Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Hydroxychloroquine: 3 des auteurs de l'étude du Lancet se rétractent    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réponse du GPBM à la lettre de Chakib Alj
Publié dans Challenge le 28 - 03 - 2020

Le président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) a répondu à la lettre du président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) du vendredi 27 mars.
Le président du GPBM, Othman Benjelloun, considère dans sa réponse que le ton et le contenu de la lettre du président de la CGEM sont « pour le moins inadmissibles » et « les attaques et allégations » de ce dernier « contre le secteur bancaire marocain dénuées de tout fondement.
Voici la réponse du GPBM à la lettre de Chakib Alj :
Casablanca, le 26 mars 2020
M. le Président du Groupement Professionnel des Banques du Maroc
Objet: Crise sanitaire et alerte sur la situation financière des entreprises
Monsieur le Président,
Je n'ai aucun doute sur le fait que le GPBM a bien évidemment conscience de la situation d'urgence dans laquelle sont nos entreprises nationales. Une écrasante majorité d'entre elles ont baissé drastiquement leur activité ou sont carrément à l'arrêt. Elles voient leurs revenus s'effondrer ce qui, par un effet domino, finit par toucher la quasi-totalité des secteurs. Quasiment aucune entreprise n'est épargnée.
L'aide aux salaires apportée par le gouvernement leur donne du souffle, mais leur situation reste plus que préoccupante. Ces entreprises maintiennent pour la plupart leurs salariés pour des raisons sociales et pour être en mesure de reprendre l'activité au plus vite dès la levée de l'état d'urgence. Elles essaient également de maintenir leurs relations avec leurs fournisseurs, locaux ou étrangers. Elles font ainsi preuve de responsabilité. Mais dans les conditions actuelles, beaucoup peinent lourdement à financer leur besoin en fonds de roulement.
Les mesures énoncées par le GPBM sont construites, dans leurs principes, pour répondre à la situation et ainsi accompagner notre tissu d'entreprise à traverser cette crise exceptionnelle.
Toutefois, nous observons des écarts et des situations en décalage avec ces principes. L'impact de ces écarts, s'ils ne sont pas rattrapés, pourrait être fatal à de très nombreuses entreprises, pourtant aptes à retrouver leur rythme de croisière après cette crise (générant ainsi un niveau de casse sans précédent, et qui laissera une empreinte économique et sociale indélébile). Nous les citons ici:
Comme précisé plus haut, cette crise touche la quasi-totalité du tissu d'entreprises. Aussi, nous considérons qu'un traitement au cas par cas des entreprises est en décalage avec la situation (sauf demande expresse de votre clientèle). Les besoins de financement en fonds de roulement sont évidemment aussi importants pour nos entreprises que pour nos confrères des autres économies confinées de la planète. Il est urgent de mettre en place le dispositif prévu avec la CCG à un niveau suffisant pour rétablir un sentiment de sécurité des entreprises. A défaut, nous subirons la disparition de nombreuses entreprises et de très lourdes pertes d'emplois. A titre d'exemple, certains crédits exceptionnels de trésorerie mis en place en Europe sont remboursables sur 5 ans à taux zéro et construits sur la base d'un plan de trésorerie avec zéro recette pendant 3 mois.
D'autres banques ont décidé de refondre leur appréciation des risques et réduisent les lignes de PME jusque-là clientes, ce qui leur est fortement préjudiciable. Le cas des PME exportatrices est également préoccupant. Ces unités doivent impérativement être maintenues puisqu'elles permettront dès la reprise en Europe, à la fois d'assurer quelques dizaines de milliers d'emplois mais aussi de rapatrier des devises aujourd'hui rares.
De même, les unités de services aux entreprises, caractérisées par une masse salariale lourde, souffrent d'un déficit brutal de traitement de la part de certains de vos confrères (revenant sur leurs autorisations de découvert par exemple).
Nous tenons également à souligner que le report des échéances de crédits moyen terme et de leasing est généralement bien suivi. Néanmoins, nous relevons la difficulté d'accès de certaines entreprises à leur responsable clientèle, impactant le délai de réponses à leurs requêtes.
De même il apparaît que certains de vos confrères annonceraient des pénalités ou intérêts supplémentaires, et d'autres n'accepteraient le report qu'à compter du mois d'avril. En comparaison, certains pays européens reportent, à la fin des contrats, les échéances de 6 mois.Certains membres de votre groupement ont augmenté leurs marges et la tarification des emprunts. Le taux de refinancement des importations sont parfois passés de 1,5% à 3,5% (pourtant BAM a réduit son taux de base et les taux de base sur le dollar et l'Euro sont à des niveaux historiquement bas). Les taux de change sont parfois sans rapport avec les cours pivots et certaines salles de marché sont fermées.
Nous sommes convaincus que le GPBM est parfaitement conscient de l'extrême gravité de la situation pour les entreprises et qu'il se tiendra à leur côté, en partenaire privilégié, pour dépasser cette situation de crise exceptionnelle.
En étant certain que vous accueillerez cette lettre avec bienveillance, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en mes sentiments les meilleurs.
Chakib ALJ
Président


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.