Affaire Ghali: La justice espagnole "enterre" l'affaire après 1 an d'enquête    Météo Maroc: temps assez chaud à chaud ce vendredi 27 mai    L'acteur américain Ray Liotta, star des "Affranchis", décède à 67 ans    Hussein al-Cheikh, nouveau secrétaire général de l'OLP    [Vidéo] Jets d'oeufs et de tomates accueillent la visite de Tebboune en Italie, confronté à la diaspora du Hirak    Sénégal: Macky Sall limoge son ministre de la Santé après la mort de 11 bébés    Nayef Aguerd se rapproche de la Premier League    « Le Bleu du Caftan » de Maryam Touzani à Cannes    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Un impératif et non une option pour le CESE    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Inflation : la facture de compensation s'alourdit de 15 milliards de dirhams    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Variole du singe: plus de 200 cas confirmés dans le monde    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Maroc: Les arrivées de touristes grimpent à 1,5 million à fin avril 2022    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    Les changements climatiques augmentent les canicules    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En Algérie, la Covid accélère la déliquescence du système de soins et de santé publique
Publié dans Barlamane le 09 - 08 - 2021

Le gouvernement algérien, soupçonné d'avoir mal anticipé le rebond épidémique, ne parvient pas à contrôler la diffusion de troisième vague dopée par le variant Delta, à l'origine de 71 % des cas selon l'Institut Pasteur d'Algérie. À Tlemcen, la communauté a donc décidé d'agir. Une première collecte a été lancée afin de financer 100 concentrateurs d'oxygène, tandis que le gouvernement est absent.
En Algérie, les médecins manquent de l'élément le plus essentiel pour sauver les malades les plus graves de la Covid-19 : l'oxygène lui-même, alertent les experts. La crise sanitaire qui s'est exacerbée a mis sous tension même le système hospitalier local qui peine notamment à s'approvisionner en respirateurs artificiels. Des familles de malades désemparées et à court d'options sont contraintes de payer des sommes exorbitantes sur le marché noir pour obtenir des médicaments et de l'oxygène, et les réseaux sociaux sont inondés d'appels à l'aide désespérés.
Le personnel soignant algérien est totalement surmené et mène un combat souvent perdu d'avance pour sauver des vies, les médecins étant poussés à ventiler manuellement des malades, tandis que d'autres meurent asphyxiés.
Plusieurs hôpitaux et cliniques de la capitale Alger et environs ont lancé un appel désespéré au gouvernement et aux pouvoirs locaux pour qu'ils fournissent d'urgence des réserves d'oxygène afin de sauver des centaines de patients placés sous ventilateur. «Le problème du déficit en oxygène a montré un autre aspect de la déliquescence du système de santé algérien. Il n'a pas été anticipatif. Il n'a pas su prendre des dispositions à l'avance» a déclaré, lundi 9 août, Mostéfa Khiati, médecin-chercheur et président et fondateur de la Fondation national pour la promotion de la santé et du développement de la recherche en Algérie.
Selon des médias algériens, des dizaines de personnes en raison d'une rupture d'approvisionnement en oxygène, après que la société fournissant les bonbonnes eut mis fin à ses services, apparemment en raison du non-paiement de factures se montant à plusieurs milliers de dinars. Les hôpitaux publics sont souvent débordés et au bord du point de rupture : les patients sont confrontés à de longues listes d'attente, même pour des interventions simples liées à la Covid, et sont contraints à partager des lits.
Le pays le plus peuplé du Maghreb (43,8 millions d'habitants) doit faire face à une forte hausse des cas quotidiens de contamination. Depuis le début de l'épidémie, en février 2020, 181 376 contaminations, dont 4 550 décès, ont été officiellement recensées. Le record quotidien d'infections a été battu récemment, avec 1 927 cas, selon le ministère de la santé.
Le nombre des infections des dernières vingt-quatre heures a toutefois chuté dimanche, sans explication, avec 1 020 cas, Les chiffres officiels − celui des décès en particulier − ne refléteraient pas la réalité, d'après des témoignages et les aveux de certains professionnels de la santé rapportés par les médias.
Face à cette troisième vague de la pandémie en Algérie, les autorités ne parviennent pas à vacciner massivement près de six mois après les premières injections, près de 4 millions d'Algériens seulement ont été vaccinés, avait précisé le Premier ministre algérien, Aïmène Benabderahmane.
L'Algérie a reçu à ce jour quelque 9 millions de doses de vaccins − russe (Spoutnik), suédo-britannique (AstraZeneca) et chinois (Sinovac et Sinopharm) − et en recevra probablement 9,2 millions supplémentaires en août, selon les autorités.
Mais dans l'immédiat, la pénurie d'oxygène a provoqué une grave crise dans le pays. Des particuliers et certains hôpitaux en manquent, en raison notamment de problèmes de gestion, de logistique, des stocks et de distribution, en plus de la corruption endémique. Des bénévoles ont commencé à fournir gratuitement des bouteilles d'oxygène à Blida et à Tlemcen, préfectures parmi les plus touchées par la pandémie.
Selon le Premier ministre, face à la demande croissante, l'Algérie va importer plus de 165 000 litres d'oxygène ainsi que dix unités de production d'une capacité de 20 000 à 40 000 litres par jour. Alors qu'elle devait faire venir au moins 15 000 concentrateurs d'oxygène cette semaine, les attentes son craintives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.