Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: Les entraînements des Lions de l'Atlas sans Hakimi, Bounou et Fajr    Vahid Halilhodzic commente le tirage au sort des barrages, Qatar 2022    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Attijariwafa bank et l'AMCI accompagnent les étudiants et lauréats internationaux de la Coopération du Royaume du Maroc    Casablanca: La mise en oeuvre de la stratégie nationale de la jeunesse en débat    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    OMS :Un tiers de la population mondiale n'a pas accès à une cuisine propre    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Matières premières : une stabilisation des cours prévue en 2022    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce samedi 22 janvier    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Probable arrêt du GME : l'Algérie utilise le gaz «comme arme économique»
Publié dans Barlamane le 01 - 10 - 2021

L'Algérie a des obligations (envers l'Espagne et le Portugal) et ne peut se priver des revenus internationaux des contrats liés au GEM, selon les observateurs.
Alors que l'Algérie a affirmé que l'ensemble des approvisionnements de l'Espagne en gaz naturel algérien seraient désormais assurés via son gazoduc reliant directement les deux pays, sans passer par le Maroc, Madrid redoute des perturbations des livraisons de gaz naturel et un partenaire turbulent qui utilise «le gaz comme arme économique».
Une décision algérienne de passer outre le gazoduc Maghreb-Europe «va causer de graves dommages collatéraux à l'Espagne, notamment dans l'approvisionnement en gaz naturel» puisque l'Algérie, qui expédie vers l'Espagne des milliards de mètres cubes de gaz naturel via le pipeline traversant le Maroc, veut suspendre le contrat qui organise cette opération depuis plus de deux décennies.
L'Algérie est le principal fournisseur de gaz de l'Espagne, avec près de 49 % du total en 2021 (jusqu'en juillet), selon les chiffres officiels. Sur ce pourcentage, 89,3 % transitent par les gazoducs Maghreb et Medgaz ; le reste dans les bateaux.
«La stratégie du gouvernement algérien est de verrouiller le Maghreb pour punir le Maroc et le priver de ses juteux revenus des péages gaziers et, accessoirement, augmenter le volume de cette matière première qui arrive à Almeria par un autre gazoduc, le Medgaz» note ABC. «En effet, au début de l'été, l'entreprise publique algérienne Sonatrach et l'espagnol Naturgy, principaux actionnaires de Medgaz, se sont mis d'accord pour augmenter la capacité de ce gazoduc de 25 % (2 Gm3) avant la fin de l'année, à 10 Gm3. Cependant, la capacité du Maghreb est de 13,5 Gm3» détaille-t-on.
Le pipeline GME (Gaz Maghreb Europe) inauguré en 1996 et qui relie sur 1.400 km les gisements de l'Algérie, le plus gros exportateur de gaz d'Afrique, à la péninsule ibérique, a convoyé environ 10 milliards de m3 par an (pour une capacité de 13,5 mds). «Cette augmentation de capacité de Medgaz ne couvrirait pas, en principe, toute la demande en gaz, il faudrait donc augmenter les importations de GNL (gaz naturel liquéfié) qui arrivent sous forme liquide à bord d'énormes méthaniers. Le problème est que ces derniers mois, les prix du gaz ont grimpé en flèche sur les marchés internationaux, en particulier le GNL, en raison de l'augmentation de la demande en Chine. Non seulement le gaz est plus cher, mais il se fait rare, puisque la plupart des pays remplissent leurs réserves du fait de l'arrivée du froid et de l'augmentation générale de la consommation» détaille la même source.
«Dans le pire des cas, l'Espagne pourrait souffrir de problèmes d'approvisionnement en GNL, et les nouvelles livraisons seraient chèrement payées» alerte ABC. L'Espagne a un large panier de fournisseurs de gaz, tout comme c'est le cas avec le pétrole. Actuellement, neuf pays exportent du gaz vers l'Espagne, menés par l'Algérie et suivis, de loin, par la Russie, le Nigeria et les Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.