stratégie de relance se prépare à Agadir    Attijariwafa bank, « Banque la plus sûre en Afrique » selon Global Finance    Construction/Industrie manufacturière : Les chefs d'entreprises se montrent optimistes    Sept personnes interpellées : Saisie de 2 tonnes de chira à Agadir    Sinopharm et Pfizer: le Maroc recevra des quantités importantes de vaccins    Covid-19 : Plus de 8,26 millions de cas confirmés en Afrique    L'ancien patron de Tesco veut investir 22 milliards de dollars à Guelmim pour résoudre la crise énergétique au Royaume-Uni    Canada. ASMEX promeut le Halal et le Bio «Made in Morocco»    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Emmanuel Macron aurait-il été espionné à son insu par le renseignement extérieur français ?
Publié dans Barlamane le 23 - 07 - 2021

Mardi, un consortium de plusieurs médias à l'origine d'une étude controversée sur un système de surveillance de masse lié au logiciel Pegasus, avait révélé qu'un numéro d'Emmanuel figurait dans la liste des numéros sélectionnés pour un potentiel piratage. Vendredi, des sources espagnoles précisent qu'Emmanuel Macron aurait été espionné par un autre logiciel d'une firme concurrente.
Le renseignement extérieur français, dont la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) a la charge, est confronté à de nouvelles révélations selon lesquelles il aurait espionné le président Emmanuel Macron. Un des appareils d'Emmanuel Macron, dont les paramètres de sécurité sont les plus restrictifs possibles et dépourvus d'installation d'applications et téléchargements, aurait été visé par une logiciel d'une firme concurrente d'NSO produit par des entités proches de la DGSE, et non par Pegasus.
La DGSE déploie librement ses moyens au service de la défense et de la promotion des intérêts de la France et participe à la lutte contre la criminalité internationale (trafics de drogue et réseaux d'immigration clandestine) en appui de l'action des services français à vocation nationale. Serait-il possible qu'elle a réussi à berner l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information pour cibler un des portables de M. Macron ? Pourquoi Laurent Richard, directeur de l'organisation Forbidden Stories, a pris la peine de confirmer le ciblage d'Emmanuel Macron lui-même ?
Le président français Emmanuel Macron n'a pas été espionné par le logiciel Pegasus ni par les services de renseignement marocains, comme l'ont rapporté jeudi plusieurs journaux espagnols et internationaux. Pour espionner M. Macron, un autre logiciel appelé DarkMatter a été utilisé, fabriqué par une société des Emirats arabes unis, Edge Group, et racheté par la DGSE française (Direction générale de la sécurité extérieure), qui possède DarkMatter mais pas Pegasus, propriété de la société israélienne. Groupe ONS.
La DGSE française entretient des liens étroits avec des entreprises d'Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis (EAU), qui hébergent une grande partie de leurs serveurs au Qatar voisin pour des raisons de sécurité et de terrorisme islamique. Les Français ont choisi à leur époque d'acheter DarkMatter, à la place de son rival Pegasus. Maintenant, selon les analystes israéliens, dans une tournure pour tenter de tromper leurs mouvements, les services secrets français auraient tenté de blâmer le Maroc pour l'espionnage sur Macron, mais le fait est que les Marocains n'ont pas Pegasus, ils n'ont qu'un landmak ou un géolocalisateur qui Définit la position des téléphones portables.
Les logiciels israéliens ne sont vendus que pour des millions de dollars à des Etats amis et avec une clause de confidentialité qui, comme Okdiario l'a appris, envisage la résiliation immédiate de cette licence en cas d'abus. Un cas d' »abus » serait d'espionner le président d'un pays allié à Israël, comme la France.
Par ailleurs, selon les mêmes sources, «parmi les téléphones espionnés se trouve celui du roi du Maroc lui-même, chose qu'aucun Marocain n'oserait faire». La firme DarkMatter appartient à Faisal Al-Bannai , le fils aîné du général qui commande les forces de police de Dubaï (EAU). Le logiciel inventé et géré par la société EDGE Group aux Emirats Arabes Unis est similaire à Pegasus : il peut écouter les appels et enregistrer avec les caméras du téléphone espion, en plus d'accéder aux emails, au contenu des applications de messagerie et même au positionnement de son opérateur. C'est-à-dire que c'est la concurrence de Pegasus et comme celle-ci, elle est indétectable par le propriétaire du smartphone infecté.
L'Etat français, comme l'Etat marocain, ne dispose pas de l'outil de cyber espionnage Pegasus. Les organisations Forbidden Stories et Amnesty International ont obtenu une liste de 50 000 numéros de téléphone, sélectionnés pour être potentiellement surveillés, et l'ont partagée avec un consortium de plusieurs médias. Ces révélations non étayées ont poussé le Maroc à lancer une action en justice à Paris. Une première audience procédurale est prévue le 8 octobre devant la chambre spécialisée en droit de la presse, mais le procès ne devrait pas avoir lieu avant environ deux ans.
La DGSE, l'équivalent français du MI6 britannique, et la CIA américaine utilisent depuis des années des logiciels espions émiratis, soi-disant dans le but de prévenir le terrorisme. Mais l'utilisation de cet outil n'était pas seulement utilisée à cette fin, mais aussi pour surveiller les téléphones de hauts responsables marocains il y a quelques années, au milieu de graves tensions lorsque les Français ont soutenu de manière transparente la souveraineté espagnole sur Sebta et Melilla. Les autres victimes de la DGSE, outre les ministres de Macron, auraient été des journalistes français qui couvrent des sujets politiques et nationaux. Le CNI (Centre national de renseignement) espagnol dispose du logiciel Pegasus pour son travail depuis 2015.
BDS et Citizen Lab Mais l'opération a eu une autre étape, la publicité et la diffusion. Depuis plusieurs années, deux organisations non gouvernementales, BSD et Citizen Lab, mènent des campagnes d'information sur les actions menées par Forbidden Stories, le groupe situé à Paris.
Il est également particulièrement curieux que de nombreux noms des personnes espionnées à l'aide du programme Pegasus soient déjà connus au Rwanda, en Azerbaïdjan, au Maroc, en Inde, au Royaume-Uni, en Hongrie, en Arabie saoudite, au Mexique et en France, tandis que la liste des personnes espionnées en L'Espagne est inconnue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.