UE: les refoulements de migrants sont « illégaux », selon Ylva Johansson    Le Liban fait appel à la Jordanie pour répondre à ses besoins en électricité    Airbus annule une commande de 50 avions A321neo à Qatar Airways    Le Maroc intègre TIAG, le réseau international d'expertise comptable    Orange Maroc lance la nouvelle DarBox Turbo, avec la technologie Wifi 6    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Les USA suspendent 44 vols de compagnies aériennes chinoises    Le variant Omicron dominant en Europe    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce samedi 22 janvier    Aéroport de Nador : Hausse de plus de 109% du trafic passagers en 2021    La valeur des crypto-monnaies dégringole à Wall Street    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Émirats arabes unis    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Sahara : Staffan de Mistura conclut sa tournée par une rencontre avec José Manuel Albares    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    A Washington, les opposants à l'avortement marchent le sourire aux lèvres    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    Le Japon approuve le vaccin Pfizer pour les enfants âgés de 5 à 11 ans    Fédération Royale Marocaine de Basketball : ''Signature d'un accord de coopération avec l'Association Israélienne de Basketball ''    NBA: LeBron James à la tête des votes pour le "All-Star Game"    CAN2021-Médias : Hakimi et Saïss dans l'équipe type du site ''foot365''    CAN-2021 : l'exorciste censé conjurer «le mauvais sort» des Fennecs serait un membre des services secrets    CAN 2021. Lions de l'Atlas: Ryan Mmaee de retour à l'entraînement ! (PHOTO)    Ecologie, Le Lac de Dar Bouazza en danger    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Laâyoune et Dakhla bientôt dotées de tribunaux administratifs et de commerce    Covid-19 : 8.338 nouveaux cas et 35 décès ce 21 Janvier    Mission française : le lycée Lyautey reprend les cours en présentiel    Le Cercle d'Amitié Maroc-Israël s'invite à Casablanca    Coupe du Monde : le Maroc connaîtra son adversaire ce week-end    Pass vaccinal, Ouverture des frontières, Hausse des prix, CAN…Akhannouch s'explique    USFP: Abdelhamid Jmahri met les choses au point (VIDEO)    Injures sexistes : Abdeslam Ouaddou, multirécidiviste, défend «son cher frère» Hafid Derradji    Espagne : L'hôpital de Logroño confirme que Brahim Ghali a été admis sous une fausse identité    The Voice of Holland : Le coach néerlando-marocain Ali B accusé de viol    Staffan de Mistura et sa première tournée régionale: ce qu'il faut retenir    Mali : le Maroc fait confiance au gouvernement malien confronté à des sanctions de la CEDEAO    Algérie: Suspension des activités d'un parti d'opposition et fermeture de son siège    Ascoli : Abdelhamid Sabiri sur le départ    France: le gouvernement annonce la levée progressive des restrictions anti-covid    Crise ukrainienne: Moscou réclame le retrait des troupes étrangères de l'Otan de Roumanie et Bulgarie    Affaire de cryptomonnaie à Casablanca : saisie de plus de 10 MDH supplémentaires    Le rockeur vedette américain Meat Loaf est décédé à 74 ans    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine
Publié dans Barlamane le 26 - 11 - 2021

Manifestement, l'automne 2021 est un automne faste pour la littérature africaine qui rafle la mise. Le 7 octobre le prix Nobel a été décerné à l'écrivain tanzanien Abdulrazak Gurnah. Une fierté pour l'Afrique alors que jusqu'ici 85 % des lauréats étaient américains ou européens. Mais aussi une consécration de la littérature africaine anglophone. Sur les cinq écrivains africains lauréats du prix Nobel, quatre sont anglophones, le 5e est arabophone en la personne de Najib Mahfouz.
Le 14 octobre, l'écrivain essayiste sénégalais est récompensé du prix international de littérature ''Neustadt'', un prix américain doté d'une somme de 50 000 dollars, (environ 500 000 MAD). Un mois après, le 4 novembre, c'est le Sud-africain Damon Galgut qui décroche le prix Booker récompensant les romans écrits en anglais. Le même jour, l'écrivain sénégalais Mohammed Sarr remporte le prix Goncourt pour son roman ''La plus secrète mémoire des hommes'' qui évoque le monde de la littérature dans tous ses états, adoptant une certaine distance avec des thèmes habituellement traités comme la guerre, la violence, la traite des enfants... Cette prestigieuse distinction, tout comme le succès commercial qui devait suivre avec des ventes attendues de plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires, est une belle consécration pour ce jeune auteur de 31 ans qui a déjà 4 romans dans son répertoire littéraire.
Ni lui ni ses éditeurs français et sénégalais, ne sont célèbres ni chasseurs de prix et de récompenses dans le monde de l'écriture et de l'édition en France, et pourtant le livre a pu tenir et vaincre ses concurrents européens et autres... Fils de médecin, cet écrivain subsaharien fait ses études primaires et secondaires au Sénégal, avant de se rendre en France pour faire ses classes préparatoires et intégrer l'EHESS (Ecole des Haies études en sciences sociales) où il entame ses recherches sur l'ex président sénégalais et grand poète Léopold Sédar Senghor, avant de publier son premier roman ''Terre Ceinte ''. S'en suivent deux autres avant ''La plus secrète mémoire des hommes'' qui s'inspire du destin de l'écrivain malien ''Yambo Ouologuem'' au Sénégal. ''J'étais aux toilettes quand mon éditeur est venu m'annoncer la nouvelle, confie Sarr à l'animateur de l'émission française ''La Grande librairie''. ''Ce fut pour moi une joie simple mais aussi très profonde'', précise-t-il.
Cette ambivalence nous ramène à l'idée du roman qui se base sur le thème même de l'écriture et de la littérature. Une histoire parallèle d'un écrivain noir des années 30 qui se voit rejeté et accusé de plagiat par l'homme blanc en France, mais qui persiste et continue d'écrire et de s'imposer, comme pour exprimer son indignation et son refus d'une certaine catégorisation qui fait que l'homme noir africain doit écrire selon certains critères et se concentrer sur les thèmes que lui autorise l'intelligentsia dominante qui contrôle toute forme de création et la classifie en fonction des origines et de la couleur de peau du créateur.
La force du roman réside aussi dans cette double identification de l'auteur à deux écrivains comme lui, venus d'Afrique francophone, la langue même de cet oppresseur français, accusateur de plagiat et qui refuse de reconnaître un talent venu de cet ailleurs où tout est inférieur et méprisable.
Seulement cette fois, la magie de la littérature et l'excellence de la production sont tellement fortes qu'au lieu d'être rejeté, elle se confirme par ce jeune Sarr qui gagne un prix, et pas n'importe lequel; le prix Goncourt, le plus prestigieux de la littérature en France. Sept membres du jury sur dix votent OUI pour ''La plus secrète Mémoire des Hommes'', et ce n'est pas tout, le président de l'académie française Didier Decoin vint aussitôt qualifier l'ouvre de Mohammed Sarr ''d'hymne à la littérature'', quand le secrétaire général de cette même académie Philippe Claudel confirme qu'''avec ce jeune on est revenus aux fondamentaux du testament Goncourt''.
Un grand exploit pour un si jeune talent africain qui n'en finit pas avec son questionnement sur l'Homme, la vie et la littérature. Des questions qu'il déclare aimer et vouloir toujours poser dans ses prochains romans sans ne jamais essayer de trouver des réponses car, au fait, ''la réponse vient toujours fermer certaines des portes que la question avait justement la vertu d'ouvrir'', disait le philosophe et romancier français, Maurice Blanchot.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.