L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Le festival d'Angoulême en mars    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Chine : La croissance du PIB atteint 8,1% en 2021    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    CAN 2021 : La voiture de service de Samuel Eto'o impliquée dans un accident mortel    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Les ventes mondiales de Renault Group en baisse de 4,5% en 2021    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Agression mortelle d'une ressortissante française : Les habitants de Tiznit sous le choc après le drame (vidéo)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    La série phare «Salamat Abu Al Banat» revient pour une 4ème saison    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaire du terroriste Ali Aarrass : sa requête contre la Belgique jugée irrecevable par la CEDH
Publié dans Barlamane le 01 - 10 - 2021

Ce Belgo-Marocain a été arrêté à Melilla en 2008, sur la base d'accusations de trafic d'armes au profit d'un réseau islamiste. Condamné pour terrorisme, il a été liberté en 2020.
«À l'unanimité des sept juges qui ont statué sur le cas, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a jugé "irrecevable" la requête d'Ali Aarrass contre la Belgique, introduite en mars 2018, estimant qu'elle était "mal fondée" dans une décision rendue ce jeudi 30 septembre. Ali Aarrass reproche aux autorités belges de ne pas lui avoir apporté la protection consulaire nécessaire contre les risques de mauvais traitements pendant sa détention au Maroc pour terrorisme» écrit TelQuel. La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) auprès de laquelle l'action en justice avait été introduite en 2018, a rejeté la requête, a-t-on précisé.
"La Cour note que les autorités belges ne sont pas restées passives ou indifférentes. Au contraire, elles avaient, à plusieurs reprises et notamment sur ordre du président du tribunal de première instance de Bruxelles, entrepris des démarches pour intervenir auprès des autorités marocaines, soit sur une base diplomatique ou pour des raisons humanitaires, afin d'améliorer la situation du demandeur", écrit la CEDH citée par TelQuel
Récemment, le salafiste Abdelrazzak Soumah autrefois pilier du groupe terroriste «Moudjahidine» a rejeté les allégations de torture formulées par l'ancien membre du groupe Ali Aarrass, après sa libération l'année dernière à la fin d'une peine de 12 ans de prison. Aarrass avait été emprisonné pour appartenance à une bande criminelle pour le but de préparer et de commettre des actes terroristes, dans le cadre d'un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l'ordre public.
M. Soumah soutient que loin d'être torturés, Aarrass et ses collègues salafistes ont été bien traités pendant leur détention. Il a déclaré que ses 20 codétenus avaient profité d'un bon traitements. Il a déclaré : «Il n'y a pas lieu de croire à la désinformation qui a circulé, comme l'utilisation de méthodes abouties pour extorquer des aveux. Toutes les enquêtes ont été documentées dans les dossiers de la police, avec tous les détails».
Les analystes estiment que les preuves de M. Soumah reflètent le succès de l'approche marocaine dans le traitement des suspects de terrorisme.
Pour le chercheur Mohamed Rafiki, il a confirmé que «dans les cas des salafistes dont j'ai été témoin, de nombreux détenus ont utilisé des subterfuges pour faire croire qu'ils avaient été soumis à la torture, évoquant le cas de Bouchetta Charef (un ancien détenu islamiste qui a affirmé qu'il était torturé puis est revenu sur ses allégations). Je savais qu'il n'avait pas été maltraité et quand il est sorti de prison, il a avoué cela.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.