Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hydrogène : Comment le Maroc peut devenir le premier fournisseur de l'Union Européenne ?
Publié dans Challenge le 06 - 08 - 2020

La Commission Européenne a présenté le 8 juillet dernier un plan de développement de l'hydrogène vert pour les pays de l'Union. La feuille de route a pour objectif de décarboner les secteurs les plus polluants comme la sidérurgie et les transports, dans la course vers la neutralité climatique en 2050. Concrètement, il s'agit de remplacer les énergies fossiles dans l'industrie par l'hydrogène vert, notamment pour la production d'acier, de l'utiliser comme carburant pour le transport aérien et maritime, les poids lourds, ainsi que pour les batteries. Bruxelles espère amener l'hydrogène entre 12 et 14% du mix énergétique de l'Union européenne en 2050 ; elle en a même fait un investissement prioritaire pour la transition et la relance de son économie après la crise liée au coronavirus.
L'hydrogène vert apparait comme une solution prometteuse et d'avenir. En effet, elle est une ressource illimitée, décarbonée, stockable et transportable. Elle peut être transformée en électricité ou en carburant et représente ainsi une alternative viable aux énergies fossiles qui restent encore largement la source d'énergie majeure de nos sociétés. Or, si le plan européen est ambitieux et doté d'importants budgets pour mener à bien cette transition, il n'en demeure pas moins que les capacités de production de l'hydrogène vert qui provient essentiellement de l'éolien et du solaire sont limitées. Même avec un investissement massif dans les énergies renouvelables, toutes les études européennes avancent la nécessité d'importer une quantité importante des besoins énergétiques en hydrogène et donc de nouer des partenariats stratégiques avec des pays au fort potentiel énergétique.
Lire aussi | Scénarios de rentrée 2020-21 : le Ministère de l'Education face à un casse-tête chinois
Le Maroc dans les starting-blocks
Le Maroc figure sans aucun doute parmi les partenaires stratégiques incontournables de l'Union européenne dans la mesure où le Royaume a une capacité éolienne et solaire hors du commun, qu'il a entrepris de lourds investissements dans le domaine des énergies renouvelables dès 2009 et du fait enfin de sa proximité du continent européen. À ce titre, le Maroc a signé un certain nombre d'accords de coopération avec l'Allemagne qui prévoit notamment la construction dans le Royaume d'une unité de production d'hydrogène vert, qui serait la première sur le continent. La création d'une commission nationale sur l'hydrogène, un certain nombre d'agences comme MASEN (Agence marocaine de l'énergie solaire) et l'IRESEN (Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles) ou encore le travail du CESE (Conseil économique, social et environnemental) sur la potentialité de l'Energie verte au Maroc traduisent la volonté du Royaume de devenir un leadeur mondial de l'Energie verte. Cependant si l'hydrogène est une révolution énergétique elle opère également un bouleversement des paradigmes économiques.
Dans l'industrie pétrolière, la concurrence économique est déterminée par les réserves, les coûts d'extractions et la capacité d'acheminement du pétrole et du gaz. Or dans le nouveau paradigme de l'Energie verte, la notion de réserve est quasi désuète. En effet, si l'on se penche sur l'Afrique beaucoup de pays ont un grand potentiel solaire. C'est donc davantage la proximité géographique et les investissements dans les infrastructures qui vous assureront la prééminence sur un marché.
Lire aussi | Le fabricant d'explosifs Cadex investit plus de 50 millions de DH dans l'Oriental
Concrètement dans le cas du Maroc, les concurrents sur le marché européen sont les pays d'Afrique du Nord. Si l'on exclut la Tunisie du fait de la surface limitée de son territoire et de l'Egypte du fait de son défi démographique, la Libye et l'Algérie sont des concurrents potentiels pour l'export d'hydrogène sur le marché européen. S'il est vrai qu'aucun des deux pays n'a initié une politique ambitieuse dans les énergies renouvelables, le défi de la transition énergétique se situe dans un temps long. Une fois la situation politique apaisée, Alger comme Tripoli peuvent rapidement rattraper leur retard pour avoir des infrastructures prêtes à horizon 2050. Le Maroc a acquis une avance et une expertise certaine dans les énergies renouvelables, il s'agit d'assurer cette avance par l'investissement dans les infrastructures de stockage et de transport.
Vers un hydrogénoduc transméditerranéen ?
Similairement à l'industrie gazière où un certain nombre de pays exportateurs arrivent à conquérir des parts de marché avec l'investissement dans les infrastructures de transport via des gazoducs ou méthaniers, le Maroc doit se pencher sur la possibilité d'un hydrogénoduc reliant le continent européen. En effet, le transport par pipeline d'hydrogène est technologiquement mature et les couts de transport similaires à ceux du CNG. Cela permettrait d'assurer au Maroc un cout de transport inférieur par rapport à ses éventuels concurrents en plus de sa plus grande proximité géographique alors qu'il est déjà le seul pays d'Afrique du Nord qui dispose d'un câble d'alimentation le reliant au réseau européen. L'étude de faisabilité doit être faite d'autant plus rapidement que le crash pétrolier que nous connaissons peut représenter une opportunité pour le Royaume.
Lire aussi | Un nouveau transporteur maritime en gestation
En effet selon l'université de Delft dont les travaux en la matière sont internationalement reconnus, la transformation des réseaux existants de gaz naturels en hydrogène représente des investissements relativement limités, de l'ordre de 15% de la valeur de ces infrastructures. Or, l'Algérie qui exporte son gaz naturel en Europe notamment via un gazoduc qui passe par le Maroc et l'Espagne a vu son contrat rompu par la société importatrice espagnole Naturgy Energy. En effet, le contrat qui liait la Sonatrach à Naturgy Energy prévoyait la vente du gaz naturel autour de 4 dollars par million de BTU alors qu'il est deux fois mon cher sur les marchés internationaux aujourd'hui. L'Espagne a donc préféré importer ses besoins en gaz naturel essentiellement des Etats-Unis. Selon les experts de l'industrie pétrolière, les prix du gaz naturel dans le sillage des prix du pétrole continueront à rester bas jusqu'en 2022. Or, la convention Maroc-Algérie-Espagne pour le transit du gaz algérien vers l'Europe via le GME (Gazoduc Maghreb Europe) prend fin précisément en 2021. Il est donc peu probable qu'Alger demande la prolongation de cet accord et le gazoduc traversant le territoire marocain deviendra légalement la propriété du royaume.
La conversion de ce gazoduc permettrait au Royaume de sécuriser ses circuits d'exportation et devenir logiquement le partenaire privilégié du vieux continent et ainsi assurer son avance dans l'immense opportunité économique que représente cette transition énergétique. En effet, la conversion de ce gazoduc en hydrogénoduc en coopération avec les autorités espagnoles permettrait la présence d'infrastructures d'exportation marocaine en Europe précisément au moment où la Commission européenne dans le cadre de son plan vert se penche sur un projet de réseau d'hydrogénoduc à travers tout le continent. Cela mettrait Rabat dans une position unique de partenaire dans la réflexion des tracés des réseaux et ainsi s'assurer du raccordement des infrastructures marocaines aux réseaux européens.
Lire aussi | Le projet de décret du Fonds d'investissement stratégique est dans le pipe
Opportunité économique et retombées géopolitiques
Si le Royaume effectue les investissements nécessaires, le Maroc a la capacité de devenir un leadeur mondial de l'hydrogène et le premier fournisseur d'Energie d'Europe avec à la clé de formidable opportunité économique et géopolitique.
Sur le plan économique, la possibilité de fournir de l'énergie propre décarbonée à l'industrie marocaine lui permettra d'accroitre sa compétitivité à l'export. Cela peut également contribuer au développement des provinces du sud au moment où cela devient un enjeu de développement économique pour le Maroc. Enfin, l'export de l'hydrogène peut avoir un impact significatif sur la balance commerciale et les réserves de change du pays.
Sur le plan géopolitique, en plus de l'indépendance énergétique que cela peut conférer au Royaume, cela accroitra le partenariat stratégique avec l'Union européenne renforçant un peu plus son statut avancé. Enfin, le développement à terme d'énergies renouvelables dans les provinces du sud permettra, similairement aux accords de pêche avec l'Union européenne, d'ajouter la région comme source d'approvisionnement énergétique de l'Europe, renforçant un peu plus de facto la reconnaissance internationale de la souveraineté du Maroc sur le Sahara.
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.