Service militaire 2022: Début au 7e CFA de la Marine Royale de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Espagne : Une vice-présidente de la Chambre basse du Parlement sur la liste des invités du Polisario    Botola Pro D1 / DHJ-IRT (2-2) : La perte des points à domicile continue pour les Jdidis !    Ibenge : « Le football, c'est la tête avant les jambes »    Maroc: le déficit budgétaire à fin avril 2022    Rabat: Akhannouch s'entretient avec la PDG d'Oracle Corporation    Tourisme: le Maroc sort la tête de l'eau    Délais de paiement, nouvelles nominations... Au menu du prochain Conseil de gouvernement    France: Élisabeth Borne officiellement nommée première ministre    Il y a 19 ans, des attentats terroristes frappaient Casablanca (VIDEO)    On en sait plus sur la réouverture imminente du point de passage Bab Sebta    Benkirane traite le président de la 1ère Chambre d'« âne » (VIDEO)    Ligue des champions: Al Ahly se « résigne » à jouer la finale à Casablanca    Maroc/Covid-19: le bilan de ce lundi 16 mai    Météo Maroc: temps chaud sur l'extrême Sud ce mardi 17 mai    La lettre d'orientation d'Abdellatif Hammouchi pour le 66e anniversaire de la DGSN    France: fin du masque dans les transports en commun    Casablanca : Débat autour de la musique andalouse    Botola: l'Union Touarga promu en première division !    « Les infirmières et infirmiers ont toujours été au cœur des réformes de notre système de santé »    Une délégation marocaine s'entretient avec le président de la Chambre des députés de la République Dominicaine    «Dialogue joyeux avec un mort»    «La rencontre», nouveau roman de Mamoun Lahbabi    Mehdi Qotbi : « une ode à l'histoire commune entre le Maroc et l'Espagne »    Photos. De nouvelles structures de police à Marrakech et à Al Hoceima    Calendrier chargé pour les Lions de l'Atlas au mois de juin    Noussair Mazraoui témoigne sa reconnaissance à Labyad et Ziyech    Ligue1: Mbappé, meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Kamala Harris conduit une délégation de haut niveau aux Emirats arabes unis    Promotion de l'allaitement maternel : Campagne nationale du 14 mai au 14 juin 2022    Le Mali se retire de l'organisation régionale G5 Sahel    Pétrole : L'Arabie saoudite portera sa production à 13,4 millions de barils    Législatives libanaises : Le tandem chiite préserve ses sièges    Renault vend ses actifs en Russie à l'Etat russe    Tout savoir sur les prévisions de la campagne 2021-2022    Rapport CNDH : 3.018 plaintes traitées en 2021    Maroc: Les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Aérien : l'ONDA table sur un taux de récupération de 75%    Alfa Romeo Tonale. Objectif reconquête pour la marque italienne    Russie-OTAN : L'adhésion de la Finlande et de la Suède « va changer le monde »    «Green Card» à l'assaut des salles obscures dès le 18 mai    Fondation Ali Zaoua, 13 ans déjà !    Rabat rend hommage à feue Haja Hamdaouia    Températures prévues pour mardi 17 mai 2022    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Nayef Aguerd ne remporte pas le prix Marc-Vivien Foé    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Après les violences meurtrières au Nicaragua, gouvernement et opposition trouvent un accord
Publié dans Barlamane le 16 - 06 - 2018

Les autorités acceptent l'ouverture d'une enquête internationale sur les violences qui ont fait 170 morts en deux mois. En échange, les manifestants lèveront les blocages.
Contre toute attente, et après des négociations qui semblaient dans l'impasse, le gouvernement du Nicaragua et l'opposition ont trouvé un accord vendredi 15 juin au soir, selon la conférence épiscopale, qui a joué les médiateurs. Les parties devaient se retrouver samedi matin pour discuter « le processus de démocratisation du pays », selon la conférence épiscopale qui joue le rôle de médiateur dans le conflit.
Les autorités ont autorisé des observateurs des droits de l'Homme à venir enquêter sur les violences qui ont fait plus de 170 morts en deux mois, selon un dernier bilan. En échange, les représentants de l'opposition ont accepté de lever les blocages qui entravent les routes pour empêcher les forces antiémeutes de passer.
Pas d'élections anticipées
Le président nicaraguayen Daniel Ortega a toutefois refusé d'avancer les prochaines élections générales à 2019, deux ans avant l'échéance prévue, comme le lui avait demandé l'Eglise. L'opposition exige le départ du président Ortega, 72 ans, « héros » de la révolution sandiniste qui a dirigé le pays de 1979 à 1990 après avoir évincé le dictateur Anastasio Somoza, puis est revenu au pouvoir depuis 2007.
La tension reste forte entre les deux camps : au moment même où l'Eglise organisait la réunion de concertation vendredi matin, des milices paramilitaires progouvernementales menaient l'assaut dans au moins quatre quartiers de Managua et de nouveaux affrontements étaient signalés dans les villes de Juigalpa (est) et Nindiri (sud).
170 MORTS
Vendredi, des milliers de Nicaraguayens ont repris le travail, au lendemain d'une grève générale qui a paralysé le pays, l'un des plus pauvres du continent américain. Au moins quatre personnes, dont un jeune de 15 ans, ont été tuées lors des manifestations de jeudi, selon le Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh). Ce dernier estime que depuis deux mois, la répression de la crise a fait plus de 170 morts et au moins 1 300 blessés.
Déclenchée le 18 avril par une réforme des retraites, abandonnée depuis, la vague de colère populaire, contre le manque de libertés et la confiscation du pouvoir par Daniel Ortega et son épouse Rosario Murillo, vice-présidente, a été envenimée par la répression des forces de l'ordre. Ces violences ont été dénoncées par le Parlement européen, Amnesty international, l'ONU ou encore la Cour interaméricaine des droits de l'homme (CIDH).
Répression sanglante au Nicaragua
Des mortiers artisanaux dans les mains, les étudiants de l'Université autonome du Nicaragua montent la garde derrière d'imposantes barricades. Depuis le 19 avril, les étudiants exigent le départ du président, Daniel Ortega. Parti de Managua, la capitale, leur mouvement de contestation a gagné toutes les franges de la population à travers ce pays d'Amérique centrale. L'ancien guérillero sandiniste, devenu un dirigeant autoritaire, s'accroche au pouvoir, menant une répression féroce qui a fait plus de 140 morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.