La RAM reprend ses vols à destination du Canada dès le 29 octobre    Pfizer : Le stock disponible réservé aux deuxièmes doses suite à des contraintes logistiques    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le spectre d'une scission plane sur le parti d'Abderrahim Bouabid
Publié dans Barlamane le 24 - 09 - 2021

Séisme, désastre, effondrement, débâcle.. les membres du Conseil national de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) réunis en vue d'examiner les retombées des législatives du 8 septembre, n'ont pas trouvé les mots qu'il faut pour exprimer leur étonnement quant à ce score miséreux du parti qui n'a pu récolter que 35 sièges. Un score qui a dénudé un parti où les querelles des deux camps en conflit ont rendu impossible toute réconciliation, tellement ils sont allés très loin dans l'hostilité et l'affrontement.
Pourtant, tout semblait booster le parti en début de campagne, pour amasser le maximum de sièges, notamment son programme ambitieux basé sur des valeurs centrales qui faisaient sa gloire d'antan : l'égalité des chances, les droits des femmes, la justice sociale, l'emploi, l'enseignement, la priorité au secteur public. Seulement que depuis presque deux décennies le parti n'arrive plus à surpasser ses querelles internes et cet affrontement permanent des Hommes et des idées. Un USFP qui peine, après ses défaites précédentes à la fois aux élections législatives et municipales (2007, 2011 et 2016), à se reconstruire en un bloc restructuré assumant son rôle de grand parti d'opposition, guidé par les mêmes idéaux et valeurs novatrices qui ont fait jadis sa force et sa notoriété.
Loin de là, le parti de M. Abderrahim Bouabid offre aujourd'hui au mouvement socialiste de par le monde et aux Marocains en premier, un spectacle aussi triste que lamentable. Il s'enfonce dans une douloureuse situation de crise, marquée par des appétits personnels de pouvoir, alors que le débat d'idées, seul à même de consolider le parti, reste le grand absent dans la maison USFP, dont les locataires affichent ouvertement leur déception de voir le parti décalé des enjeux actuels.
En résumé, le parti se voit plus fragilisé et plus divisé après ces législatives. D'où l'impérieuse nécessité pour lui de se réinventer une crédibilité tant au niveau local, régional que national, s'il veut repousser le spectre d'une scission. Et puisque la crise s'envenime au fil des jours, le mot scission n'est plus tabou parmi les militants du parti, scindés en deux clans opposés sur l'idéologie et sur les hommes : le clan des durs (les radicaux), estimant que l'idéal socialiste n'a jamais été aussi piétiné, cherchent à dramatiser davantage une situation déjà compliquée. Ils sont animés par cette conviction que le parti ne gagnera jamais rien, ni en notoriété politique, moins encore en score électoral. Et le clan des modérés (les socialistes libéraux) qui croient fort au rassemblement en dépit des querelles internes et jurent que le parti saura surmonter les marques de dissension entre ses leaders.
Cette barrière qui oppose les deux clans et qui les empêche à se rassembler sur des idées communes et sur des hommes dignes de porter les idéaux de l'USFP, conjuguée à l'absence d'une ligne idéologique claire au sein de la direction actuelle, et à l'opportunisme de certains hauts cadres du parti, a fait que nombre d'intellectuels et cadres parmi les meilleurs militants, ont quitté le parti de Lachgar. Ils l'ont quitté parce qu'ils ne peuvent plus admettre une situation aussi lamentable qui fait qu'aujourd'hui, il n'y a que le RNI, le PAM et le parti de l'Istiqlal (PI) qui peuvent se frotter les mains.
Sommes-nous donc fondés d'affirmer que l'USFP est en manque de crédibilité. Et pour cause principale, la confusion d'idées qui nécessite une clarification idéologique entre les partisans d'une démocratie socialiste libérale (idéologie de troisième voie prônée par les socialistes français Bertrande Delanoë et allemands Schneider), et ceux qui défendent la ligne traditionnellement dure de l'USFP et ses alliances avec la gauche de la gauche (gauche radicale) et les communistes. Une opposition d'idéologie qui explique les raisons pour lesquelles les socialistes d'Europe, d'Afrique et du monde entier, ont perdu depuis les débuts du XXIe siècle, beaucoup de leur brillance et de leur influence, permettant à la droite de remplir le vide en termes d'acquis sociaux et politiques. Ils se querellent sur des choix idéologiques alors que la plupart s'unissent au fond sur le «socialisme libéral» défendu par le théoricien socialiste, Bertrand Delanoë. «Je suis socialiste dans l'âme, mais le mot libéral ne me dérange pas», écrit-il dans son livre De l'audace !. Le parti très cher à grand nombre de Marocains, n'a donc pas besoin d'un nouvel affrontement ou d'une quelconque querelle d'étiquette. D'autant que la tendance socialiste d'aujourd'hui, se penche vers le socialisme libéral. Il a plutôt besoin de vrais grands hommes, à l'image d'Abderrahim Bouabid, Abderrahmane Youssoufi, Omar Benjelloun.. et autres leaders qui ont façonné le paysage politique marocain.
Et en l'absence de tels leaders prêts à se placer à la hauteur des enjeux, n'est-il pas impératif pour l'USFP de s'unir autour d'un seul discours et faire preuve d'une volonté commune d'assumer sa mission de parti progressiste et d'accompagner les citoyens vers un autre horizon ? Cette question vraiment cruciale est malheureusement diluée dans de petites considérations mesquines de personnes, alors que le débat d'idées reste le grand perdant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.