Sahara : L'Algérie courtise les nouvelles autorités colombiennes    Météo Maroc: températures maximales en légère hausse ce jeudi 11 août    Le Real Madrid remporte la Supercoupe de l'UEFA contre l'Eintracht Francfort    Jeux de la solidarité islamique/Taekwondo: Abdelbasset Wasfi décroche la médaille d'or, Safia Salih et Nezha El Assal en bronze    Transport routier : c'est parti pour les primes à la casse    Donald Trump suggère que le FBI pourrait avoir «placé» des preuves lors de la perquisition    Le Maroc organise des colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du vendredi    Hammouchi reçoit le patron de la police espagnole    Le secteur de la santé se réforme, les financements s'annoncent lourds    فيروس كورونا: 148 إصابة جديدة وحالتي وفاة خلال ال24 ساعة الماضية    Vague de chaleur vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Oscars 2023: lancement d'un appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    La FRMF convie Vahid Halilhodzic à une réunion qui déboucherait sur son licenciement    Bourse de Casablanca: Clôture en légère hausse    PLF-2023 : La langue amazighe, une priorité gouvernementale    La Jeunesse Socialiste dénonce le terrorisme de l'entité sioniste    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 10 Aout 2022    L'hépatite C trop peu soignée à causes de « barrières » dans l'accès aux traitements    Relever le nez du guidon !    L'UE présente le « texte final » visant la réactivation de l'accord de Vienne    Une vie et demie pour la profession et la patrie    Un point de connexion pour se réunir et vivre une nouvelle expérience    Un autre coup cinglant au patrimoine de la ville    « Surveiller » ! Le Maroc et la peu reluisante vocation des Apparatchiks d'Alger    Contre vents et marrées, Biden engrange des succès    Algérie: Deux anciens ministres condamnés pour corruption    44e Assemblée Générale de la CAF (Tanzanie) / Motsepé : "L'avenir du football africain est prometteur''    Education: le PLF2023 décline les grandes lignes de la réforme    Bejaad : Festival du cinéma et des arts plastiques    El Jadida : Entre les Doukkalis et le cheval, un lien particulier    Cinéma junior : Et de 5 pour le Festival éducatif de Soura    Le Guatemala est un « allié fiable » du Maroc en Amérique centrale (ministre des relations extérieures)    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    KFC ouvre un nouveau restaurant à Derb Ghallef    Espagne : près d'un million de demandes de résidence et de travail en 2021, un record !    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    La 6ème édition du forum international de la TPE à Dakhla    La deuxième vague Omicron, c'est fini !    Première offre bancaire dédiée aux 12-17 ans : La Banque Populaire lance «Swipe»    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le CFCM 20 ans après : l'institution ressemble davantage à une vitrine qu'à une réalité
Publié dans Barlamane le 27 - 06 - 2022

Créé il y a 20 ans pour doter les 6 millions de musulmans de France d'un organisme représentatif, le Conseil français du culte musulman (CFCM) conçu pour fédérer les différentes tendances, n'arrive toujours pas à s'accorder sur des positions communes concernant plusieurs questions sociales, politiques ou de simple théologie, comme celles du voile, de la viande Halal ou de la formation des imams.
L'institution se retrouve aujourd'hui enfoncée dans des querelles entre les quatre fédérations qui la composent : le Rassemblement des musulmans de France (RMF), d'obédience marocaine, la Grande Mosquée de Paris (GMP), liée à Alger, le Comté de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF), d'obédience turque et l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans.
Sur le papier, le CFCM dispose d'immenses prérogatives auprès des pouvoirs publics. Il intervient notamment dans la mise à disposition des Aumôniers, l'abattage rituel, la formation des Imams, la construction des mosquées, l'organisation du pèlerinage et autres... Pourtant, cela ressemble, aux yeux des Marocains de France, davantage à une vitrine qu'à une réalité.
Cette situation persistante s'explique en partie par la difficulté à offrir l'opportunité aux jeunes Français musulmans intéressés par la théologie et la gestion du culte. Une lacune parmi d'autres que le CFCM n'a pas su combler. Les nouvelles générations de fidèles s'engagent donc davantage dans le business (marché halal), le sociopolitique ou l'associatif (enseignement d'arabe, actions caritatives..). Leur absence sur le champ cultuel laisse la place à des groupes impliqués dans le religieux, comme les salafistes, adeptes d'un islam fondamentaliste.
Deuxième panne et non la moindre, est que les organisations musulmanes se plaignent du peu d'intérêt qu'accorde les pouvoirs publics aux difficultés du CFCM. Très sensibles à la moindre provocation intégriste, ils ne perçoivent l'islam que sous l'angle sécuritaire, ce qui renforce les sentiments de peurs et d'inquiétudes au sein de l'opinion française, aujourd'hui négative à 75% sur l'islam.
La dégradation de l'image de l'Islam de France et la montée galopante de l'islamophobie, représentent en réalité le vrai défi que le CFCM doit relever en partenariat avec les différentes acteurs concernés. Le résultat de l'enquête réalisée en décembre 2020 par l'institut IPSOS sur l'islam de France, est sans appel : 3 Français sur 4 considèrent les valeurs de l'Islam comme étant incompatibles avec celles de la République. Et quant il s'agit du port du niqab, la proportion des personnes grimpe à 99 %. L'islam n'évoque quelque chose de positif que pour 10% des personnes interrogées. De toutes les religions, c'est l'islam qui suscite le plus d'images négatives, avec un niveau d'opinions positives inférieur de 12 points à celui de la religion juive et de 21 points à celui de la religion catholique.
Il y a donc un énorme travail de pédagogie que le CFCM doit mener auprès des pouvoirs publics en vue de corriger l'image, très erronée sur les musulmans de France, appelés eux aussi à se déterminer nettement par rapport aux problèmes liés à l'extrémisme et aux provocations de tout genre. Il faut qu'ils rompent avec le silence comme s'ils étaient complices. Sans cela, le problème de l'islam restera pour toujours un problème sécuritaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.